lundi 26 avril 2010

Le roi Albert II

                            

(Article actualisé en juin 2017)

1. Prince de Belgique (de 1934 à 1993)                                 
Son Altesse Royale Albert, Félix, Humbert, Théodore, Christian, Eugène, Marie de Saxe-Cobourg-Gotha, prince de Belgique, voit le jour le 6 juin 1934 au château du Stuyvenbergh. Il est le troisième enfant du roi Léopold III et de la reine Astrid. Le petit prince reçoit le prénom de son grand-père paternel, Albert Ier, décédé quelques mois plus tôt. Conformément à un voeu de ce dernier, il obtient également le titre de prince de Liège.

Albert effectue son premier engagement officiel le 7 juillet 1935 lors de la mémorable Joyeuse Entrée de ses parents à Liège. A la surprise générale, la reine Astrid emmène son fils cadet et le présente aux Liégeois au balcon de l'hôtel de ville. Malheureusement, quelques semaines plus tard, la douce et belle Astrid perd la vie dans un accident de voiture à Küssnacht en Suisse. Albert ne gardera aucun souvenir de sa maman.

Comme ses deux aînés Joséphine-Charlotte et Baudouin, le prince connaît les heures sombres de la deuxième guerre mondiale, le remariage de leur père avec Lilian Baels en 1941, la naissance de leur demi-frère Alexandre, la déportation par les Allemands dans la forteresse d'Hirschtein, la Question Royale et l'exil à Prégny en Suisse de 1945 à 1950. Le roi Léopold III et sa famille reviennent en Belgique durant l'été 1950. Albert y termine ses études secondaires. En 1951, suite à la prestation de serment de son frère, le prince de Liège devient le premier dans l'ordre de succession au trône et le restera jusqu'en 1993.

Comme tous les hommes de la famille royale, Albert entreprend ensuite une formation militaire. Au sein de la marine, il sera promu aspirant en 1953, enseigne de vaisseau en 1954, lieutenant de vaisseau en 1957, capitaine de frégate en 1959, capitaine de vaisseau en 1964 et enfin commodore en 1971.

Au cours de la décennie, Albert voit encore l'arrivée de deux demi-soeurs : la princesse Marie-Christine en 1951 et la princesse Marie-Esméralda, dont il est le parrain, en 1956. Les photos des années 50 montrent l'amour et la complicité qui régnaient à cette époque au sein de cette "famille recomposée". De son côté, Joséphine-Charlotte quitte la Belgique pour épouser le grand-duc héritier Jean de Luxembourg. L'un de leur fils, Henri, est le filleul d'Albert et l'actuel souverain du grand-duché.

En 1958, le prince de Liège participe aux nombreuses festivités organisées à l'occasion de l'Exposition Universelle de Bruxelles, inaugure le parc Bokrijk dans le Limbourg et représente le roi Baudouin aux cérémonies de couronnement du pape Jean XXIII au Vatican. Lors d'une réception à l'ambassade de Belgique, il rencontre Paola Ruffo di Calabria, jeune et belle femme issue de l'aristocratie italienne. Albert et Paola se marient le 2 juillet 1959 à Bruxelles. Le couple aura trois enfants.

Pendant presque quarante ans, le prince Albert représente son frère dans une multitude de cérémonies en Belgique et à l'étranger. En 1954, il est nommé président du conseil général de la Caisse d'Epargne et de Retraite (C.G.E.R.). Il le reste jusqu'en 1991, année où cet organe est supprimé. Le 11 mars 1958, Albert prête serment en tant que sénateur de droit et prononce un discours sur le commerce maritime. Au fil des ans, il assiste aux séances du Sénat consacrées aux thèmes qui l'intéressent. En 1958, le prince est nommé président d'honneur du Comité Olympique et Interfédéral Belge, et est également membre du Comité International Olympique de 1958 à 1968. C'est lui qui remettait chaque année le Trophée National du Mérite Sportif à l'hôtel de ville de Bruxelles.

Le 1er décembre 1958, le prince Albert devient président de la Croix-Rouge de Belgique. Son mandat est renouvelé tous les quatre ans. Ce n'est pas un poste honorifique : il préside le conseil national (deux fois par an) et le comité national de direction (six fois par an), il lance chaque année la Quinzaine de la Croix-Rouge, il rencontre les bénévoles des sections locales, il récompense les donneurs de sang les plus assidus, etc. C'est la princesse Astrid qui lui succèdera de 1994 à 2007 à la présidence de la Croix-Rouge.

