dimanche 22 mars 2009

"Journal intime d'Albert Ier à Baudouin Ier" (A. Bastien)

La famille du peintre belge Alfred Bastien (1873-1955) est originaire de Welden près d'Audenaerde mais les parents d'Alfred se sont installés avec leurs neuf enfants à Ixelles. Doué et intelligent, il effectue ses études à l'Athénée de Gand, aux Académies des Beaux-Arts de Gand et Bruxelles. Il devient ensuite le modèle et l'ami du sculpteur Jef Lambeaux, l'auteur de la célèbre fontaine de la grand-place d'Anvers. Après un premier mariage raté avec la cantatrice Georgette Leblanc, il effectue un long voyage en 1903 (France, Espagne, Angleterre, Algérie et Maroc).

En 1911, à la demande d'Albert Ier, le gouvernement belge commande à Alfred Bastien et Paul Mathieu l'édification d'un Panorama du Congo destiné à l'Exposition Universelle de Gand de 1913. Durant la première guerre mondiale, il est volontaire de guerre au sein de la Section artistique de l'armée belge, ce qui lui permet de côtoyer régulièrement le roi Albert et la reine Elisabeth derrière les tranchées. Après la guerre, Alfred Bastien peint le Panorama de la Bataille de l'Yser et revoit régulièrement les souverains lors d'événements artistiques. Son deuxième mariage avec Alice Johns, surnommée Johnnie, sera beaucoup plus heureux. Il sera ensuite élu membre de l'Académie Royale des Sciences, des Lettres et des Beaux-Arts de Belgique. C'est au début des années 40 qu'Alfred Bastien devient l'ami du prince Charles, frère du roi Léopold III.

Cinquante après sa mort, la publication en 2005 de son journal intime de 1930 à 1955 offre aux historiens de nombreux renseignements sur la famille royale belge et les artistes de son époque. Alfred Bastien y parle également de l'ambiance des années 30 (avec l'ascension de Degrelle en Belgique et d'Hitler en Allemagne), de la vie quotidienne sous l'Occupation et de son profond respect pour le roi Albert Ier. Peintre et ami personnel du prince Charles, il nous offre surtout un éclairage nouveau sur la Question Royale et la querelle opposant le Régent au reste de sa famille.

"Journal intime d'Albert Ier à Baudouin Ier" d'Alfred Bastien, éditions Racine, 2005

samedi 14 mars 2009

Témoignage de Marlène de Wouters

Cela me fait penser à la fois où j'ai interviewé la princesse Esméralda à Londres. La fille cadette du roi Léopold III, née de son mariage avec Lilian Baels, est présidente d'honneur de diverses organisations caritatives et s'investit - tout comme moi d'ailleurs - via l'association Delphus dans des programmes de delphinothérapie destinés à des enfants autistes. La "petite" soeur de notre roi Albert vient régulièrement en Belgique, mais elle habite Londres. Demeure princière ou pas, c'est toujours passionnant de pouvoir tourner chez quelqu'un. A l'époque où je présentais "Marlène Exclusief", une émission où nous interviewions les grands de ce monde, je me souviens que nous avions une règle d'or à la rédaction : ne jamais crier victoire avant d'être sur le chemin du retour avec la cassette en main! Avant d'entrer, je me pose toujours toute une série de questions : quelles pièces de la maison allons-nous pouvoir filmer? Qui va ouvrir la porte? Ses enfants seront-ils à la maison? Et le cas échéant, serons-nous autoriser à les filmer?

Lorsque je découvre que c'est la princesse Esméralda en personne qui vient ouvrir bien grand la porte, je sens très vite que cet entretien promet d'être exceptionnel. Chaleureuse, spontanée et étonnamment détendue, elle nous fait visiter sa demeure londonienne pendant que ses deux enfants, Alexandra (10 ans) et Léopoldo (7 ans), courent avec agitation dans la maison. C'est une joyeuse petite bande. Esméralda parle ouvertement et avec beaucoup d'affection de son enfance heureuse, de son attachement exceptionnel à son père, le roi Léopold III, avec qui elle a vécu tant de choses au cours de leurs voyages. Elle nous laisse filmer sans problème la majeure partie de sa maison.

