samedi 31 décembre 2016

Quel membre de la famille royale a été le plus actif en 2016?

                               14724501_1749150522015247_7009761210033602057_n

Pas de changement par rapport à l'an dernier pour les quatre premières places.

1° Roi :  226 activités officielles + 149 audiences
Pour la cinquième année consécutive, Philippe (qu'il soit prince ou roi) termine en tête de ce classement :  267 activités officielles en 2012
                      209 activités officielles + 67 audiences en 2013
                      164 activités officielles + 193 audiences en 2014
                      189 activités officielles + 162 audiences en 2015
                      226 activités officielles + 149 audiences en 2016
On constate donc une augmentation du nombre de ses activités officielles et une baisse du nombre d'audiences. Aucune polémique ou interpellation à la Chambre à signaler sur ses discours et son rôle politique. Le Roi semble bien s'entendre avec le monde politique qui respecte jusqu'à présent la confidentialité du colloque singulier. Même le président de la NVA Bart De Wever vient de confier à VTM :  "Je n'ai jamais senti que j'étais désavantagé ; çà a été très correct. Il n'a pas commis de fautes. Je ne peux rien lui reprocher" (ses rapports avec le roi Albert II étant moins bons). La présence des souverains aux côtés des victimes des attentats de mars à Bruxelles a été appréciée. La communication du Palais continue à se moderniser petit à petit. Par contre, point noir à améliorer : les relations entre les souverains et les autres membres de la famille royale...

2° Reine :  246 activités officielles
La reine Mathilde a battu son record de l'an dernier :  166 activités officielles en 2011,  196 en 2012,  190 en 2013,  154 en 2014,  212 en 2015,  et 246 en 2016!

3° Princesse Astrid :  128 activités officielles
Depuis le changement de règne, la princesse Astrid est plus active car elle emmène des missions économiques à l'étranger, à la satisfaction générale :   90 activités officielles en 2011,  63 en 2012,  133 en 2013,  156 en 2014,  119 en 2015,  128 en 2016.

4° Prince Laurent :  87 activités officielles
Comme sa sœur, le prince Laurent est plus actif depuis le changement de règne, et il a battu son record de l'an dernier :  30 activités officielles en 2009,  40 en 2010,  31 en 2011,  35 en 2012,  61 en 2013,  59 en 2014,  72 en 2015,  et 87 en 2016!  Mais le prince se sera aussi fait remarquer par des déclarations maladroites à l'égard de sa famille et du monde politique...

5° Prince Lorenz :  33 activités officielles
Le prince Lorenz - qui continue à travailler dans une banque - prend la 5ème place de ce classement et dépasse désormais la princesse Claire :   23 activités officielles en 2009,  18 en 2010,  30 en 2011,  28 en 2012,  26 en 2013,  23 en 2014,  21 en 2015,  33 en 2016.

6° Princesse Claire :  23 activités officielles
Diminution pour la princesse Claire qui n'a pas accompagné son époux ni à la fête nationale, ni à la fête du Roi :  30 activités officielles en 2009,  41 en 2010,  23 en 2011,  30 en 2012,  46 en 2013,  31 en 2014,  30 en 2015,  23 en 2016.

7° Reine Paola :  12 activités officielles
Le nombre d'activités officielles de la reine Paola continue de baisser :   70 activités officielles en 2011,  67 en 2012,  59 en 2013,  26 en 2014,  19 en 2015,  12 en 2016.

8° Roi Albert II :  11 activités officielles
Le nombre d'activités officielles du roi Albert II continue également de baisser :  50 activités officielles en 2011,  54 en 2012,  58 en 2013,  17 en 2014,  17 en 2015, 11 en 2016.

9° Princesse Elisabeth :  9 activités officielles
A l'occasion de son 15ème anniversaire, j'ai décidé de comptabiliser, pour la première fois, les activités officielles de notre princesse héritière Elisabeth dont la priorité est, à juste titre, ses études secondaires.

P.S. Merci au journaliste Pierre Nizet et au groupe Sud Presse d'avoir repris les chiffres de mon classement dans leurs journaux, tout en ayant l'élégance de citer le nom de mon blog et la gentillesse de dire qu'il était bien tenu.

lundi 26 décembre 2016

Activités royales en décembre 2016

                                 15672904_10153968101987161_6628383084594294698_n                

11 audiences pour le Roi :  le premier ministre Charles Michel (reçu 2 fois), le président de Tunisie Beji Caid Essebsi, le directeur du CERI de l'OCDE Dirk Van Damme, le patriarche d'Antioche, la ministre flamande de l'Enseignement Hilde Crevits,  ainsi que les ambassadeurs de Trinité-et-Tabago, Guatemala, Burkina Faso, Népal et Maroc

11 activités officielles pour le Roi :  visite à la Cour des Comptes, visite de l'entreprise Marcassou à Tenneville, hommage à la dépouille mortelle du ministre d'Etat Jacky Morael à Liège, déjeuner de travail avec le chapitre belge de YPO, remise des prix du concours Belgodyssée 2016, 40ème anniversaire de la création des CPAS, course du Warmathon de Music for Life, 40ème anniversaire du métro bruxellois, concert de Noël au palais royal, visite de l'asbl Buurtwerk Chambéry à Etterbeek, rencontre avec des jeunes au château de Laeken.

6 activités officielles pour la Reine :  visite du Conservatoire Royal d'Anvers, découverte du projet Miriam du CPAS de Namur, visite de la Maison Sociale de Mechelen, High Level Policy Summit à Bruxelles, concert de Noël au palais royal, visite de l'asbl Buurtwerk Chambéry à Etterbeek.

4 activités officielles pour le roi Albert II :  concert de Noël de la Fondation Reine Paola à Flagey, visite d'Autoworld à Bruxelles, visite de l'Institut Roi Albert II contre le cancer, visite de l'exposition "21, rue La Boétie" à Liège.

3 activités officielles pour la reine Paola : concert de Noël de la Fondation Reine Paola à Flagey, visite de l'Institut Roi Albert II contre le cancer, visite de l'exposition "21, rue La Boétie" à Liège.

1 activité officielle pour la princesse Elisabeth :  concert de Noël au palais royal.

42 activités officielles pour la princesse Astrid :  remise du Trophée National du Mérite Sportif 2016, concert de Noël au palais royal    + 40 activités officielles lors de la mission économique belge au Texas (session d'information, dîner offert par le président de l'université du Texas, rencontre avec le maire d'Austin, réception organisée par l'Antwerp World Diamond Center, FEB B2G lunch, visite de Dell EMC à Round Rock, réception offerte par Texas One, rencontre avec le gouverneur du Texas Greg Abbott, dîner offert par le gouverneur, FEB Sucess Stories Breakfast, présentation des activités de Barco et Cinemark, déjeuner d'affaires sur le thème de l'investissement en Belgique, aperçu économique de San Antonio, visite du Fort Alamo à San Antonio, visite des canaux du San Antonio River Walk, réception à l'Hôtel Emma, visite de l'université A&M du Texas, inauguration de l'exposition Texas Aggies Go to War, apéritif du lunch des alumini CEO, cérémonie de signature, VIP lunch, dîner offert par le maire d'Houston, déjeuner sur le thème de la collaboration portuaire, présentation des activités d'Exmar au Texas, visite du nouveau siège de Philipps66 à Houston, cocktaïl de clôture d'un séminaire sur les recherches génétiques, déjeuner d'affaires sur le thème de la biopharmacie, ouverture d'une séance de réseautage sur les technologies médicales au Texas, ouverture d'un séminaire sur le secteur belge de la construction maritime, rencontre avec le président de Greater Houston Partnership, cérémonie de signature de contrats, réception officielle belge, rencontre avec des clients importants du port d'Anvers, clôture d'un séminaire sur le Texas et la Belgique, dîner d'affaires sur le thème de la chimie, visite du centre spatial Johnson, inauguration du nouveau terminal de Katoen Natie, cocktaïl de réseautage, dîner).

3 activités officielles pour le prince Lorenz :  voyage annuel de la famille royale de Roumanie à bord du train royal, 500ème anniversaire de la création de la poste internationale par Charles-Quint, concert de Noël au palais royal.

8 activités officielles pour le prince Laurent :  inauguration de l'exposition de l'artiste Martin Wallaert à Machelen, séance de signatures officielle du programme d'actions 2017-2019 du Contrat de Rivière Senne, colloque au Sénat pour les 30 ans de la loi sur le bien-être animal en Belgique, visite d'une délégation de bâtonniers flamands à la Maison des Energies Renouvelables, remise du Prix Henri La Fontaine pour l'Humanisme, 40ème anniversaire du centre L'Arche Namur, bourse internationale de l'Association Ornithologique Belge, réception de la remise de l'Ordre de Léopold II au chef Marc Beukers.

1 activité officielle pour la princesse Claire :  30ème anniversaire de l'Hôpital Universitaire des Enfants Reine Fabiola

lundi 19 décembre 2016

Esmeralda de Belgique à la Cop 22 à Marrakech

                           Journaliste, S.A.R. la princesse Esmeralda de Belgique vit à Londres, entourée de son mari, le professeur Salvador Moncada, et de ses deux enfants. Elle a édité plusieurs ouvrages, à la mémoire de ses parents, S.A.R. la princesse Lilian et S.M. le roi Léopold III, et s'implique avec conviction dans le domaine de la protection de l'environnement. Elle préside notamment le Fonds Léopold III pour l'Exploration et la Conservation de la Nature.

En septembre dernier, la princesse Esmeralda m'avait accordé une interview à l'occasion de ses 60 ans :   http://familleroyalebelge.blogspot.be/2016/09/esmeralda-de-belgique-linterview-de-ses.html

Dans le cadre de son combat pour l'environnement, elle s'est rendue en novembre dernier à la Cop 22 à Marrakech et a rédigé l'article suivnt pour "Le Soir Magazine" :

"Sous le coup de l'élection de Donald Trump, la conférence sur le climat de Marrakech a débuté dans la fébrilité. Elle s'est conclue dans une atmosphère plus optimiste : de nombreux acteurs, en particulier des femmes, étant déterminés à poursuivre l'effort, avec ou sans les USA.

