samedi 27 juin 2009

Le Fonds Reine Mathilde


                               

(Article actualisé en juillet 2017)

1° Le Fonds Princesse Mathilde

Lors de leur mariage, les ducs de Brabant reçoivent de nombreux dons pour une valeur totale de 500.000 euros (20.000.000 FB). 185.000 euros (7.400.000 FB) sont attribués aux futures actions sociales de la nouvelle princesse, le reste revenant au Fonds Prince Philippe. En décembre 2000, le Fonds Princesse Mathilde est créé et présenté par la duchesse de Brabant lors de son premier discours public.

Au cours des trois premières années (2001-2003), le Prix Princesse Mathilde est destiné à des enfants et jeunes en difficulté. Durant cette période, le comité de gestion du Fonds est présidé par Françoise Tulkens, juge à la Cour Européenne des Droits de l'Homme, secondée par Ingrid Ponjaert (VUB), Dominique Allard (Fondation Roi Baudouin), Maryse Tonon (ONE) et Ankie Vandekerckhove (commissaire aux droits de l'enfant en région flamande).

Consacré aux enfants de moins de six ans, le Prix Princesse Mathilde 2001 remet un subside de 8676 euros à l'asbl De Tuimel (Anvers) pour financer un parcours d'apprentissage pour des enfants issus de milieux défavorisés, avec comme axes principaux un accompagnement familial et un lieu de rencontre où parents et enfants peuvent développer des liens de confiance. Deux autres initiatives sont citées : l'asbl Le Bois Marcelle IMP à Marcinelle et le Centre de Guidance du Service de la Santé Mentale de l'ULB à Bruxelles. Plusieurs personnalités sont présentes à la remise du Prix : le président de la Chambre Herman De Croo, le ministre de l'Enfance en communauté française Jean-Marc Nollet, le délégué général aux droits de l'enfant Claude Lelièvre et les ambassadeurs d'Unicef-Belgique Salvatore Adamo et Helmut Lotti.

La perte chez les enfants de 6 à 14 ans est le thème du Prix Princesse Mathilde 2002, remis au palais royal en présence du premier ministre Guy Verhofstadt, du président de la Chambre Herman De Croo, du président du Sénat Armand De Decker et du ministre des Affaires étrangères Louis Michel. L'asbl Cancer et Psychologie est lauréate pour son projet Espace-Ateliers : ce sont des groupes d'accompagnement pour des enfants ayant perdu une personne proche, animées par des psychologues et des bénévoles formés au soutien lors de deuils. Ce projet reçoit un subside de 9.000 euros. Deux autres asbl flamandes sont mentionnées et obtiennent 1.000 euros chacune : l'asbl Vaga à Anvers qui s'attache aux enfants qui souffrent d'un visage déformé, et l'asbl Start West-Vlaanderen à Bruges qui permet aux frères et soeurs d'enfants handicapés de parler de leur expérience.

Placé sous le thème "La violence des jeunes : çà passe ou çà casse", le Prix Princesse Mathilde s'adressait à des jeunes de 12 à 18 ans psychologiquement et socialement fragilisés. L'asbl Jong-Netwerk Jeugdwelzijnswerk Gent a reçu 9.000 euros pour son projet d'accompagnement individuel des jeunes. Autre lauréat (1.000 euros) : l'Institut Communal des Techniques de l'Industrie et de l'Automobile pour son projet de raid au Maroc avec des jeunes du quartier de Droixhe à Liège.

Le deuxième cycle triennal (2004-2006) du Prix Princesse Mathilde est consacré aux femmes et le Fonds reste présidé par Françoise Tulkens. Trois thèmes ont été choisis : "Les femmes au coeur de la société multiculturelle" (en 2004), "Femmes et économie : la force de s'engager avec les couleurs de la diversité" (en 2005) et "Femme et Santé" (en 2006).

Un seul lauréat en 2007 : la ville de Sint-Niklaas reçoit 10.000 euros pour financer une formation afin d'apprendre aux parents et enseignants à stimuler une attitude positive chez les jeunes enfants au sein de la collectivité et limiter les comportements socialement indésirables.

En décembre 2008, deux associations d'Anderlecht (Vie Féminine et l'asbl Walala-Walalou) reçoivent chacune 5.000 euros pour leurs projets de soutien parental et la visite de la princesse quelques mois plus tard. Françoise Tulkens quitte la présidence du Fonds qu'elle occupait depuis sa création et est remplacée par le professeur Peter Adriaenssens.