En 1962, Albert devient le président d'honneur de l'Office Belge du Commerce Extérieur. A ce titre, il a présidé en trente ans plus de cent missions économiques de plusieurs jours à l'étranger. La présence du frère du Roi à la tête d'une délégation facilite la signature de contrats pour les entreprises belges qui sont reçues par les plus hautes autorités du pays. Afin de lui rendre hommage, la F.E.B. et la Fondation Roi Baudouin créent en 1984 le Fonds Prince Albert, qui remet chaque année des bourses pour la formation de jeunes cadres belges désireux de se lancer dans l'exportation.

Enfin, la protection de l'environnement et du patrimoine retenait également l'attention du prince. Il a prononcé plusieurs discours avant-gardistes sur le sujet, notamment lorsqu'il préside en 1972 la délégation belge à la première conférence des Nations-Unies sur l'Environnement.

2. Roi des Belges (de 1993 à 2013)
Son destin bascule suite au décès de son frère Baudouin. Le 9 août 1993, Albert II prête serment au Parlement dans les trois langues nationales et devient le sixième roi des Belges. Contrairement à ses prédécesseurs, il règne sur un Etat fédéral dont il a signé la nouvelle Constitution le 17 février 1994. La fédéralisation de la Belgique et la prise de décisions communes par l'Otan et l'Union Européenne diminuent les pouvoirs royaux. Des compétences glissent au fil des ans vers les communautés et les régions, dont le Roi ne signe pas les décrets et les ordonnances. Un exemple concret : depuis 2002, ce n'est plus lui qui signe l'acte de nomination des bourgmestres de nos 589 communes et des gouverneurs de nos 10 provinces, mais le ministre régional des Affaires intérieures.

Quel est le rôle du souverain d'une monarchie constitutionnelle dans un Etat fédéral du début du XXIème siècle? Soyons clair : son action ne se traduit pas par la mise en oeuvre d'un pouvoir personnel qui pourrait s'exercer sans l'accord du monde politique. C'est par l'avis, la suggestion, la mise en garde, l'avertissement et l'encouragement lors de ses audiences avec tous ceux qui interviennent dans la vie de l'Etat que le Roi exerce son action. Sa perspective est celle de la continuité et des objectifs que le pays doit accomplir sur le long terme. Albert II a très bien compris les limites de son rôle qu'il effectue depuis 1993 avec compétences, simplicité et sagesse. Il n'a commis aucun faux pas politique à ce jour.

Dans son discours de Noël 2001, il déclare que le soutien du civisme fédéral est le premier rôle du roi des Belges : "C'est avec cet objectif de service au pays que je poursuivrai ma tâche, dont la priorité est d'encourager son indispensable cohésion. Cette union dans le respect de la diversité est d'ailleurs clairement souhaitée par la très grande majorité des Belges".

La lutte contre la traite des êtres humains, la maltraitance des enfants, le racisme et la xénophobie sont les grands combats qu'Albert II mène sur le long terme depuis son accession au trône. Il refuse de recevoir en audience les élus de l'extrême-droite et soutient l'action du Centre pour l'égalité des chances et la lutte contre le racisme. En politique étrangère, c'est un Européen convaincu qui accorde beaucoup d'importance à nos anciennes colonies d'Afrique centrale et à l'image de la Belgique à l'étranger.

Plus d'infos sur son rôle politique en 1993 :  http://familleroyalebelge.blogspot.be/2011/09/le-role-politique-du-roi-albert-ii-en.html

Plus d'infos sur son rôle politique en 1994 :  http://familleroyalebelge.blogspot.be/2011/09/le-role-politique-du-roi-albert-ii-en_27.html

Plus d'infos sur son rôle politique en 1995 :  http://familleroyalebelge.blogspot.be/2011/10/le-role-politique-du-roi-albert-ii-en.html

Plus d'infos sur son rôle politique en 1996 (1ère partie) :   http://familleroyalebelge.blogspot.be/2011/10/le-role-politique-du-roi-albert-en-1996.html

Plus d'infos sur son rôle politique en 1996 (2ème partie) :   http://familleroyalebelge.blogspot.be/2011/10/le-role-politique-du-roi-albert-ii-en_24.html

Plus d'infos sur son rôle politique en 1997 :  http://familleroyalebelge.blogspot.be/2011/10/le-role-politique-du-roi-albert-ii-en_31.html

Plus d'infos sur son rôle politique en 1998 :   http://familleroyalebelge.blogspot.be/2011/11/le-role-politique-du-roi-albert-ii-en.html