S'il reste beaucoup d'obstacles à la limitation du réchauffement climatique sous les deux degrés, il est un domaine où des progrès semblent s'accomplir, celui de la justice des genres face à cette thématique. Souvent en charge de l'agriculture, de la collecte de l'eau et de la nourriture, les femmes sont les plus exposées à la dégradation de l'environnement. Mais elles sont aussi les plus susceptibles de trouver des solutions. En particulier les indigènes qui ont toujours vécu en harmonie avec la nature dont elles sont les meilleurs gardiens.

A Marrakech, on a pu écouter les femmes, réunies à l'initiative de l'association Wecan International en marge de la Cop 22. J'ai entendu des témoignages bouleversants parce que, précise l'une d'elles, "nous parlons d'histoires humaines, les dirigeants s'expriment avec des chiffres".  Elles associent l'exploitation sauvage des ressources naturelles aux violences qu'elles subissent.  "On défigure et désacralise la "Mère Terre" comme on attaque notre corps" , affirment-elles.

Au Congo, l'exploitation des mines de coltan par des bandes de mercenaires s'accompagne de viols et de terreur contre les femmes. En Amérique latine, des études constatent ce phénomène en augmentation aux abords des chantiers des compagnies minières ou pétrolières. "Nos rivières sont polluées, nos forêts sont dévastées, nos plantes médicinales disparaissent, explique Nina Gualinga du peuple Sarayaku en Equateur. Si l'on veut avoir une chance de rester sous les deux degrés de réchauffement, les énergies fossiles doivent demeurer en sous-sol". Kayla De Vault, du peuple Navajo, pointe les droits bafoués comme pour le pipeline du Nord Dakota :  "L'accès à l'eau potable est un droit humain". Hilda Heine, présidente des îles Marshall menacées par la hausse du niveau des mers, dénonce :  "Nous subissions le poison de la radioactivité dans notre océan, à présent nous souffrons du réchauffement climatique auquel nous n'avons pas contribué. Notre pollution est votre pollution mais notre combat pour nos enfants est aussi un combat pour vos enfants". 

Et ces pasionarias de la planète proposent des solutions. La Congolaise Neema Namadamu et son association de femmes ont planté 25.000 arbres dans la région déboisée par le trafic de charbon de bois. La Berbère Rachida Outouchki développe au Maroc l'agriculture durable et des fertilisants bio. La Kenyane Ruth Nyambura, avocate des droits des femmes, dénonce le système patriarcal et tente de mettre un terme à l'appropriation des terres agraires du continent africain par des pays étrangers désireux d'assurer leur nourriture. L'Indienne Kalyani Raj prône la formation des femmes et leur promotion socio-économique pour développer une approche holistique. La Californienne Diana Donlon soutient des initiatives de réhabilitation des sols pour conserver le carbone sous terre. L'Australienne Natalie Isaacs, avec l'association "One Million Women", encourage les femmes des pays développés à modifier leur mode de vie et de consommation pour contribuer à la sauvegarde de la planète.

Immense potentiel dans la construction d'une société durable et équitable, au sein des fondations et des ONG qui luttent pour la justice climatique, le poids des femmes ne fait pas de doute, mais elles doivent à présent convaincre les élites politiques et les entreprises en parlant leur langage.

Esmeralda de Belgique".

Cliquez ci-dessous sur "Esmeralda" pour retrouver mes autres articles consacrés à la princesse.

lundi 12 décembre 2016

La chapelle royale de La Panne

                                              Résultat d’images pour chapelle royale de La Panne

Si la grande statue du roi Léopold Ier sur la digue de La Panne est bien connue des touristes de la station balnéaire,  peu savent qu'il existe aussi....une chapelle royale dans la Kapellestraat.

La chapelle néo-gothique des Pères Oblats a été construite en 1906. Durant la première guerre mondiale, le roi Albert Ier et la reine Elisabeth habiteront quatre années à La Panne sur le dernier lambeau de territoire libre, et assisteront à la messe dans cette chapelle. C'est la raison pour laquelle ils lui décerneront en 1924 le titre de "chapelle royale". Les vitraux représentant les saints patrons de la dynastie, installés en 1931, ont malheureusement été détruits durant la deuxième guerre mondiale.

A gauche de la chapelle se trouve également une pierre commémorative dédiée au roi Léopold III. Cette plaque a été installée en 1982 par les Vétérans du roi Léopold III.

lundi 5 décembre 2016

Les 25 ans du prince Joachim de Belgique

                                      14925521_1757293917867574_1645308265591120279_n

(Article actualisé en juillet 2017)

Contrairement à Amedeo et Maria-Laura, Joachim reçoit, dès sa naissance, les titres de prince de Belgique, archiduc d'Autriche-Este, et entre dans l'ordre de succession au trône. L'abrogation de la loi salique avait, en effet, été adoptée quelques mois plus tôt par le parlement belge.

Joachim, Carl-Maria, Nikolaus, Isabelle, Marc d'Aviano naît le 9 décembre 1991 à 1h55 aux Cliniques Universitaires Saint-Luc à Woluwe-Saint-Lambert. Sa grand-mère maternelle la princesse Paola assiste à l'accouchement. Le petit prince pèse 3,285 kg et mesure 50 cm. Il a les yeux bleus et les cheveux blonds. Sa marraine est sa tante l'archiduchesse Isabelle d'Autriche-Este et son parrain est le prince Nicolas de Liechtenstein, époux de la princesse Margaretha de Luxembourg.

Comme Amedeo et Maria-Laura, Joachim effectue en néerlandais ses études primaires et une partie de ses secondaires au collège Sint-Jan Berchmans de Bruxelles. A cette époque, une chute à moto dans le domaine du Stuyvenbergh lui cause plusieurs infections. En septembre 2007, il part terminer ses études secondaires au Malvem College en Grande-Bretagne.

Le 16 novembre 2010, le prince Joachim est incorporé au Centre d'Instruction et d'Ecolage Sud à Arlon pour suivre la formation militaire de base avec les jeunes qui sont engagés pour le service militaire volontaire. Ensuite, il rejoint l'Ecole Nautique de la Marine à Bruges pour y suivre une formation d'officier de quart à la passerelle jusqu'en juillet 2011. Le 17 juillet 2011, Joachim défile avec l'équipage du navire de commandement et de soutien logistique "Godetia"  (amarré le long de la Tamise) dans le centre de Londres à l'occasion de la 77ème cérémonie annuelle organisée au Cénotaphe en hommage aux victimes belges et britanniques de la première guerre mondiale. Un honneur réservé à la seule Belgique depuis 1934.

Après ce passage à l'armée durant l'année académique 2010-2011, le prince Joachim effectue ensuite des études commerciales à l'Université Bocconi à Milan.

En mars 2012, à la base navale de Zeebrugge, le prince prête serment à la Marine comme officier de quart à la passerelle, en présence de ses parents, de la reine Paola et du ministre de la Défense Pieter De Crem. En octobre 2016, en tant qu'officier de réserve, il effectue un rappel de deux jours à bord du patrouilleur P901 Castor de la Marine belge au large de Zeebrugge.

Après avoir effectué deux stages professionnels aux Etats-Unis, le prince revient vivre en Belgique en 2016. Il travaille comme analyste de portefeuille pour l'entreprise Atlas Invest, une holding financière basée à Bruxelles.

Joachim apparaît peu en public. En 2017, On l'a vu aux 80 ans de sa grand-mère la reine Paola, à un concert de Coldplay à Bruxelles, et au mariage de la princesse Eliane de Merode et de Charles Astor de Hever.

Par ailleurs, Joachim est le parrain de sa sœur Laetitia Maria (née en 2003) et de sa nièce Anna Astrid (née en 2016).

jeudi 1 décembre 2016

Activités royales en novembre 2016

                                     15202518_1770220179908281_7407989729604935008_n                

9 audiences pour le Roi :  le premier ministre Charles Michel (reçu 2 fois), le vice-premier ministre Alexander De Croo, le vice-premier ministre Didier Reynders, ainsi que les ambassadeurs de Canada, Suède, Koweït, Yemen et Afrique du Sud.

29 activités officielles pour le Roi : visite de l'exposition "Le Roi Albert Ier et la Grande Guerre" au château de Rumbeke, rencontre avec des pêcheurs à la criée de Zeebrugge, visite du centre IBIS à Bredene, visite de l'école hôtelière Ter Duinen à Coxyde, visite du centre L'Arche Vanier à Aywaille, visite au siège d'Unizo à Bruxelles, commémoration du 11 novembre à la Colonne du Congrès, dîner avec le roi Abdallah de Jordanie, visite de la base aérienne militaire d'Azraq en Jordanie, réception au palais royal pour les nouveaux anoblis, table ronde au palais royal sur l'industrie pharmaceutique en Belgique, réception au palais royal pour les nouveaux fournisseurs brevetés de la Cour  + 17 activités officielles lors du voyage d'Etat aux Pays-Bas (accueil officiel sur la place du Dam, dépôt d'une gerbe au monument national, cérémonie de signature du nouveau traité des frontières belgo-néerlandaises, visite de la Maison de la Culture De Brakke Grand à Amsterdam, clôture de la Belgian-Dutch Innovative Entrepreneurs and Finance Conference, dîner de gala, visite du Centre européen de technologie spatiale à Noordwijk, visite des Etats Généraux des Pays-Bas, rencontre avec le premier ministre Mark Rutte, déjeuner dans la Salle des Chevaliers du parlement, table ronde de la FEB et de la VNO-NEW, visite de l'Agence d'accréditation néerlandaise et flamande, concert offert par les souverains belges, rencontre avec des jeunes chercheurs à Eindhoven, visite du Halst Center à Eindhoven, colloque sur l'eau à Eindhoven, réception au château de Heeze).