En 2011 et 2012, le Fonds Princesse Mathilde se consacre à la pauvreté infantile :  http://familleroyalebelge.blogspot.be/2012/07/laction-du-fonds-princesse-mathilde-en.html

2° Fonds Reine Mathilde

Suite au changement de règne, le Fonds Princesse Mathilde devient en 2014 le Fonds Reine Mathilde, et annonce sur son site Internet :   "Le Fonds se concentre sur le thème de la vulnérabilité des enfants et des jeunes. L'impact croissant du Fonds est encore renforcé par les moyens supplémentaires dont il dispose désormais. Il sera possible à présent de combiner des réflexions sociétales et un soutien à des initiatives concrètes sur des thèmes sociétaux qui tiennent à cœur à Sa Majesté la Reine".

En 2016, le professeur Peter Adriaenssens présidait le comité de gestion du fonds, composé de personnes d'horizons très différents :  Hans Bourlon (Studio 100), Didier Catteau (Ministère de l'Education en Fédération Wallonie-Bruxelles), Erwijn Cools (Chirojeugd Vlaanderen vzw), Muriel Grognard (Cour d'Appel de Bruxelles), Françoise Pissart (Fondation Roi Baudouin), Frédéric Rouvez (Exki), Isabelle Vanhoonacker (Musées Royaux des Beaux-Arts de Belgique) et Katrien Verhegge (Kind en Gezien).


Thème 2017 :  "Par des jeunes, pour des jeunes....et en musique!". Parmi les 120 dossiers de candidatures reçus,  23 projets ont été sélectionnés par un jury d'experts et se sont partagés un budget total de 150.000 euros.  Un jury de jeunes (issus de l'Institut Provincial Technique de Court-Saint-Etienne et du Lemmensinstituut de Leuven) a choisi, parmi les 23 projets, le lauréat du Prix Reine Mathilde 2017 (d'une valeur de 10.000 euros) :  le projet "Crossing Music" de l'association Watermusic d'Ostende. Il consiste à demander à des enfants de nationalités très différentes à amener les comptines de leur propre culture qu'ils vont travailler musicalement ensemble.

samedi 20 juin 2009

Le prince Amedeo de Belgique

                                           

(Article actualisé en décembre 2013)

C'est en 1986 que le prince Albert (52 ans) et la princesse Paola (49 ans) deviennent grands-parents pour la première fois. Amedeo, Marie, Joseph, Carl, Pierre, Philippe, Paolo, Marc d'Aviano naît le 21 février 1986 à 18h43 aux Cliniques Universitaires Saint-Luc à Woluwé-Saint-Lambert. Il est le premier enfant de la princesse Astrid et de l'archiduc Lorenz d'Autriche-Este. Il porte le prénom de son arrière-grand-père Amédée de Savoie, 3ème duc d'Aoste, vice-roi d'Ethiopie et gouverneur général de l'Afrique orientale italienne, mort au Kenya en 1942, prisonnier des Anglais.

Son parrain est son oncle le prince Philippe. Sa marraine est sa grand-mère maternelle la princesse Paola qui assiste à l'accouchement de sa fille dont elle est très proche. Le baptême est célébré dans la chapelle du domaine de Laeken. Conformément à la Constitution de l'époque, Amedeo n'entre pas dans l'ordre de succession au trône, car il n'est pas le fils d'un prince de Belgique.

Le petit archiduc vit sept années dans le plus grand anonymat à Bâle en Suisse, où son père travaille dans une banque. La princesse Astrid n'effectuait aucune activité officielle et se consacrait à l'éducation de ses enfants. Suite à l'abrogation de la loi salique en 1991, Amedeo reçoit le titre de prince de Belgique et devient quatrième dans l'ordre de succession au trône (derrière Albert, Philippe et Astrid).

La princesse Astrid, son époux et leurs trois enfants quittent la Suisse en 1993 et s'installent dans une villa de la rue de Brederode, à l'arrière du palais royal de Bruxelles. En septembre 1993, Amedeo entre au collège Sint-Jan Berchmans, où il effectue en néerlandais ses études primaires et une partie de ses secondaires.

A 15 ans 1/2, le prince Amedeo intègre, en septembre 2001, la Sevenoaks School, un collège du Kent en Grande-Bretagne. Il y est interne pendant ses trois dernières années secondaires et y passe son baccalauréat international en 2004.

Comme le veut la tradition, il fait un passage dans l'armée belge, en commençant par une phase d'initiation militaire à Elsenborn. Durant l'année académique 2004-2005, Amedeo suit des cours à l'Ecole Royale Militaire à Bruxelles, participe en février à des entraînements tactiques dans l'Atlas au Maroc, et défile devant sa famille lors de la fête nationale 2005. Son camp final fut chez les commandos à Marche-les-Dames. Il a également décroché un brevet de parachutiste à Schaffen. Le 27 septembre 2007, il prête serment comme officier de réserve sur l'esplanade du Cinquantenaire à Bruxelles.