Esméralda est le sixième et dernier enfant du roi Léopold III. Elle est née alors que son père était déjà âgé de 54 ans, un moment de sa vie où le calme a succédé aux périodes agitées de sa royauté, la guerre, l'exil et le difficile et émouvant retour en Belgique. Esméralda se rend compte qu'elle a eu de la chance que son père n'ait plus de lourdes obligations, quand elle était petite. Grâce à cela, elle a pu passer beaucoup de temps avec lui et a grandi dans une vraie famille : "Mes parents nous ont donné beaucoup d'affection et de chaleur, ce qui est extrêmement important pour une éducation équilibrée. C'est pourquoi je couvre mes propres enfants de bisous et de câlins. Parfois, je me dis que j'exagère peut-être".

Esméralda n'est pas seulement une maman moderne, elle est aussi une femme active qui participe à la vie londonienne. Elle est journaliste et écrit des livres. Cependant, elle a mis un moment ses activités professionnelles entre parenthèses afin de pouvoir être davantage auprès de ses enfants. Maintenant, elle est en train d'écrire un nouvel ouvrage consacré à la nature.

Plus tard dans l'après-midi, lorsque nous prenons le thé ensemble dans la cuisine avec les enfants, j'assiste à une scène exceptionelle. Son fils Léo fait le clown à table. "Tiens-toi un peu correctement, Léo" dit la princesse Esméralda. Sur ce, la meilleure amie de sa fille Alexandra me désigne du doigt et réplique : "Yes, Léo, behave. Just imagine she's the Queen". Il y a un moment de silence. J'essaie de me retenir de rire, puis amusée, regarde du coin de l'oeil la réaction d'Esméralda. Elle répond à mon regard, me fait un clin d'oeil et rit. La petite Alexandra caresse le bras de sa maman et lance comme si c'était un jeu : "Oh, yes, Mum, and you're the princess....".

Marlène de Wouters, magazine "Royals", mars 2009.

mardi 10 mars 2009

Le prince Philippe et le domaine social

Depuis le début de son mariage, le prince Philippe avait laissé le domaine social à son épouse pour s'occuper de l'économie et des sciences. Il a compris que c'était une erreur. C'est certes un cliché mais vu ses nombreuses visites sociales, la princesse Mathilde paraît plus sensible et plus proche des gens que son mari qu'on voit toujours aux côtés de patrons ou de scientifiques. Aussi sans marcher sur les plates-bandes de son épouse, le prince Philippe a décidé de s'intéresser en 2009 au domaine social. Sur http://www.monarchie.be/ , j'ai déjà relevé 6 activités officielles à ce sujet depuis début janvier (ce qui n'était pas le cas les autres années).

Le 19 janvier 2009, le prince a assisté, au cabinet de la ministre Veerle Heeren, à une table ronde autour de la problématique du suicide et du plan d'action du gouvernement flamand pour la prévention du suicide (écoute téléphonique, assistance par Internet, accueil et aide des proches, etc.). Dans son communiqué, le Palais précise que "dans le courant du premier semestre, le prince Philippe effectuera d'autres visites et assistera encore à des réunions autour de cette thématique".

Autre centre d'intérêt du duc de Brabant : les sans abris. Dans la soirée du 27 janvier, il est allé soutenir dans les couloirs de la Gare Centrale (Bruxelles) les bénévoles de l'asbl Les Samaritains qui y distribuent, depuis 15 ans, tous les mardis soirs, soupe et tartines à des sans abris et personnes isolées. Le prince a pu discuter avec plusieurs d'entre eux. Dans la soirée du 9 février, il a accompagné dans différents endroits de la capitale une équipe du Samu Social appelée la "maraude". Il a pu découvrir le travail de ces équipes d'assistants sociaux et d'infirmiers auprès de personnes isolées et de sans abris. C'est tout à son honneur de ne pas avoir fait annoncer à l'avance par le Palais ces deux visites qui se sont déroulées sans caméras et sans appareils photos.