25 activités officielles pour la Reine :  visite de l'exposition "Le Roi Albert Ier et la Grand Guerre" au château de Rumbeke, rencontre avec des pêcheurs à la criée de Zeebrugge, visite du centre IBIS à Bredene, visite de l'école hôtelière Ter Duinen à Coxyde, présentation du projet "Tu Veux Test?!" à Forest, réception au palais royal pour les nouveaux anoblis, visite de l'exposition d'estampes japonaises à Bruxelles, table ronde organisée par Child Focus pour la Journée Européenne pour la protection des enfants contre l'exploitation sexuelle, Semaine de la lecture à voix haute à Asse, réception au palais royal pour les nouveaux fournisseurs brevetés de la Cour, inauguration de la Salle Reine Elisabeth rénovée à Anvers  + 14 activités officielles lors du voyage d'Etat aux Pays-Bas (accueil officiel sur la place du Dam, dépôt d'une gerbe au monument national, cérémonie de signature du nouveau traité des frontières belgo-néerlandaises, visite de la Maison de la Culture De Brakke Grand à Amsterdam, symposium sur l'urbanisation, dîner de gala, visite du centre Vitalis pour jeunes en difficulté, visite du projet "Kamers met Kansen", déjeuner dans la Salle des Chevaliers du parlement, visite de la rétrospective Alechinsky, concert offert par les souverains belges, visite de la nouvelle gare d'Utrecht, inauguration d'un nouveau laboratoire à Veghel, réception au château de Heeze).

2 activités officielles pour le roi Albert II et la reine Paola :  Te Deum de la fête du Roi, réception au Parlement pour la fête du Roi

0 activité officielle pour la princesse Elisabeth

4 activités officielles pour la princesse Astrid :  conférence du grand-duc Henri de Luxembourg au palais des Beaux-Arts de Bruxelles, Te Deum de la fête du Roi, réception au Parlement pour la fête du Roi, breefing préparatoire de la prochaine mission économique au Texas.

3 activités officielles pour le prince Lorenz :  Te Deum de la fête du Roi, réception au Parlement pour la fête du Roi, remise à Paris du Prix de l'Initiative pour la Lorraine 2016.

6 activités officielles pour le prince Laurent :  vernissage de l'exposition du photographe Terry O'Neill à Bruxelles, visite de la 40ème foire d'art et d'antiquités de Namur, Te Deum de la fête du Roi, réception au Parlement pour la fête du Roi, spectacle au profit de la Maison d'Enfants Reine Marie-Henriette, concert de la Chorale L'Ensemble Royal Chantilly à Tilly.

2 activités officielles pour la princesse Claire :  visite de la 40ème foire d'art et d'antiquités de Namur,  concert de la Chorale L'Ensemble Royal Chantilly à Tilly

Récapitulatif des activités officielles de janvier à novembre 2016 :

Roi :  215 activités officielles + 138 audiences

Reine :  240 activités officielles

Princesse Astrid :   86 activités officielles

Prince Laurent :   79 activités officielles

Prince Lorenz :  30 activités officielles

Princesse Claire :   22 activités officielles

Reine Paola :  9 activités officielles

Princesse Elisabeth :  8 activités officielles

Roi Albert II :   7 activités officielles

lundi 7 novembre 2016

Le roi Philippe et le président Barack Obama

A quelques heures des élections américaines, revenons sur les deux mandats du président Barack Obama (2008-2012 , 2012-2016). Il n'y a pas eu de rencontre entre le roi Albert II et lui, mais par contre, il y en a eu plusieurs avec le roi Philippe.

En mission économique aux Etats-Unis en 2011, le prince héritier Philippe se rend à la Maison Blanche : il n'y est pas reçu par Barack Obama, mais par le vice-président américain Joe Biden.

                      

Le 21 juillet 2013, Barack Obama déclare dans un communiqué :  "Au nom du peuple américain, je félicite Sa Majesté le roi Philippe pour son intronisation et lui fais part de mes meilleurs vœux. La Belgique et les USA partagent une riche histoire commune, notamment comme alliés au sein de l'Otan". La Maison Blanche fait également part de "sa reconnaissance à Albert II pour sa chaleur humaine, son action et son leadership".

Leur première rencontre a lieu en mars 2014 à Varsovie :  nos souverains et le président américain assistent au 25ème anniversaire des élections libres polonaises. Ils posent côte à côte pour la photo de famille.

                      Résultat d’images pour roi Philippe président obama

Après Varsovie, Barack Obama s'arrête à Bruxelles, où il est accueilli par le Roi et le premier ministre Elio Di Rupo.

                

Le lendemain, tous trois se retrouvent au cimetière militaire américain de Waregem, où reposent 368 soldats américains. Le président américain est ensuite de retour dans la capitale belge, où il prononce un discours au palais des Beaux-Arts de Bruxelles devant 2.000 personnes (dont le couple royal).

                 

Le 5 juin 2014, Barack Obama est à nouveau de passage à Bruxelles. Il est reçu officiellement par le Roi et le premier ministre au palais royal.

                  

Nos souverains retrouvent le président américain le lendemain en France pour le 70ème anniversaire du Débarquement des troupes alliées en Normandie.

                                  Résultat d’images pour Obama roi Philippe

Quelques jours après les attentats terroristes de Bruxelles en mars 2016, le secrétaire d'Etat John Kerry vient à Bruxelles pour présenter les condoléances des Etats-Unis aux autorités belges. Il est reçu en audience par le Roi au palais royal.

                                    12377806_1662762133987420_4134791872539296146_o

En juin 2016, l'ancien maire de New York Michaël Bloomberg est également reçu en audience par nos souverains.

On peut donc conclure que les relations diplomatiques entre les Etats-Unis et notre pays étaient donc plutôt bonnes durant les huit années de présidence de Barack Obama (en particulier au cours de son deuxième mandat où il est venu deux fois à Bruxelles).

mardi 1 novembre 2016

Activités royales en octobre 2016

                                14731333_1745475742382725_7221512141246735903_n

14 audiences pour le Roi :  le premier ministre Charles Michel, le président d'Afghanistan Ashraf Ghani, le Prix Nobel d'Economie 2014 Jean Marcel Tirole, une délégation de la Keizerlijke Commanderie der Edele Haspengouwse Fruyteniers en hun Gastronomie, ainsi que les ambassadeurs de Russie, Kosovo, Malaisie, Pologne, Guyana, Nouvelle-Zélande, Luxembourg, Brunéi, Bangladesh et Cap-Vert.

33 activités officielles pour le Roi :  Journée Découvertes Entreprises à Noordzee Drones à Zeebrugge, réception au palais royal pour la nouvelle promotion des stagiaires diplomates, réception à l'hôtel de ville de Francfort, rencontre avec des auteurs belges et néerlandais à Francfort, inauguration de la Foire du Livre de Francfort, inauguration du pavillon belgo-néerlandais, débat d'ouverture des Journées de Bruxelles, concert d'automne au palais royal, séance inaugurale du Conseil de Chimie Solvay, visite du Service d'Enlèvement et de Destruction des Engins Explosifs, visite du parlement de la Fédération Wallonie/Bruxelles, réception au château de Laeken pour les sportifs belges, dîner avec des jeunes talents belges    + 20 activités officielles lors du voyage d'Etat au Japon (visite du Nezu Shrine à Tokyo, réception à l'ambassade belge à Tokyo, cérémonie d'accueil officiel au palais impérial, réunion de travail avec la Fédération des Organisations Economiques Japonaises, déjeuner avec des entrepreneurs japonais, Belgian Walking Dinner, dîner de gala au palais impérial, rencontre avec des organisations sportives japonaises, cérémonie d'accueil au centre d'information et de communication de Yuki, visite d'une exposition sur le tissage de la soie, rencontre avec le premier ministre japonais, cérémonie de signature de contrats à Tokyo, dîner offert par le premier ministre japonais et son épouse, célébration à Nagoya des 10 millions de voitures japonaises ayant transité par les ports belges, déjeuner à Nagoya avec les représentants du secteur automobile japonais, visite du Tokugawa Art Museum à Nagoya, concert offert par les souverains belges, déjeuner à Osaka avec des représentants du secteur japonais de la chimie, spectacle de théâtre à Osaka, concert "Japan and Belgium : one in music" à Osaka).

44 activités officielles pour la Reine :  réception au palais royal pour la nouvelle promotion des stagiaires diplomates, visite de l'exposition Hergé à Paris, visite de l'exposition Magritte à Paris, 20ème anniversaire du Breast International Group, réception à l'hôtel de ville de Francfort, rencontre avec des auteurs belges et néerlandais à Francfort, inauguration de la Foire du Livre de Francfort, inauguration du pavillon belgo-néerlandais, concert d'automne au palais royal, visite de la 25ème Biennale Internationale Intérieur à Courtrai, table ronde avec les 17 projets retenus par le Prix Reine Mathilde 2016, visite de l'exposition "A la recherche d'Utopia" à Louvain, réception au château de Laeken pour les sportifs belges, dîner avec des jeunes talents belges     + 20 activités officielles lors du voyage d'Etat au Japon (visite du Nezu Shrine à Tokyo, réception à l'ambassade belge à Tokyo, cérémonie officielle d'accueil au palais impérial, visite d'une école de musique à Tokyo, conférence sur l'égalité entre hommes et femmes sur le marché du travail, visite d'une exposition sur la mode belge, Belgian Walking Dinner, dîner de gala au palais impérial, événement de promotion touristique "Welcome in Belgium", cérémonie d'accueil au centre d'information et de communication de Yuki, visite d'une exposition sur le tissage de la soie, dîner offert par le premier ministre japonais et son épouse, visite d'un centre commercial à Nagoya, inauguration du costume de Schtroumpf de Manneken Pis de Nagoya, déjeuner à Nagoya avec les représentants du secteur automobile japonais, visite du Tokugawa Art Museum à Nagoya, concert offert par les souverains belges, déjeuner pour marquer la collaboration entre l'université de Kobe et les universités belges, spectacle de théâtre à Osaka, concert "Japan and Belgium : one in music" à Osaka)  + 10 activités officielles lors de son voyage humanitaire en Jordanie (rencontre avec le premier ministre jordanien, rencontre avec les agences des Nations Unies qui collaborent avec la Jordanie dans l'accompagnement des réfugiés, rencontre avec le ministre jordanien des Affaires étrangères, rencontre avec le Haut-Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, visite du centre de réfugiés géré par l'ONU à Al Zaatari, visite du centre de réfugiés Makani géré par l'Unicef, visite d'une maison familiale de réfugiés organisé par le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés, réception à l'ambassade belge, dîner avec la reine Rania de Jordanie, visite de la Jordan River Foundation).