Plus d'infos sur son rôle politique en 1999 :  http://familleroyalebelge.blogspot.be/2011/12/le-role-politique-du-roi-albert-ii-en.html

Plus d'infos sur son rôle politique en 2000 :  http://familleroyalebelge.blogspot.be/2012/01/le-role-politique-du-roi-albert-ii-en.html

Plus d'infos sur son rôle politique en 2001 :  http://familleroyalebelge.blogspot.be/2012/01/le-role-politique-du-roi-albert-ii-en_16.html

Plus d'infos sur son rôle politique en 2002 :  http://familleroyalebelge.blogspot.be/2012/02/le-role-politique-du-roi-albert-ii-en.html

Plus d'infos sur son rôle politique en 2003 :  http://familleroyalebelge.blogspot.be/2012/02/le-role-politique-du-roi-albert-ii-en_20.html

Plus d'infos sur son rôle politique en 2004 :  http://familleroyalebelge.blogspot.be/2012/04/le-role-politique-du-roi-albert-ii-en.html

Plus d'infos sur son rôle politique en 2005 :  http://familleroyalebelge.blogspot.be/2012/04/le-role-politique-du-roi-albert-ii-en_16.html

Plus d'infos sur son rôle politique en 2006 :  http://familleroyalebelge.blogspot.be/2012/05/le-role-politique-du-roi-albert-ii-en.html

Plus d'infos sur son rôle politique en 2007 :  http://familleroyalebelge.blogspot.be/2012/07/le-role-politique-du-roi-albert-ii-en.html

Plus d'infos sur son rôle politique en 2008 :  http://familleroyalebelge.blogspot.be/2012/08/le-role-politique-du-roi-albert-ii-en.html

Plus d'infos sur son rôle politique en 2009 :  http://familleroyalebelge.blogspot.be/2012/10/le-role-politique-du-roi-albert-ii-en.html

Plus d'infos sur son rôle politique en 2010 :  http://familleroyalebelge.blogspot.be/2013/02/le-role-politique-du-roi-albert-ii-en.html

Plus d'infos sur son rôle politique en 2011 :  http://familleroyalebelge.blogspot.be/2013/02/le-role-politique-du-roi-albert-ii-en_25.html

Plus d'infos sur les Belges anoblis par le roi Albert II :  http://familleroyalebelge.blogspot.be/2011/08/les-belges-anoblis-par-le-roi-albert-ii.html

Plus d'infos sur son intérêt pour l'Afrique Centrale :  http://familleroyalebelge.blogspot.be/2011/07/le-roi-albert-ii-et-lafrique-centrale.html

Plus d'infos sur ses voyages d'Etat à l'étranger :  http://familleroyalebelge.blogspot.be/2016/08/les-voyages-detat.html

Plus d'infos sur la réforme des dotations décidée à la fin de son règne :  http://familleroyalebelge.blogspot.be/2013/06/une-monarchie-plus-moderne-plus.html

Plus d'infos sur l'annonce de son abdication :  http://familleroyalebelge.blogspot.be/2013/07/abdication-du-roi-albert-ii-le-21.html

Plus d'infos sur l'au revoir du roi Albert II au monde politique :  http://familleroyalebelge.blogspot.be/2013/07/lau-revoir-du-roi-albert-ii-au-monde.html

3. La retraite (depuis 2013)
Le 21 juillet 2013, après vingt ans de règne, le roi Albert II abdique au profit de son fils le roi Philippe. Il a gardé son titre de roi et continue d'habiter au château du Belvédère, mais n'apparaît plus beaucoup en public.

Plus d'infos sur le dernier livre paru sur Albert II :  http://familleroyalebelge.blogspot.be/2013/09/le-regne-dalbert-ii-vincent-leroy.html

mardi 20 avril 2010

"Le jardin secret du Roi" (René Henoumont)

Né à Liège en 1922, le journaliste belge René Henoumont a commencé à être publié dans les années 70. Il a abordé tous les genres : romans, contes, essais et chroniques. Admis au sein de l'Association des Ecrivains Belges de langue française, il a reçu plusieurs distinctions, notamment le Prix Charles Plisnier 1994 et le Prix de la Pensée Wallonne 2001.