Le prince a confié plus tard à ce sujet :   "Ce fut une rude adaptation à la vie militaire. En février, j'ai eu l'occasion de suivre des entraînements tactiques dans l'Atlas au Maroc. Ce fut une grande chance d'avoir pu poursuivre cette formation militaire. Pour réussir, il faut inévitablement qu'il y ait une forte cohésion dans l'équipe. Les pelotons qui ne s'entendaient pas bien et qui ne s'entraidaient pas entre eux avaient généralement le plus haut nombre d'abandons et d'échecs. Je suis admiratif devant tous ceux qui, comme eux, choisissent de continuer ce chemin, au service du pays".

De septembre 2005 à juin 2008, le prince étudie à la London School of Economics and Political Sciences. Il a raconté ensuite :  "Mes études à la London School of Economics ont été une période géniale dans ma vie. C'étaient des recherches académiques récentes qui servaient de cours. Les professeurs nous transmettaient la matière avec enthousiasme, ce qui rendait les cours passionnants. Je suis resté très attaché à cette école. Je suis content d'avoir terminé mon bachelor, même si certains aspects des études me manquent aujourd'hui. La vie d'étudiant était très dynamique, stimulante à tout point de vue, et en même temps amusante".

Avec son père, il participe au marathon de New York en 2007 et se classe 8.021ème (3h48 et 18"). Il le refait aussi en 2012 avec ses parents. Le sport et la chasse sont les deux loisirs connus du jeune homme à qui on prête souvent beaucoup d'humour.

Après une année sabatique au cours de laquelle il a travaillé plusieurs mois pour une ONG de micro-crédit au Chili, il commence sa carrière professionnelle de septembre 2009 à juin 2012 au sein de la société Deloitte à New York. Il y travaille sur des projets dans les services financiers, les médias, l'industrie pharmaceutique, les faillites, l'analyse de données numériques, et il a également lancé une plate-forme de distribution vidéo numérique au sein d'une entreprise dans le secteur des télécommunications. Après Deloitte, Amedeo a travaillé cinq mois dans la société Accumulus Capital Management, également basée à New York et spécialisée dans les hedge funds.

A l'occasion de ses 25 ans en février 2011, Amedeo accepte, pour la première fois, de se confier par écrit à la presse.

Sur sa vie professionnelle :   "Comme la plupart des jeunes qui obtiennent leur premier job, j'étais très excité de commencer, mais tout en étant un peu nerveux. Je me souviens d'avoir fêté le jour où j'ai été accepté pour mon premier travail car j'étais si content d'avoir obtenu un job en pleine crise économique! C'est intense et les journées de travail se prolongent souvent tard dans la nuit, mais j'ai déjà tellement appris en un an et demi. Et je suis convaincu que c'est un bon départ dans le monde professionnel. A l'étranger, en général, et particulièrement à New York, je ne pense pas que mon nom ait une influence sur mon travail. Il y a des objectifs et des conditions chiffrées qui doivent être remplies et qui permettent de juger et de mesurer la performance de tout un chacun. En tant qu'analyste, je suis soumis aux mêmes règles que n'importe quel collègue de bureau".

Sur sa vie à New York :    "Depuis que je vis à New York, j'adore explorer cette ville fascinante. J'aime cuisiner aussi, je trouve ça relaxant, mais c'est aux risques et périls de ceux qui doivent manger. Généralement, je fais des plats simples et rapides, ce qui laisse plus de marge à l'erreur. Ce qui me manque le plus quand je suis à l'étranger, c'est ma famille et mes amis que j'ai beaucoup moins souvent l'occasion de voir. La communication n'est pas facile à cause du décalage horaire. J'ai d'ailleurs beaucoup d'admiration pour ma mère et pour ce que font les membres de ma famille au service des autres et de mon pays. Heureusement qu'on peut facilement trouver des produits belges à l'étranger : le chocolat, les bières, le pain et même les frites comme chez nous!".

Sur sa vie amoureuse :   "J'aime rester discret sur ce sujet qui relève de la vie privée. J'espère que vous me comprendrez si je ne réponds pas à cette question. La presse people me classe régulièrement dans le top 10 des princes célibataires les plus séduisants, paraît-il. Je lui en suis reconnaissant. Mais j'imagine qu'il n'y a pas beaucoup plus de dix célibataires dans le secteur et....c'est sans doute pour cela que j'ai été repris dans ce classement!".