0 activité officielle pour le roi Albert II et la reine Paola

1 activité officielle pour la princesse Elisabeth :  Journée Découverte Entreprises à Noordzee Drones à Zeebrugge.

7 activités officielles pour la princesse Astrid :  visite de laboratoires de la VUB soutenus par la Fondation Médicale Reine Elisabeth, remise des Prix Terre d'Avenir 2015-2016 de la Fondation Reine Paola, remise du Essenscia Innovation Award 2016, concert d'automne au palais royal, réception au château de Laeken pour les sportifs belges, 27ème conférence internationale sur le Spina Bifida and Hydrocephalus, redémarrage d'un réacteur du Centre d'Etude de l'Energie Nucléaire à Mol.

3 activités officielles pour le prince Lorenz :  visite du Musée Royal de Mariemont à Morlanwelz, concert d'automne au palais royal, visite du nouveau musée de l'informatique à Namur.

16 activités officielles pour le prince Laurent :  visite du marché matinal de Bruxelles, visite de l'asbl Os'Mose à Esneux, 2ème Fun Rally Fiat 500 au profit de l'asbl Justine for Kids, conférence "Migration, Schengen, Terrorism : where is Europe?", 50ème anniversaire du Cercle des Anciens des Forces Navale et Marine du Hainaut-Centre-Ouest-Mons, concert de l'Orchestre Lumen Symphonicum à Gand, rencontre avec des étudiants de la Haute Ecole Provinciale du Hainaut-Condorcet à Mons, ouverture du Festival International du Film de Gand, UE4 Amatrice au profit des victimes du tremblement de terre en Italie, vernissage de l'exposition de la Maison Natan à Anvers, visite de la Maison des Energies Renouvelables avec le premier ministre du Sri Lanka, ouverture du Waterloo Historical Film Festival, 100ème anniversaire de la Guilde Royale des Cordonniers de Gand, inauguration de Récy K à Anderlecht, visite de la cidrerie Stassen à Aubel, 15ème anniversaire d'Avocats Be.

3 activités officielles pour la princesse Claire :  visite du marché matinal de Bruxelles, vernissage de l'exposition de la Maison Natan à Anvers, visite de la cidrerie Stassen à Aubel.

Récapitulatif de janvier à octobre 2016 (source : www.monarchie.be) :

Roi :  186 activités officielles + 129 audiences

Reine :  215 activités officielles

Princesse Astrid :  82 activités officielles

Prince Laurent :  73 activités officielles

Prince Lorenz :  27 activités officielles

Princesse Claire :   20 activités officielles

Princesse Elisabeth :   8 activités officielles

Reine Paola :   7 activités officielles

Roi Albert II :    5 activités officielles

lundi 24 octobre 2016

Biographie de la princesse Astrid de Belgique

                                                    


Présentation de l'ouvrage :
Sorti en 2011 et récemment actualisé, cet ouvrage est l'unique biographie existant sur la princesse. A 54 ans, Astrid a réussi sa vie de femme et sa vie de princesse. Après une enfance marquée par les problèmes conjugaux de ses parents, elle fait un mariage d'amour avec l'archiduc Lorenz d'Autriche-Este en 1984. Cette union heureuse et la naissance de leurs cinq enfants lui apportent la sérénité et l'épanouissement. On l'a ressenti en particulier quand elle a passé le cap de la quarantaine : plus sûre d'elle, elle a commencé à s'intéresser à la mode et à donner des interviews où elle s'est livrée en toute franchise.

Sa vie privée n'a jamais donné lieu à aucun scandale. Le couple princier mène une vie familiale discrète, loin des mondanités et de la jet-set. Si leurs enfants apparaissent de temps en temps en public, ils peuvent mener une vie anonyme et ne sont pas harcelés par les photographes. Tous les cinq travailleront, et n'auront ni dotation, ni rôle officiel en Belgique. L'avenir de la monarchie, c'est la branche aînée (les enfants de Philippe et Mathilde), et non les branches cadettes (les enfants d'Astrid et Laurent).

Depuis l'accession au trône en 1993 de ses parents dont elle est très proche, Astrid a une vie officielle en Belgique et cherche à se rendre utile dans le domaine social. Cela n'a rien d'étonnant car elle a un jour confié qu'elle aurait aimé être médecin (la culture l'attire moins). A travers ses visites, ses discours, ses interviews et ses patronages, elle s'est engagée en faveur de la Croix-Rouge, de la pauvreté, du sida, des mines antipersonnel, des handicapés, de la recherche scientifique, de la malaria et de la lèpre. La princesse effectue de nombreuses visites sur le terrain en Belgique, mais s'est également rendue dans plusieurs pays en voie de développement (Honduras, Mozambique, Burkina Faso, Ghana, Ethiopie, Bénin, Afrique du Sud, Tanzanie, Zambie, etc.).

Depuis le changement de règne en 2013 et alors que rien ne l'y préparait, Astrid s'investit en faveur de l'économie de notre pays, à travers le Fonds Prince Albert et les missions économiques belges qu'elle emmène à l'étranger, à la satisfaction générale. Par contre, ses relations semblent toujours difficiles avec ses deux frères.

Astrid n'est pas aussi populaire que la reine Mathilde qui bénéficie d'une plus grande médiatisation de ses activités, mais elle a une bonne image dans l'opinion publique, tant au nord qu'au sud du pays. Elle a hérité du sens du contact et de la simplicité de son père qui lui permettent de s'adapter à toutes les situations. Les ministres et journalistes qui l'accompagnent plusieurs jours à l'étranger, s'entendent bien avec elle.

Enfin, si on prend un peu de recul, on peut conclure que malgré sa discrétion et sa réserve, Astrid occupera une place privilégiée dans l'histoire de la monarchie belge : en effet, depuis 1831, elle est la première princesse à pouvoir prétendre au trône de Belgique, à être sénatrice de droit, à avoir un grade militaire au sein de l'armée, à recevoir une dotation du gouvernement, à transmettre son titre à ses enfants, à avoir un rôle officiel défini, et à emmener des missions économiques à l'étranger.

Pour commander cet ouvrage de 144 pages, vous pouvez vous adresser directement auprès d'Imprimages :  www.imprimages.be/index.php/catalogue-des-livres/biographies/la-princesse-astrid-de-belgique-detail  (10 euros + frais de port)

Présentation de l'auteur :
Passionné par l'histoire belge contemporaine, Vincent Leroy est l'auteur, depuis 2005, de neuf ouvrages :
- "Chroniques du règne d'Albert II", éditions Azimuts, 2005, ré-actualisé en 2006
- "Le poète belge Emile Verhaeren", éditions Azimuts, 2006
- "Le prince Charles de Belgique", éditions Imprimages, 2007
- "Les 70 ans de la reine Paola", éditions Imprimages, 2008
- "Le prince Laurent et la princesse Claire de Belgique", éditions Imprimages, 2009
- "Les 180 ans de la Belgique", éditions Imprimages, 2010
- "La princesse Astrid de Belgique", éditions Imprimages, 2011, ré-actualisée en 2016
- "Les 75 ans de la reine Paola", éditions Imprimages, 2012
- "Le règne d'Albert II", éditions Imprimages, 2013

Site personnel de Vincent Leroy :   www.vincentleroy.be

lundi 17 octobre 2016

2ème Salon du Livre d'Histoire à Bruxelles

slide01

Après une première édition réussie l'an dernier au Coudenberg, le 2ème Salon du Livre d'Histoire est organisé à l'hôtel de ville de Bruxelles ces 19 et 20 novembre par Patrick Weber dont je vous ai déjà parlé (http://familleroyalebelge.blogspot.be/search/label/Weber%20Patrick) . La marraine du salon est la princesse Esmeralda de Belgique qui m'a accordé récemment une interview par mail à l'occasion de ses 60 ans :  http://familleroyalebelge.blogspot.be/2016/09/esmeralda-de-belgique-linterview-de-ses.html . Au programme : conférences, séances de dédicaces, visites guidées de l'hôtel de ville, débats, etc.

Parmi les auteurs belges présents, plusieurs dont je vous ai déjà parlé.

- Jean-Baptiste Baronian :   http://journalpetitbelge.blogspot.be/2016/04/dictionnaire-amoureux-de-la-belgique.html

- Olivier Defrance :   http://familleroyalebelge.blogspot.be/2016/07/lilian-et-le-roi-dolivier-defrance.html

- Patrick Roegiers :  http://familleroyalebelge.blogspot.be/2009/11/la-spectaculaire-histoire-des-rois-des.html

- Princesse Léa de Belgique :   http://familleroyalebelge.blogspot.be/2015/11/les-64-ans-de-la-princesse-lea-de.html

- Christophe Vachaudez :   http://familleroyalebelge.blogspot.be/2014/11/interview-de-christophe-vachaudez-sur.html

lundi 3 octobre 2016

Activités royales en septembre 2016

                                       14434829_1112923422108858_3829253201153730176_o

14 audiences pour le Roi :  le premier ministre Charles Michel (reçu 3 fois), le gouverneur de la Banque Nationale de Belgique Jan Smets, le bourgmestre d'Amay Jean-Michel Javaux, le président du parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles Philippe Courard, le ministre de la Mobilité François Bellot, une délégation de MUN Society Belgium, Pieter Baeyens (Epée du Roi 2016), ainsi que les ambassadeurs de Lettonie, Palau, Belarus, Singapour et Liechtenstein.