S'appuyant sur ses souvenirs de jeunesse et de journaliste, René Henoumont nous propose ses réflexions personnelles et pertinentes sur l'histoire de notre dynastie, la deuxième guerre mondiale, la Question Royale et le règne du roi Baudouin. Il dénonce l'importante et irrationnelle médiatisation de sa disparition en 1993 et l'homélie prononcée par le cardinal au cours de ses funérailles : "Ce qui m'agaça un peu, dans les jours qui suivirent la semaine sainte, c'est qu'il m'apparut que l'appareil de l'Eglise, avec son opportunisme ostentatoire, avait récupéré à son profit, sans l'avoir suscitée, l'affection que les Belges portèrent à un roi qui avait surmonté des difficultés de toutes sortes : familiales, politiques et de santé".

René Henoumont s'insurge également contre les liens trop étroits entre le Renouveau Charismatique et le couple royal, les tentatives de béatification du roi Baudouin et la publication en 1995 de ses carnets intimes, très imprégné des valeurs chrétiennes. Malgré ces reproches, l'auteur écrit : "Baudouin fut de toute manière un souverain hautement estimable, témoin et acteur de son temps, courageusement engagé dans des actions personnelles".

Cet ouvrage objectif et sans complaisance tranche avec la littérature hagiographique de 1993 et apporte un éclairage nouveau sur le cinquième roi des Belges. Mais René Henoumont souligne que tout n'a pas été dit : "Ce que nous savons aujourd'hui de Baudouin, davantage depuis sa mort que de son vivant, n'est qu'une partie du jardin secret du Roi. De vastes pelouses, des massifs touffus et de larges allées nous sont encore inconnues". Affaire à suivre...

lundi 12 avril 2010

Le prince Philippe et le domaine social

L'an dernier, je vous avais déjà fait part de ce constat : sans marcher sur les plates-bandes de son épouse, le prince Philippe a décidé de s'intéresser beaucoup plus au domaine social depuis janvier 2009 (voir mon article de l'an passé : http://familleroyalebelge.blogspot.com/2009/03/le-prince-philippe-et-le-domaine-social.html).

Cette tendance s'est poursuivie en Belgique depuis cet article : le prince s'est rendu à la maison d'accueil "La Fontaine" (géré par l'Association Belge de l'Ordre de Malte), au Foyer Tibériade (pour handicapés mentaux) à Dottignies, au lancement des Assises de l'Interculturalité, au Centre Neurologique et de Réadaptation Fonctionnelle à Fraiture-en-Condroz, à la nouvelle unité de psychiatrie infanto-juvénile de l'UZ, à l'asbl Faim et Froid à Gilly, au C.P.A.S. (Centre Public d'Aide Sociale) de Mons, à l'asbl Trempoline (toxicomanie) à Châtelet et à l'asbl Youth at Risk (pour jeunes en difficulté) à Hasselt. Comme en 2009, un déjeuner a été organisé par Philippe et Mathilde en mars 2010 au château de Laeken à l'occasion de la Journée Internationale de la Femme. Par contre, lors des missions économiques à l'étranger, c'est la princesse Mathilde qui assure les visites sociales.

Il est tout à l'honneur du prince que la plupart de ces visites sociales ne sont pas annoncées par le Palais (qui les ajoute le lendemain sur son site Internet), et se passent donc en l'absence des photographes et caméras. Le problème est que les médias et la presse n'en parlent pas, et que le prince Philippe continue d'apparaître juste intéressé par les hommes d'affaires, coupé de la réalité quotidienne des Belges en difficulté. Il serait donc sage d'améliorer la communication autour de ces visites, par exemple en acceptant les photographes au début de la visite.

P.S. Cliquez ci-dessous sur "Philippe" pour retrouver mes autres articles consacrés au prince héritier qui fête ses 50 ans ce jeudi 15 avril. Bon anniversaire Monseigneur!

mardi 6 avril 2010

Le roi Léopold II

Fils du roi Léopold Ier et de la reine Louise-Marie, Léopold naît en avril 1835 à Bruxelles. Il porte le titre de duc de Brabant jusqu'à son accession au trône. Des professeurs viennent lui enseigner l'histoire, la géographie, l'économie politique, la religion, etc. L'écrivain Henri Conscience lui apprend le néerlandais. Son enfance est assombrie par le décès de sa mère en 1850.

En 1853, le prince Léopold devient sénateur de droit. A plusieurs reprises, il prononce des discours suggérant l'agrandissement du port d'Anvers, la nécessité d'une politique d'expansion coloniale et de grands travaux dans la capitale. Le duc de Brabant fait un mariage politique sans aucun amour avec l'archiduchesse Marie-Henriette d'Autriche. Le couple a quatre enfants : le prince Léopold, les princesses Louise, Stéphanie et Clémentine.