Sur les sports :   "A l'école et à l'université, je pratiquais beaucoup de sports d'équipe, tels que le rugby et le football. Depuis que je travaille, j'ai malheureusement moins souvent l'occasion d'y jouer. Pour compenser, la course à pied est une manière de rester en forme car il suffit de mettre des chaussures et c'est parti. Après le marathon de New York, j'ai participé à celui de Chicago en 2009".

En 2013, le prince reprend des études à l'Université de Columbia à New York, et explique son choix sur le site LinkedIn :  "Cette année, pour combler mon expérience de conseil et dans le but de travailler dans la gestion de fortunes privées et de gestion d'investissements, j'ai entamé un Master of Business Administration axé sur le financement, l'investissement et l'entrepreneuriat".

Par ailleurs, Amedeo est le parrain de sa cousine la princesse Elisabeth de Belgique (née en 2001), fille des souverains belges, et de son petit-cousin l'archiduc Lorenz d'Autriche (né en 2003), fils de l'archiduc Carl-Peter d'Autriche et de la princesse Alexandra de Wrede. En dehors des grandes familles nobles européennes, on sait aussi qu'il est l'ami du violoniste belge Lorenzo Gatto.

Fin 2013, la presse révèle que le prince Amedeo a, depuis plusieurs années, une petite amie italienne qui vit aussi à New York :  Elisabetta (Lili) Rosboch von Wolkenstein. Affaire à suivre...

vendredi 12 juin 2009

L'Oeuvre Royale des Berceaux Princesse Paola

En 1876, une crèche de Bruxelles est au bord de la faillite. Des personnes se regroupent et décident de créer le Conservatoire Africain et de récolter de l'argent pour sauver cette crèche. Ils se déguisent en Noirauds pour ne pas être reconnus dans les restaurants qu'ils fréquentent en tant que clients. Leur visage est noirci et leur costume est composé d'un haut de forme blanc, d'un habit noir et d'un pantalon bouffant de couleur vive. La crèche est sauvée.

La princesse Paola accepte, en 1959, la présidence d'honneur de cette association et le Conservatoire Africain devient l'Oeuvre Royale des Berceaux Princesse Paola. La tradition s'intègre dans le folklore bruxellois et la récolte a lieu chaque deuxième week-end de mars. En 1976, les princes Philippe (16 ans) et Laurent (13 ans) se déguisent en Noirauds et circulent incognito dans Bruxelles.

L'Oeuvre Royale des Berceaux Princesse Paola vient en aide à l'enfance défavorisée partout en Belgique, sans distinction de race, de religion ou de conviction religieuse. Cette aide se concrétise, entre autres, par la prise en charge de frais médicaux, l'achat de vêtements ou de nourriture, l'intervention pour des fournitures scolaires, etc. Les demandes sont introduites notamment par le Secrétariat de la Reine, les C.P.A.S., l'Oeuvre de la Naissance et de l'Enfance, et Kind en Gezin. Quelques chiffres concrets : ils ont distribué 62.134, 61 euros (2.506.604 FB) à 92 enfants en 2001 et 60.298, 33 euros (2.432.429 FB) à 181 enfants en 2002.

Devenue reine, Paola reste présidente d'honneur. Elle se rend en 1998 à l'Hôpital Universitaire des Enfants Reine Fabiola pour découvrir l'appareil d'autotransfusion offert par l'association. Elle visite en 2001 et 2006 les expositions organisées à Bruxelles pour le 125ème et le 130ème anniversaires de l'Oeuvre Royale des Berceaux Princesse Paola. Les Noirauds font partie des invités de la Reine lors de la réception donnée en 2007 dans le domaine royal de Laeken pour ses septante ans.

vendredi 5 juin 2009

Activités royales en mai 2009

10 audiences pour le Roi : le premier ministre Herman Van Rompuy (3 fois), les représentants de l'organisation indonésienne KBR68H, le président du comité de pilotage de la crise financière Luc Coene, le président de la Chambre de Commerce et Union des Entreprises de Bruxelles Emmanuel Van Innis, le président de l'Association de la Noblesse du Royaume de Belgique le baron Bernard Snoy, le président du parlement de Bruxelles-Capitale Eric Thomas, le président du Vlaams Economisch Verbond Luc De Bruyckere et l'ambassadeur du Congo Jean-Pierre Mutamba.

6 activités officielles pour le Roi : inauguration du Musée Magritte, remise du Prix Roi Baudouin pour le Développement, déjeuner à Laeken pour les lauréats et le jury du Prix Roi Baudouin pour le développement, réception pour les nouveaux ambassadeurs accrédités en Belgique, 450ème anniversaire de l'archidiocèse de Malines-Bruxelles et frappe de pièces commémoratives pour ses 75 ans et ses 50 ans de mariage.