17 activités officielles pour le Roi :  déjeuner à Laeken avec les chefs d'Etat germanophones et leurs conjoints, 13ème sommet informel des chefs d'Etat germanophones à Eupen, visite du Zentrum fur Förderpëdagogik, visite du parlement de la communauté germanophone, 40ème Mémorial Van Damme, commémoration de la Libération à Maldegem, soirée de gala du comité de soutien Flandre Occidentale de la Fondation Roi Baudouin, exercice catastrophe à Deurne, visite du Home Baudouin de l'Oeuvre de l'Hospitalité, déjeuner de travail avec l'association Spin Off Kwadraat, réception pour les officiers de l'Ecole Royale Militaire ayant prêté serment fin septembre, table ronde au palais royal sur les adultes handicapés, visite de travail à la Banque Centrale Européenne à Francfort, visite du Mémorial Juif à Francfort, visite du centre intergénérationnel d'Habay-la-Neuve, visite du parc d'entreprises d'applications spatiales à Transinne, rencontre avec les habitants de Libin.

16 activités officielles pour la Reine :   lancement du jeu "Dossier 116000" par Child Focus, déjeuner à Laeken avec les chefs d'Etat germanophones et leurs conjoints, visite de la BRF à Eupen, visite du Musée de la Poterie à Raeren, visite du Zentrum fur Förderpëdagogik, visite du parlement de la communauté germanophone, 40ème Mémorial Van Damme, soirée de gala du comité de soutien Flandre Occidentale de la Fondation Roi Baudouin, découverte du projet "Actions in the Mediterranean", audience pour une délégation de MUN Society Belgium, table ronde au palais royal sur les adultes handicapés, spectacle "Cold Blood" au Théâtre Royal Flamand de Bruxelles, visite du centre Horizons Neufs à Louvain-la-Neuve, visite du centre intergénérationnel d'Habay-la-Neuve, visite du parc d'entreprises d'applications spatiales à Transinne, rencontre avec les habitants de Libin.

0 activité officielle pour le roi Albert II et la reine Paola

1 activité officielle pour la princesse Elisabeth : 40ème Mémorial Van Damme.

10 activités officielles pour la princesse Astrid :   inauguration de l'exposition "Six cent ans d'archives" de la Guilde Royale de Saint-Sébastien à Bruges, inauguration à Bruges d'un monument à la mémoire du roi Charles II, parade des Grenadiers Guards à Bruges    + 7 activités officielles au Brésil (cérémonie d'ouverture des Jeux Paralympiques, réception offerte par le président du Brésil, épreuves de tennis de table, épreuves de natation, visite du Village Olympique, remise des médailles du 400m en chaise, visite d'un projet social).

7 activités officielles pour le prince Lorenz :  7 activités officielles au Brésil (cérémonie d'ouverture des Jeux Paralympiques, réception offerte par le président du Brésil, épreuves de tennis de table, épreuves de natation, visite du Village Olympique, remise des médailles du 400m en chaise, visite d'un projet social).

15 activités officielles pour le prince Laurent :   cortège du Festin à Lessines, Brussels Stephex Masters à Meise, inauguration de quatre vitraux à la cathédrale de Liège, lancement à Jodoigne des Journées du Patrimoine en Wallonie, commémoration annuelle au mémorial de l'Otan à Fréthun, visite au dispensaire bruxellois de la Fondation Prince Laurent, visite de l'exposition de Martine Theys à Anvers, première du film "Everybody Happy" à Kinépolis Anvers, célébration à la cathédrale Saints-Michel-et-Gudule en mémoire des victimes du tremblement de terre d'août en Italie, spectacle de la Ligue d'Improvisation Belge à Ixelles, inauguration d'une plaque commémorative en mémoire de la reine Astrid à Nieuwrode, rencontre avec le ministre d'Etat Guy Verhofstadt, réunion de travail entre la présidente de l'Assemblée des Régions d'Europe et une délégation du Conseil des Relations Economiques Extérieures de Turquie, soirée de gala de la Fondation Prince Laurent, réunion de travail au C.H.U. Saint-Pierre sur les soins prodigués aux réfugiés en Europe.

3 activités officielles pour la princesse Claire :  Brussels Stephex Masters à Meise, lancement à Jodoigne des Journées du Patrimoine en Wallonie, soirée de gala de la Fondation Prince Laurent

Récapitulatif des activités officielles de janvier à septembre 2016 :

Roi :   153 activités officielles + 115 audiences

Reine :  171 activités officielles

Princesse Astrid :   75 activités officielles

Prince Laurent :  57 activités officielles

Prince Lorenz :   24 activités officielles

Princesse Claire :  17 activités officielles

Princesse Elisabeth :  7 activités officielles

Reine Paola :   7 activités officielles

Roi Albert II :   5 activités officielles

lundi 19 septembre 2016

Esmeralda de Belgique : l'interview de ses 60 ans


12670558_10153213860707161_2895088050914567403_n

Née en septembre 1956, la princesse (Maria)-Esmeralda de Belgique est la fille cadette du roi Léopold III et de la princesse Lilian. Elle vit à Londres avec son époux le professeur Salvador Moncada et leurs deux enfants. Elle revient régulièrement en Belgique, et continue sa carrière de journaliste indépendante et engagée. La princesse a accepté de répondre par mail à mes questions :

"Madame, quand et pourquoi avez-vous voulu devenir journaliste?
- Etant adolescente, je voulais devenir comédienne. J'adorais le théâtre et le cinéma, et je pensais sérieusement entreprendre cette carrière. Puis, j'ai choisi d'étudier le droit aux facultés Saint-Louis de Bruxelles avec l'idée de devenir avocate. Après la deuxième candidature, j'ai décidé de faire une licence en communication sociale (journalisme) à Louvain-la-Neuve de 1977 à 1979. L'écriture et les voyages sont des passions que j'ai pu satisfaire dans la profession de reporter.

- Comment ont réagi vos parents, eux qui n'ont pas toujours été épargnés par les journalistes?
- Même si mes parents n'ont pas été épargnés par la presse, ils n'ont jamais essayé de me dissuader. Mon père m'a déclaré à l'époque :  "Si tu agis avec rigueur et honnêteté, le journalisme est l'un des plus beaux métiers du monde".

- Quels souvenirs gardez-vous de vos études de journaliste? Quels rapports aviez-vous avec les autres étudiants?
- Je garde de très bons souvenirs de mes études. Les autres étudiants étaient originaires de différents pays, notamment d'Amérique latine, et nous entretenions d'excellents rapports. J'ai effectué un stage d'un mois à "La Libre Belgique", durant lequel je suis passée par tous les services du journal, à l'exception de la politique intérieure. J'ai choisi d'écrire ma thèse de fin d'études sur le rôle de la presse dans l'affaire Empain, ce qui m'a passionné.

- Vos études de journalisme terminées, quelles étaient vos envies pour votre début de carrière?
- Mes études terminées, j'avais envie de devenir grand reporter et de parcourir le monde. Je n'envisageais pas de travailler dans l'audiovisuel ; je préférais la presse écrite.

- Quand et pourquoi êtes-vous partie travailler à Paris?
- Je suis partie à Paris en 1980 comme stagiaire au "Figaro Magazine", dirigé à l'époque par Louis Pauwels. Je souhaitais partir à l'étranger qui offrait, pour moi, une plus grande liberté d'action et la possibilité de travailler comme n'importe quelle autre journaliste.

- Comment s'est passé ce stage au "Figaro Magazine"?
- C'était passionnant pour moi de me trouver au sein d'un magazine d'un tel renom avec des journalistes de grande envergure. Je me souviens des réunions de rédaction durant lesquelles Louis Pauwels demandait à chacun de donner des idées de reportages. Chaque journaliste, y compris stagiaire, avait son temps de parole et il valait mieux présenter un bon projet devant le patron! Je suis restée un an et j'ai eu l'occasion de signer plusieurs articles dont une interview d'Axel Springer, le grand patron de presse allemand.

- Ce départ en 1980 représente aussi une plus grande liberté et indépendance par rapport à votre vie au domaine royal d'Argenteuil?
- Tout à fait. C'était la première fois que j'habitais seule dans un appartement et que je devais me débrouiller sans l'aide de personne. Mon père est venu habiter plusieurs jours dans mon appartement et ma mère venait souvent passer une journée à Paris et déjeuner avec moi. De toute façon, je revenais à Argenteuil pour de nombreux week-ends.

- Qu'avez-vous fait après ce stage au "Figaro Magazine"?
- Après le stage au "Figaro Magazine", je suis restée à Paris et j'ai collaboré, en free lance, à de nombreux magazines français, allemands, italiens et espagnols, réalisant des interviews du monde du spectacle, des arts, des sciences et des entrepreneurs. J'ai également réalisé des reportages de décoration. J'ai exercé mon métier de journaliste jusqu'en 1998, date à laquelle j'ai quitté Paris pour Londres où je me suis mariée.

- Parmi tous ces articles écrits entre 1980 et 1998, pouvez-vous nous en citer cinq qui vous tiennent particulièrement à coeur?
- J'ai eu la chance d'interviewer des hommes de sciences comme l'Américain Robert Gallo ou le chirurgien Michael Debakey, des stars tels qu'Anthony Quinn, John Cassavetes, Brigitte Bardot, des grands sportifs tels que Bjorn Borg, des chefs d'entreprise comme Enzo Ferrari ou Axel Springer, ...

- Sous quel nom avez-vous choisi d'écrire ces articles? Est-ce que votre titre de princesse vous a ouvert ou fermé des portes?
- J'ai écrit sous le nom "Esmeralda de Belgique" et aussi "Esmeralda de Réthy". Mon nom m'a ouvert quelques portes, bien entendu, mais parfois c'était un inconvénient et finalement, ce qui compte, c'est le professionalisme que l'on doit prouver sur le terrain.