Suite au décès de son père en 1865, Léopold II monte sur le trône et détient, à l'heure actuelle, le record de longévité de notre dynastie (44 ans de règne). Voici un extrait du discours qu'il a prononcé lors de sa prestation de serment :

"Premier roi des Belges à qui la Belgique ait donné le jour, je me suis depuis mon enfance associé à toutes les patriotiques émotions du pays. Comme lui, j'ai suivi avec bonheur ce développement national qui féconde dans son sein toutes les sources de force et de prospérité. Comme lui, j'aime les grandes institutions qui garantissent l'ordre en même temps que la liberté et sont la base la plus solide du trône. Dans ma pensée, l'avenir de la Belgique s'est toujours confondu avec le mien et toujours, je l'ai considéré avec cette confiance qu'inspire le droit d'une nation libre, honnête et courageuse, qui veut son indépendance, qui a su la conquérir et s'en montrer digne, qui saura la garder. Je n'ai jamais fait de distinction entre les Belges. Ma mission constitutionnelle me range en dehors des luttes d'opinion, laissant au pays lui-même à décider entre elles. Mon sympathique concours est assuré à tous ceux qui dévoueront à cette oeuvre leur intelligence et leur travail. C'est en persistant dans cette voie d'activité et de sage progrès que la Belgique affermira de plus en plus ses institutions au-dedans et qu'au dehors, elle conservera cette estime dont les puissances garantes de son indépendance et les autres Etats étrangers n'ont cessé de lui donner et lui renouvellent aujourd'hui encore le bienveillant témoignage".

Grâce à son statut de neutralité, la Belgique réussit à se maintenir en dehors des conflits internationaux du XIXème siècle. Léopold II s'efforce de rendre notre pays moins vulnérable : il obtient la construction des fortifications de Liège, Namur et Anvers, et la réforme du service militaire qu'il signe quelques jours avant sa mort en 1909. Auparavant, le recrutement de l'armée belge se faisait sur le volontariat et le tirage au sort avec possibilité de se faire remplacer (moyennant une somme d'argent). Ce système est aboli en 1909 et remplacé par le service d'un fils par famille.

C'est sous le règne de Léopold II que sont votées d'importantes lois sociales : suppression du livret d'ouvrier, droit de former des syndicats, âge d'admission des enfants dans les usines fixé à 12 ans, interdiction du travail de nuit aux enfants de moins de 16 ans et du travail souterrain pour les femmes de moins de 21 ans, réparations pour les accidents de travail, repos dominical, etc.

Fortement industrialisée, la Belgique manque de matières premières. C'est la raison principale pour laquelle Léopold II s'intéresse à l'Afrique centrale et plus précisément à la région du fleuve Congo que vient de reconnaître l'explorateur anglo-américain Stanley. Dès son retour en Europe, il rencontre le Roi qui fonde en 1878 le Comité d'études du Haut-Congo. Le Congrès de Berlin en 1885 reconnaît l'Etat indépendant du Congo avec le roi Léopold comme souverain. Le Parlement belge l'autorise à assumer cette fonction, à condition qu'elle n'entraîne aucune charge financière ou militaire pour la Belgique.

Surnommé le roi bâtisseur, Léopold II entreprend de grands travaux dans la capitale : transformation du palais royal, création de grandes avenues et de parcs publics, construction du palais de justice, des serres royales de Laeken, des arcades du Cinquantenaire, etc. Il développe également la station balnéaire d'Ostende où il séjourne régulièrement.

En 1900, Léopold II crée la Donation Royale qui regroupe le patrimoine immobilier qu'il a acheté ou hérité au cours de sa vie. La Donation Royale est léguée à la Belgique à trois conditions : les terrains et bâtiments ne peuvent être vendus, certains d'entre eux doivent garder leur fonction ou leur aspect d'origine, ou/et être mis à la disposition du chef de l'Etat. Parmi eux, on trouve notamment les châteaux du Belvédère, de Val Duchesse, de Ciergnon et du Stuyvenbergh, le parc Duden à Forest, la Tour Japonaise, le Pavillon Chinois, l'arboretum de Tervuren, mais aussi des bureaux et terres agricoles loués afin de procurer des rentrées financières à la Donation Royale.