7 activités officielles pour la reine Paola : inauguration du Musée Magritte, remise du Prix Roi Baudouin pour le Développement, déjeuner à Laeken pour les lauréats et le jury du Prix Roi Baudouin pour le développement, frappe de pièces commémoratives pour les 75 ans du Roi et ses 50 ans de mariage, visite de l'exposition organisée à Gembloux pour les 40 ans de l'Union des Agricultrices Wallonnes, concert de José Van Dam au profit de la lutte contre le cancer, 20 ans du Fonds Herman Houtman au profit de l'enfance défavorisée.

6 activités officielles pour la reine Fabiola : déjeuner à Laeken pour les lauréats et le jury du Prix Roi Baudouin pour le Développement, séance éliminatoire, demi-finale, déjeuner offert au jury et deux finales du Concours Musical Reine Elisabeth (violon) dont elle est présidente d'honneur.

3 activités officielles pour le prince Philippe : remise du Prix Roi Baudouin pour le Développement, déjeuner à Laeken pour les lauréats et le jury du Prix Roi Baudouin pour le Développement, et départ des 20km de Bruxelles. En mai, le prince a mené une mission économique en Corée du Sud et s'est rendu au Kazakhstan pour le départ de l'astronaute belge Frank De Winne dans l'espace.

12 activités officielles pour la princesse Mathilde : deux finales du Concours Musical Reine Elisabeth, conférence sur la maladie d'Alzheimer, déjeuner pour le jury du Concours Musical Reine Elisabeth, remise du Prix Roi Baudouin pour le Développement, déjeuner à Laeken pour les lauréats et le jury du Prix Roi Baudouin pour le Développement, colloque au Sénat sur "Peter Piot et la lutte contre le sida", visite d'un projet d'alphabétisation à Courtrai, réception pour les nouveaux ambassadeurs accrédités en Belgique, concert de José Van Dam au profit de la lutte contre le cancer, rencontre sur la violence à l'égard des enfants des pays en voie de développement, séance d'ouverture des Assises de la Coopération Belge au Développement.

7 activités officielles pour la princesse Astrid : une finale du Concours Musical Reine Elisabeth, remise du 10ème Prix Armoede Uitsluiten (pauvreté), déjeuner pour le jury du Concours Musical Reine Elisabeth, cérémonie d'ouverture à Mons des Special Olympics Belgium, remise du Prix Roi Baudouin pour le Développement, déjeuner pour les lauréats et le jury du Prix Roi Baudouin pour le Développement, 100 ans de l'Institut Inkendaal à Sint-Pieters-Leuw.

5 activités officielles pour le prince Lorenz : une finale du Concours Musical Reine Elisabeth, cérémonie d'ouverture à Mons des Special Olympics Belgium, déjeuner pour les lauréats et le jury du Pirx Roi Baudouin pour le Développement, remise du Prix Roi Baudouin pour le Développement et assemblée générale de l'Association Royale des Demeures Historiques et Jardins de Belgique au château du Roeulx.

4 activités officielles pour le prince Laurent : déjeuner pour le jury du Concours Musical Reine Elisabeth, conférence "Multimodalité, multifonctionnalité, le passe-partout" à Anvers, 50ème journée portes ouvertes du Vrij Technische Instituut Diksmuide et accueil d'enfants marocains à l'ambassade du Maroc.

6 activités officielles pour la princesse Claire : deux finales du Concours Musical Reine Elisabeth, déjeuner pour le jury du Concours Musical Reine Elisabeth, remise du Prix Roi Baudouin pour le Développement, déjeuner pour le jury et les lauréats du Prix Roi Baudouin pour le Développement et baptême du Ballon Princesse Claire du Belgian Balloon Club.

Résumé des activités de la famille royale belge depuis le 1er janvier 2009 :

Roi : 28 activités officielles + 59 audiences

Princesse Mathilde : 39 activités officielles + mission économique au Mexique

Prince Philippe : 28 activités officielles + missions économiques au Mexique, au Panama et en Corée du Sud + voyage au Kazakhstan pour le départ de Frank De Winne dans l'espace

Reine Paola : 28 activités officielles

Princesse Astrid : 19 activités officielles + mission contre la malaria aux Emirats Arabes Unis, au Qatar et en Arabie Saoudite

Princesse Claire : 14 activités officielles

Prince Lorenz : 8 activités officielles

Prince Laurent : 7 activités officielles

Reine Fabiola : 6 activités officielles