- Quel regard portaient vos parents sur votre carrière de journaliste?
- Mes parents étaient fiers, je pense, que je sois indépendante et que j'exerce un métier que j'aime.

- Avez-vous eu envie de les interviewer?
- J'aurais aimé le faire mais ils n'auraient pas accepté.

- Que faisiez-vous durant vos temps libres à Paris, quels étaient vos endroits préférés?
- J'ai adoré la ville de Paris où j'ai habité 16 ans (car j'ai également résidé à Milan en Italie pendant plusieurs mois). A Paris, j'aimais flâner dans les rues ou sur les quais de la Seine, entrer dans les librairies de quartier, visiter et revisiter les musées comme, par exemple, celui consacré à Rodin, prendre un brunch le dimanche au café Flore sur le boulevard Saint-Germain, et surtout être en compagnie de mes amis.

- Avez-vous des modèles comme journalistes?
- Mon premier héros du journalisme était un grand écrivain :  Joseph Kessel. Grâce à Marcel Jullian qui fut son ami, j'ai la chance de posséder un exemplaire dédicacé de son livre sur l'aviateur Jean Mermoz. J'ai toujours admiré les grands reporters comme Oriana Fallaci ou Marie Colvin, assassinée il y a peu.

- Comment vous est venue l'idée d'écrire la biographie du couturier Christian Dior?
- J'avais préparé un article de presse sur les 50 ans de la Maison Dior en 1997 et, pour ce faire, interviewé de nombreuses personnes qui avaient connu Christian Dior et qui avaient travaillé avec lui. J'ai découvert tellement d'anecdotes et d'informations que j'ai pensé que cela valait la peine d'écrire un livre.

- Par rapport à votre mère et à votre frère, votre expérience de journaliste n'a-t-elle pas été aussi un avantage pour bien communiquer avec la presse et les médias à partir de 2001 lorsque vous êtes sortie de l'ombre pour la promotion de votre livre sur le roi Léopold III?
- Certainement.

- Quel regard portez-vous sur l'évolution de la presse écrite face à Internet et aux réseaux sociaux?
- Internet et les réseaux sociaux ont révolutionné l'information ces dernières années. Tout va beaucoup plus vite et tout est plus transparent. C'est un avantage qui rend la censure plus difficile et qui nous permet d'avoir accès à énormément de sources. Mais il faut également être très prudent car on trouve le meilleur et le pire sur Internet. Les journalistes ont plus que jamais un rôle d'intermédiaire à jouer pour donner de la crédibilité aux informations.

- Dans quels buts avez-vous créé votre compte Twitter en 2015?
- Professionnellement pour entrer en contact avec différentes ONG et associations de femmes, et rechercher des publications et des études pour l'ouvrage que je prépare en ce moment sur le thème des droits des femmes dans le monde. Personnellement, pour partager les thèmes qui me sont chers : la défense de l'environnement, le changement climatique, les droits des peuples indigènes, les droits des femmes, etc. Utiliser les réseaux sociaux pour faire de l'activisme.

- Votre futur ouvrage sera donc dans le prolongement de "Femmes Prix Nobel", où vous aviez mis à l'honneur le combat de certaines d'entre elles pour les droits des femmes?
- Oui mais ce seront des portraits et des témoignages humains de femmes sur le terrain.

- Est-ce pour ce livre que vous avez rencontré, en février à Bruxelles, Marguerite Barankitse qui avait créé la Maison Shalom pour des enfants orphelins au Burundi et qui bénéficiait d'ailleurs du soutien financier de la Fondation Grand-Duc et Grande-Duchesse de Luxembourg de votre neveu le grand-duc Henri? Comment s'est passée cette rencontre?
- Oui. Nous nous sommes rencontrées parce que nous figurons toutes les deux dans une série de portraits d'hommes et de femmes présentes sur Internet sur le site "We Shift" et qui démontre l'importance de l'engagement dans le monde. Marguerite Barankitse est une femme exceptionnelle de courage et d'optimisme.

- Peut-on avoir d'autres noms de femmes dont vous allez nous parler dans votre livre? Y aura-t-il des Belges? Ciblez-vous une région du monde en particulier?
- Il y aura des portraits de femmes de tous les continents, de différentes cultures, qui sont engagées pour un monde plus équitable, un développement durable et pour défendre les droits humains.

- A travers ce futur livre, quel message souhaitez-vous faire passer sur les droits des femmes? Selon vous, leurs droits s'améliorent-ils ou se dégradent?
- Si la situation s'est améliorée dans de nombreux pays, ces droits sont toujours fragiles et on assiste même en Europe à des retours en arrière inquiétants. La violence contre les femmes est en hausse au Royaume-Uni par exemple. En Pologne, il est question de revenir à l'interdiction totale de l'avortement et à la criminalisation des femmes. Sans parler de toutes les autres situations dramatiques dans le monde pour les femmes, tels que les mariages précoces, l'excision, les crimes d'honneur.

- Quelles solutions préconisez-vous pour améliorer les choses? Partagez-vous le point de vue de la reine Mathilde qui répète qu'il faut avant tout investir dans l'éducation des filles?
- L'éducation des filles est en effet primordiale. Mais il faut aussi lutter contre le patriarcat, les traditions, les préjugés qui privent les femmes de leur place égale dans la société.

- Quel est votre avis sur la récente polémique autour de l'interdiction du burkini sur des plages belges et françaises?
- L'interdiction du burkini et sa mise en application parfois brutale fut un épisode choquant d'atteinte à la liberté. Nous devons éviter tout rejet et amalgame.

- Pensez-vous que les religions ont un rôle à jouer dans ce combat pour les droits des femmes? Est-ce la raison de votre rencontre avec le pape François il y a quelques mois?
- Les religions ont bien sûr un rôle à jouer dans la défense des droits humains. Il faut cependant admettre que tout au long de l'Histoire, les religions n'ont jamais accepté que les femmes aient une place égale à celle des hommes dans la société. Souvent dépeintes comme inférieures, parfois perverses, elles devaient être soumises à leur père puis à leur époux. Les choses changent bien entendu mais très lentement...  Mon entretien avec le Pape portait sur l'environnement et les droits des peuples indigènes, une cause qui me tient très à cœur.

- Vous considérez-vous comme féministe?
- Oui, je me considère féministe. Les femmes représentent un peu plus de la moitié de la population mondiale et souffrent, dans de nombreux pays, de discrimination et de violence. Dans la plupart des pays, elles n'ont toujours pas de salaire égal. Etre féministe, c'est vouloir tout simplement les mêmes droits que les hommes.

- Est-ce le cas dans le journalisme?
- Il y a beaucoup de femmes journalistes mais là comme ailleurs, on trouve du sexisme, du paternalisme et de la discrimination, tout comme en politique.

- Passons à votre combat pour l'environnement. Depuis la sortie de votre livre "Terre! Agissons pour la planète. Il n'est pas trop tard", la situation et les mentalités ont-elles évolué?
- Oui, les mentalités évoluent. Les gens sont de plus en plus conscients du danger réel du réchauffement climatique, et de nombreuses initiatives au niveau des citoyens, des villes, des entreprises ont vu le jour. La Cop 21 a représenté une avancée positive et la ratification récente par les deux plus gros pollueurs, la Chine et les Etats-Unis, est certainement encourageante. Mais au-delà des discours et des promesses, nous avons besoin d'actions urgentes. Les événements climatiques extrêmes se multiplient : on l'a constaté dernièrement avec les inondations en Europe et aux USA d'un côté, et la sécheresse dramatique en Afrique.

- Pouvez-vous nous raconter votre voyage il y a quelques mois au Congo?
- Je suis allée au parc des Virunga pour un film réalisé par Nicolas Delvaulx avec lequel j'ai déjà collaboré pour un documentaire sur mon père et ensuite sur mes grands-parents. Ce film va raconter l'histoire du plus ancien parc national d'Afrique créé par le roi Albert Ier en 1925 et ses enjeux aujourd'hui. La région du Kivu est en effet instable depuis des années et le parc abrite quelques milliers de rebelles qui s'adonnent à toutes sortes de trafics, ivoire, charbon et à des kidnappings contre rançons. Plus de 150 rangers ont payé de leur vie en s'interposant. Pour sauver l'extraordinaire biodiversité des Virunga et notamment les fameux gorilles des montagnes, mais également pour assurer le développement économique des populations autour du parc, le directeur Emmanuel de Merode et son équipe ont lancé un ambitieux projet basé sur les énergies renouvelables, la pêche responsable, l'agro-industrie et le tourisme.

- Quelles sont les chances de sauver ces gorilles?
- Les gorilles sont sur la liste des animaux en voie d'extinction en raison du braconnage, de la déforestation qui les prive de leur habitat, et des maladies. Après la fin des guerres civiles dans la région du Kivu, la situation s'est améliorée. La conservation porte ses fruits et les rangers des parcs nationaux en Afrique Centrale effectuent un travail extraordinaire au péril de leur vie. Mais il faut continuer à investir. Et surtout améliorer le sort des populations qui n'ont souvent d'autres recours que chasser les animaux pour survivre.

- Quand pourra-t-on voir ce film de Nicolas Delvaulx?
- Le film devrait être diffusé sur la RTBF début décembre 2016.

- Etait-ce votre premier voyage au Congo?
- Oui, c'était mon premier voyage au Congo. Ce fut une expérience extraordinaire.

- Quel regard portez-vous sur la colonisation du Congo par le roi Léopold II et la Belgique?
- La colonisation est une période sombre dont les blessures et les conséquences se font toujours sentir aujourd'hui dans les pays en développement. La traite des esclaves, plus de 11 millions, est un autre crime dont les Européens se sont rendus coupables.