Après le suicide et les sans abris, le prince s'est intéressé au fléau de la drogue. Le 4 mars, il a visité le centre Kompas à Courtrai qui accompagne des toxicomanes et leur famille, via différentes formules d'accueil, de désintoxication et de réintégration. A l'occasion de la Journée Internationale de la Femme, le couple princier a organisé au château de Laeken un déjeuner pour une vingtaine de femmes belges de tous horizons.

Enfin, aujourd'hui, le prince Philippe a rendu visite à l'asbl Arktos à Louvain qui guide des jeunes socialement vulnérables dans notre société moderne, notamment à travers des formations en informatique.

mardi 3 mars 2009

Activités royales en février 2009

8 activités officielles en février pour le Roi : déjeuner avec le commissaire européen Louis Michel, déjeuner avec le Révérend Père Paolo Dall'Oglio, visite du CERN à Genève, 75ème anniversaire du décès d'Albert Ier à Marche-les-Dames, messe à la mémoire des défunts de la famille royale, visite des sociétés TNT Airways et TNT Express à Grâce-Hollogne, visite du Samusocial à Bruxelles et déjeuner avec le nouvel ambassadeur de Belgique à Kinshasa. Albert II a aussi accordé 14 audiences en février : le premier ministre Herman Van Rompuy (reçu 3 fois), les ministres Didier Reynders, Etienne Schouppe, Joëlle Milquet et Karel De Gucht, le secrétaire d'Etat Vincent Van Quickenborne, ainsi que les ambassadeurs d'Angola, Kazakhstan, Cambodge, Malte, Maroc et Pakistan.

7 activités officielles en février pour la reine Paola : déjeuner avec le commissaire européen Louis Michel, déjeuner avec le Révérend Père Paolo Dall'Oglio, déjeuner avec le nouvel ambassadeur de Belgique à Kinshasa, visite du Samusocial à Bruxelles, visite de "Troubleyn/Laboratorium" à Anvers, messe à la mémoire des défunts de la famille royale et réunion de l'ICMEC-Enfance au Caire.

8 activités officielles en février pour le prince Philippe : visite du Centre de Logistique Nike à Laakdal, assemblée générale du Conseil Fédéral du Développement Durable, audience du vice-président d'Indonésie, accompagnement d'une équipe du Samu social dans Bruxelles, conférence des réalisateurs Jean-Pierre et Luc Dardenne, messe à la mémoire des défunts de la famille royale, 75ème anniversaire du décès du roi Albert Ier à Liège, rencontre avec le réseau Business and Society de la FEB.

5 activités officielles en février pour la princesse Mathilde : visite du Centre Technopolis à Malines avec l'épouse du vice-président indonésien, visite de l'Hôpital de Revalidation Léonard de Vinci à Montigny-le-Tilleul, conférence des réalisateurs Jean-Pierre et Luc Dardenne, messe à la mémoire des défunts de la famille royale et visite du nouveau Musée Braille à Bruxelles.

2 activités officielles en février pour la princesse Astrid : rencontre avec les responsables de l'asbl Apopo dont elle est la nouvelle présidente d'honneur et messe à la mémoire des défunts de la famille royale.

1 activité officielle en février pour le prince Lorenz : messe à la mémoire des défunts de la famille royale.

1 activité officielle en février pour le prince Laurent : 15ème anniversaire à Anvers de l'Association Belge pour les enfants et adultes atteints d'une maladie métabolique.

2 activités officielles en février pour la princesse Claire : visite avec la Reine de "Troubleyn/Laboratorium" à Anvers et messe à la mémoire des défunts de la famille royale.

Résumé des activités officielles de la famille royale en janvier et février 2009 :

Roi Albert II : 14 activités officielles et 27 audiences.
Reine Paola : 15 activités officielles.
Prince Philippe : 17 activités officielles.
Princesse Mathilde : 13 activités officielles.
Princesse Astrid : 5 activités officielles.
Prince Lorenz : 1 activité officielle.
Prince Laurent : 3 activités officielles.
Princesse Claire : 4 activités officielles.