Suite au décès de son fils Léopold et à la loi salique qui interdit à ses filles de monter sur le trône, c'est son neveu Albert qui lui succède en 1909. La Belgique est, à cette époque, la neuvième puissance économique du monde et dispose d'une colonie - léguée par Léopold II - qui va lui apporter d'énormes débouchés pendant plusieurs décennies et accroître son prestige sur le plan international.

dimanche 4 avril 2010

Activités royales en mars 2010

23 audiences pour le Roi : le premier ministre Yves Leterme (reçu 4 fois), le gouverneur de la Banque Nationale Guy Quaden, une délégation des Compagnons de la Fraise d'Hoogstraten, le président de la Confédération Asiatique de Football Mohamed Bin Hamman, le ministre des Affaires étrangères Steven Vanackere, le ministre d'Etat Jean-Luc Dehaene, ainsi que les ambassadeurs de Grande-Bretagne, Slovaquie, Irak, Tchad, Liberia, Grèce (ancien), Paraguay, Somalie, Australie, Grèce (nouveau), Algérie, Pakistan, Ouzbékistan, Seychelles reçus en audience de congé ou venus remettre leurs lettres de créance.

6 activités officielles pour le Roi : visite du centre de génétique humaine de la KUL, 150ème anniversaire de la Chambre de Commerce du Limbourg, visite d'Umicore à Hoboken, visite du journal "De Morgen" à Lokeren, visite de l'asbl Passwerk (pour autistes) à Berchem et déjeuner avec le président italien.

3 activités officielles pour la reine Paola : visite de l'asbl Passwerk (pour autistes) à Berchem, déjeuner avec le président italien et visite de l'exposition Frida Kahlo y su Mundo.

0 activité officielle pour la reine Fabiola.

6 activités officielles pour le prince Philippe : rencontre avec les lauréats belges des championnats du monde d'athlétisme en salle, séminaire à Bruxelles sur la responsabilité sociétale de l'entreprise, visite de l'asbl Youth at Risk (Hasselt), championnats du monde de cross-country pour militaires, déjeuner au château de Laeken pour la Journée Internationale de la Femme, visite de l'entreprise Photovoltech à Tirlemont + mission économique en Inde.

7 activités officielles pour la princesse Mathilde : présentation du livre "Qui veut embrasser une grenouille", déjeuner au château de Laeken pour la Journée Internationale de la Femme, remise du prix triennal de la Fondation de Physiopathologie Lucien Doutrebande, finale du concours de poésie 2010-Y-Poetry, lancement de la Semaine Flamande du Livre, visite du centre La Clairière à Bruxelles, visite du centre de revalidation Sint-Lievenspoort à Gand + mission économique en Inde.

14 activités officielles pour la princesse Astrid : assemblée générale de l'EORTC (dont elle est présidente d'honneur), visite d'un centre de soin et d'hébergement à Kortenberg, concert de José Van Dam au profit de la Fondation Samilia, visite du centre Alliance Boots à Nottingham (Grande-Bretagne), conseil d'administration de l'Action Damien (dont elle est présidente d'honneur), visite d'un laboratoire de neuropharmacologie de l'UCL, visite du centre De Lovie à Poperinge, visite du Jobcentrum West-Vlaanderen Sociale Werkplaats Molendries à Gits, visite du Provinciale Dienstverleningscentrum voor Personen met een Handicap à Sint-Michiels, visite de l'asbl Mondial Sport à Schaerbeek, visite de l'asbl Maison Rue Verte à Saint-Josse, visite du Réseau Belge de lutte contre la pauvreté à Schaerbeek, visite de Solidarcité à Bruxelles, visite du Centre d'Accompagnement et de Formation pour Adultes à Saint-Gilles.

1 activité officielle pour le prince Lorenz : visite du centre Alliance Boots à Nottingham (Grande-Bretagne).

2 activités officielles pour le prince Laurent : inauguration de la Foire du Livre de Bruxelles et défilé du couturier Edouard Vermeulen au profit de la Fondation Prince Laurent.

3 activités officielles pour la princesse Claire : inauguration de la Foire du Livre de Bruxelles, défilé du couturier Edouard Vermeulen au profit de la Fondation Prince Laurent et spectacle de marionnettes au profit de la Fondation Pro Renovassistance.

Résumé des activités officielles de janvier à mars 2010 (source : www.monarchie.be) :

Roi Albert : 20 activités officielles + 38 audiences

Prince Philippe : 22 activités officielles + mission économique en Inde

Princesse Mathilde : 20 activités officielles + mission économique en Inde

Princesse Astrid : 24 activités officielles

Reine Paola : 16 activités officielles

Princesse Claire : 9 activités officielles

Prince Laurent : 6 activités officielles

Prince Lorenz : 3 activités officielles

Reine Fabiola : 1 activité officielle