- Après le Congo, vous vous êtes rendue en juillet au Brésil. Pouvez-vous nous raconter votre voyage?
- J'ai été quatre jours à Brasilia pour inaugurer un buste de ma grand-mère, la reine Elisabeth, dans les jardins de l'ambassade de Belgique et inaugurer une exposition de photos de mon père au Mémorial des peuples indigènes, un bâtiment construit par le célèbre architecte Niemeyer pour célébrer la culture des peuples autochtones. J'y ai été accueillie par son directeur, le cacique Alvaro Tucano, un personnage charismatique qui a participé à l'élaboration du chapitre sur les droits des indigènes dans la constitution brésilienne. Etant personnellement très engagée dans la défense de leurs droits, j'ai pu me rendre dans l'Etat du Tocantins au sein de la tribu des Xerente. Ils m'ont baptisée avec le cérémonial et la peinture rituelle sur le visage et les bras. C'était très émouvant. La situation des Indiens est précaire car leurs terres sont convoitées : ils sont déplacés, menacés et souvent assassinés en raison des intérêts miniers, du trafic illégal du bois ou de l'agriculture.

- Que comptez-vous faire pour les aider?
- Je compte parler de leur cause, de leur combat et tenter par mon soutien de leur donner plus de visibilité. La presse et les réseaux sociaux sont des outils pour sensibiliser les gens au destin des peuples autochtones partout dans le monde. D'autant plus que le changement climatique et la perte de biodiversité les affectent tout particulièrement, eux qui vivent pourtant en harmonie avec la Nature depuis des siècles!

- Lors de vos voyages au Congo et au Brésil, avez-vous pensé à votre père le roi Léopold III? Quels souvenirs gardait-il de ces deux pays?
- Bien sûr, j'ai énormément pensé à mon père lors de ces deux voyages. Il a découvert le Brésil à l'âge de 19 ans avec ses parents, et ce fut le point de départ de sa passion pour l'exploration et la forêt vierge. Il est revenu de nombreuses fois en Amazonie et y a passé de longues semaines. Quant au Congo, il y est allé quatre fois. Ses carnets révèlent son amour pour l'Afrique et ses préoccupations à la fois pour l'environnement et pour les populations indigènes. Je poursuis ses engagements en quelque sorte.

- Notamment en rencontrant le pape François lors d'une audience au Vatican. Partage-t-il vos engagements?
- Le pape François est quelqu'un d'engagé socialement et de très chaleureux. Il pense sincèrement que la crise du climat est un problème crucial avec des conséquences dramatiques pour les hommes et les écosystèmes. La justice climatique est l'un de ses combats car ce sont les populations les plus pauvres qui souffrent le plus sans avoir contribué à la pollution. Lorsque le Pape s'exprime publiquement, des centaines de millions de personnes entendent son message.

- Que devient le Fonds Léopold III pour l'exploration de la nature que vous présidez?
- Le Fonds Léopold III est très actif. Nous participons chaque année au financement d'une quinzaine d'explorations scientifiques ou de missions de conservation sur tous les continents qui sont suivies par des publications scientifiques. L'année dernière, par exemple, les chercheurs que nous avons soutenus sont partis en République Démocratique du Congo, au Mexique, à Madagascar, en Bolivie, à Bornéo, etc.

- Et la Fondation Cardiologique Princesse Lilian?
- Après la mort de ma mère, la Fondation Cardiologique a trouvé une nouvelle orientation. Elle subventionne la visite en Belgique d'un scientifique étranger de renommée internationale qui, pendant une semaine, se rend dans les différentes universités du pays pour discuter avec les jeunes chercheurs dans les laboratoires. Ce sont des échanges concrets d'information et de savoir très bénéfiques.

- Comment avez-vous trouvé la biographie de votre mère par l'historien Olivier Defrance?
- Je trouve qu'Olivier Defrance a écrit une biographie objective et nuancée. La personnalité de ma mère y apparaît avec ses qualités et ses défauts, et je pense que l'on découvre une femme passionnée et sincère. Il a consulté énormément d'archives inédites et interrogé beaucoup de personnes :  j'ai appris des choses, notamment sur la jeunesse de ma mère.

- Lors du référendum britannique, vous aviez confié que votre époux allait voter pour le maintien de la Grande-Bretagne dans l'Union Européenne. Qu'est-ce que votre mari et vous pensez du résultat?
- Nous sommes très tristes, bien sûr, comme la plupart des expatriés de Londres. Inquiets également des conséquences au niveau social, économique et scientifique. Et très préoccupés par la montée du racisme et de la xénophobie à certains endroits.

- Allez-vous suivre la prochaine campagne présidentielle américaine? Avez-vous une préférence parmi les deux candidats?
- On ne peut pas y échapper! Les médias en parlent constamment. J'étais aux Etats-Unis au mois d'août et les chaînes de télévision diffusaient presque en continu des informations sur les candidats qui d'après les sondages sont les moins populaires de toute l'histoire des USA! Alors mon choix?  Je vous répondrais que l'élection éventuelle de Donald Trump, qui tient des propos racistes, xénophobes, machistes et qui est un climato-sceptique serait, selon moi, un résultat très dangereux...

- Pouvez-vous nous parler de l'association Delphus dont vous êtes la présidente d'honneur?
- Delphus est une association qui offre, chaque année, à des enfants autistes une semaine de thérapie assistée avec des dauphins en Espagne. Les parents remplissent un questionnaire, les soignants font une évaluation avant et après le séjour, et les résultats sont encourageants tant au niveau de la concentration que du comportement des enfants. De plus, les familles profitent de ce moment presque de détente. Les parents apprécient de pouvoir parler avec d'autres qui vivent le même quotidien difficile, qui ont les mêmes angoisses.

- Participerez-vous au 2ème Salon de l'Histoire en novembre à Bruxelles? Avez-vous un "public type" parmi vos lecteurs?
- Oui, je suis la marraine de cette excellente initiative qui permet au public de rencontrer des auteurs et de découvrir l'Histoire. Je ne sais pas si j'ai un public type! Assez varié j'espère. Comme j'ai écrit plusieurs ouvrages sur ma famille, je pense que j'ai des lecteurs qui s'intéressent à la famille royale, bien sûr. Cependant, mon ouvrage sur les femmes prix Nobel de la Paix s'est bien vendu et lors des conférences que j'ai eu l'occasion de donner, des jeunes sont souvent venus poser des questions, intéressés par la défense de la démocratie et des droits humains. Et puis il y a également les gens qui se préoccupent de l'environnement et du changement climatique.

- Quel regard portez-vous sur les trois premières années de règne de votre neveu le roi Philippe?
- C'est un bilan positif, je pense. Le couple royal remplit parfaitement sa fonction avec professionnalisme et dévouement.

- Avez-vous des projets de voyages pour les prochains mois?
- Je dois terminer les interviews et les rencontres pour mon livre sur les femmes. Je me rendrai sans doute en Afrique et en Amérique latine avant la fin de l'année.

- Pouvez-vous nous parler un peu de vos enfants : que font-ils comme études? Quels sont leurs centres d'intérêt?
- Ma fille a fêté ses 18 ans en août. Elle a passé son baccalauréat international et commence ce mois-ci sa première année de biologie marine à l'université de Southampton dans le sud-ouest de l'Angleterre. Elle s'intéresse aux sciences et à l'environnement, une tradition familiale!  Mon fils, 15 ans, a encore trois années d'études secondaires. Il est plutôt artiste, aime le dessin, l'art dramatique et la mode. C'est aussi un excellent débatteur avec des opinions tranchées!

- Vous allez prochainement fêter vos soixante ans. Est-ce un cap facile ou difficile à passer? Que peut-on vous souhaiter comme cadeau d'anniversaire?
- J'ai envie de vous répondre :  mais qu'est-ce qui s'est passé? Comment est-ce arrivé ?!!  Ce n'est jamais très agréable à partir d'un certain moment de la vie de changer de dizaine... Mais je préfère ne pas y penser : après tout, ce n'est qu'un chiffre. J'ai aussi la chance d'avoir beaucoup d'activités et de projets, et des enfants jeunes qui me stimulent pour conserver énergie et enthousiasme. Mon plus beau cadeau :  que mes enfants trouvent leur voie, une passion. Ils ont la possibilité de faire des études universitaires, de nombreuses opportunités s'ouvrent à eux. J'espère qu'ils en feront bon usage et qu'ils contribueront, d'une manière ou d'une autre, à construire un monde meilleur et plus équitable.

- Joyeux anniversaire Madame, et merci d'avoir répondu à mes questions".


Retrouvez les deux autres précédentes interviews que m'a accordées la princesse :

- sur son père le roi Léopold III :   http://familleroyalebelge.blogspot.be/2009/09/la-princesse-marie-esmeralda-nous-parle.html

- sur son frère le prince Alexandre :   http://familleroyalebelge.blogspot.be/2010/07/marie-esmeralda-nous-parle-de-son-frere.html

lundi 12 septembre 2016

Activités royales en août 2016

                               13907111_1716811088582524_3170501762321926848_n

12 activités officielles pour le Roi :  cérémonie d'ouverture des jeux olympiques de Rio, réception offerte par le président du Brésil Michel Temer, visite du Village Olympique avec le Team Belgium, rencontre avec les responsables des associations AMAR et KIYO, rencontre avec le président du CIO Thomas Bach, épreuves de judo, épreuves d'haltérophilie, rencontre avec Greg Van Avermaert et l'équipe cycliste belge, premier match de tennis de David Goffin, match de hockey Belgique/Brésil, visite au Grand Hôpital de Charleroi suite à l'agression contre deux policières, visite à l'hôtel de ville de Charleroi suite à l'agression contre deux policières.

7 activités officielles pour la Reine :  cérémonie d'ouverture des jeux olympiques de Rio, réception offerte par le président du Brésil Michel Temer, visite du Village Olympique, rencontre avec les responsables des associations AMAR et KIYO, épreuves de judo, visite au Grand Hôpital de Charleroi suite à l'agression contre deux policières, visite à l'hôtel de ville de Charleroi suite à l'agression contre deux policières.

0 activité officielle pour le roi Albert II, la reine Paola et la princesse Elisabeth.

4 activités officielles pour la princesse Astrid :  dans le cadre du 60ème anniversaire de la catastrophe de Marcinelle, réception par le président de la région des Abruzzes, cérémonie commémorative, inauguration de l'exposition et concert à Pescara.

2 activités officielles pour le prince Lorenz :  service religieux en la mémoire de la reine Anne de Roumanie à Bucarest, funérailles de la reine Anne de Roumanie.

3 activités officielles pour le prince Laurent :   funérailles du musicien Toots Thielemans à La Hulpe, European Dog Show 2016 à Brussels Expo, Grand Prix de l'Azelhof Jumping à Lierre.

2 activités officielles pour la princesse Claire :   European Dog Show 2016 à Brussels Expo, Grand Prix de l'Azelhof Jumping à Lierre.

Récapitulatif des activités officielles de janvier à août 2016 (source :  www.monarchie.be) :

Roi :  136 activités officielles + 101 audiences

Reine :  155 activités officielles

Princesse Astrid :  65 activités officielles

Prince Laurent :  42 activités officielles

Prince Lorenz :  17 activités officielles

Princesse Claire :  14 activités officielles

Reine Paola :  7 activités officielles

Princesse Elisabeth :  6 activités officielles

Roi Albert II :   5 activités officielles

lundi 5 septembre 2016

La communication autour du 1er septembre

      

Ce 1er septembre 2016, le Palais avait décidé d'ouvrir son compte Instagram avec ces deux jolies photos des enfants princiers prises le matin même à Laeken. Puis, les photographes ont pu prendre d'autres photos à leur arrivée au collège Sint-Jan Berchmans à Bruxelles et à l'école Eureka à Kessel-Lo. Mais ce qui devait être un beau coup de pub fut cependant balayé par une polémique :  dans l'après-midi, le Palais a demandé à la presse de ne pas diffuser une photo de l'agence Belga montrant le prince Emmanuel dans les bras du Roi. Ils ont accepté, mais les pressions royales ont été rendues publiques.

Le débat est :  jusqu'où doit aller la communication du Palais, en particulier autour des quatre enfants des souverains?  Le couple royal veut-il délibérément donner l'image d'une "famille parfaite" sans défauts, sans problèmes, sans soucis, par contraste avec le roi Albert II et la reine Paola qui ne les cachaient pas et voulaient plus apparaître comme des "gens normaux"?  La volonté des souverains de tout contrôler se retourne-t-il contre eux?

Le groupe Sud Presse a consacré deux pages à cette polémique, et a donné son point de vue.

Pierre Nizet, journaliste spécialiste de la monarchie :   "Il n'est pas facile d'être roi. Il n'est pas facile d'être journaliste. Avant l'intronisation de Philippe comme septième roi des Belges, nous avons connu son père le roi Albert II. On n'a pas le souvenir d'avoir un jour reçu un appel du Palais parce qu'une photo parue dans nos éditions posait problème. Et pourtant, il y en a eu, des photos :  d'Albert sur son yacht dans les îles Eoliennes, de Delphine quand le "scandale" a été révélé en octobre 1999... et bien d'autres encore. Le contraste avec Philippe est saisissant. Il a beau être entré dans l'époque de l'information qui circule à la vitesse VVprime, il ne comprend pas qu'une photo prise de lui en Italie se retrouve le jour même sur les sites d'information belges. Cela a été le cas récemment avec ce cliché paru dans la "Stampa" où on le voit randonner dans le nord de l'Italie. Le lendemain, des médias belges ont reçu un mail de protestation pour avoir relayé cette photo parce que le Roi n'avait pas donné son accord. Début août, le magazine flamand "TV Familie" avait consacré quatre pages aux vacances royales sur l'île d'Yeu. Ils avaient pris le soin de flouter les photos des enfants, pour ne pas s'attirer les foudres du Palais. Cela ne l'avait pourtant pas calmé avec une plainte déposée illico presto au siège de la rédaction d'un magazine appartenant au même groupe que le journal "Het Laatste Nieuws". En septembre 2014, nous avions subi la même réaction quand nous avions consacré un reportage au prince Gabriel. Il était venu disputer un match de hockey à Huy avec son équipe du White Star. La rencontre s'était pourtant déroulée devant un vrai public. Le Roi et la Reine tiennent à préserver la vie de leurs enfants. Un souhait qu'on peut comprendre mais comment faire son travail si on active comme un bouclier, chaque fois et pour chaque occasion, le respect de la protection de la vie privée et des mineurs?  Au XXIème siècle, on ne peut plus se contenter des images d'Epinal qu'on retrouve sur les belles boîtes de biscuits....".

Demetrio Scagliola, rédacteur en chef adjoint :   "C'est une photo toute simple, touchante et émouvante. Un papa qui prend son fils dans ses bras, pour sécher les larmes qui coulent lors de la rentrée des classes. Et ce papa, ce n'est pas n'importe qui. C'est Philippe, le roi des Belges, qui tente, comme des milliers de parents hier matin, de consoler son fils dans la cour de l'école. Cette photo, vous ne la verrez pas. Car le Palais, suivant les ordres du souverain, a demandé à ce qu'elle ne soit pas diffusée par les médias. Motif : respect de la vie privée d'un mineur et choix des parents. Cette démarche du Palais, nous la respectons, et c'est pour cette raison que nous ne publierons pas l'image. Mais nous ne la comprenons pas. Est-ce si grave de voir les larmes d'un enfant, fût-il prince, le jour de la rentrée des classes? Et de voir un papa humain, affectueux et aimant prendre son fils dans ses bras? Pour nous, c'est non, deux fois non. Au contraire, il s'agit d'une occasion manquée. Car cette "belle" photo aurait donné une autre image de notre souverain, qui apparaît souvent comme distant, emprunté et peu à l'aise avec son rôle public. Bien sûr, le Palais croit bien faire en protégeant ses enfants et en restant au second plan. Mais il n'est pas certain que cette stratégie de la discrétion, qui confine parfois à la censure, serve à calmer les pulsions républicaines de certains partis flamands. Selon nous, le pays a davantage besoin d'une famille royale misant avec mesure sur son capital sympathie. Bien plus que d'une monarchie qui a peur de son ombre....et de ses larmes".

lundi 29 août 2016

Le Roi et le terrorisme

                            13690878_1709156069348026_3883477722189516227_n                       
(Article actualisé en octobre 2017)


Année 2015

Critiqué pour son manque de réaction suite aux attentats de Paris du 13 novembre 2015 et pour son week-end en thalasso en Bretagne du 20 au 22 novembre (alors que la menace terroriste force le gouvernement à relever le niveau de sécurité à Bruxelles, devenue une ville morte pendant plusieurs jours),  le Roi se rend fin novembre au centre de crise du gouvernement pour une réunion de travail sur le rôle du centre depuis les attentats du 13 novembre et la proclamation du niveau de menace 3 sur l'entièreté du territoire national et de menace 4 dans l'agglomération bruxelloise. On sait aussi qu'il a téléphoné au roi Mohammed VI du Maroc pour faciliter la collaboration entre les services de sécurité belges et marocains.

D'autres activités du souverain ont lieu sur le même sujet les semaines suivantes :  audiences avec le procureur fédéral Frédéric Van Leeuw, le coordinateur de l'Union Européenne pour la lutte contre le terrorisme Gilles de Kerchove, les ministres de la Justice Koen Geens et de l'Intérieur Jan Jambon, tables rondes au palais royal sur l'antiterrorisme et la prévention de la radicalisation, rencontre avec les familles des victimes belges des attentats de Paris et Bamako.

Philippe en fait le thème central de son discours télévisé de Noël 2015 :

"En cette fin d'année, nous restons malheureusement marqués par les dramatiques attentats perpétrés à Paris et conscients des menaces qui continuent à peser sur nous. Au-delà de l'horreur qui se multiplie en divers endroits, en Europe et ailleurs, nos démocraties sont confrontées à un triple défi :  se défendre, prévenir, construire. J'ai pleine confiance en notre capacité de mener à bien cette tâche.

Face à la menace terroriste, nos autorités ont réagi avec calme, rapidité et détermination. Je tiens à rendre hommage à tous ceux et celles qui se sont engagés et le restent plus que jamais pour assurer notre sécurité, poursuivre les coupables et prévenir de nouveaux attentats. Les événements récents ont prouvé combien il est important d'investir dans la justice, la police, l'armée et les services de renseignements. Je tiens à vous remercier tous, et en particulier les habitants de Bruxelles, pour votre comportement digne et responsable pendant cette période difficile.

Pour défendre notre société, il est aussi primordial de ne pas nous laisser intimider et de ne pas nous diviser. C'est ce que recherchent nos agresseurs. J'ai confiance dans le fait que nous resterons unis, citoyens d'un pays ouvert, où la grande majorité des compatriotes d'origine étrangère ont saisi les chances qui leur étaient offertes et partagent les valeurs de notre pays. Ils sont les fils et les filles de ce pays. Ne confondons pas ceux qui dévoient leur religion avec ceux qui la pratiquent dans le respect des valeurs universelles de l'humanité.

Ensuite, il me paraît important de revenir à ce qui fait le socle de notre société, ce à quoi nous tenons absolument : nos valeurs et nos règles de vie commune. Cela implique que nous éduquions nos enfants au respect des diverses religions et convictions philosophiques. Elles ont en commun la volonté de donner sens à la vie, de respecter autrui, de s'ouvrir aux autres. Le respect de ces règles communes, c'est la tolérance zéro par rapport aux discours de haine. C'est combattre jour après jour toute forme de stigmatisation et de ségrégation. C'est aussi aider les personnes tentées par des endoctrinements fanatiques à y résister.

Enfin, je suis confiant dans notre capacité à construire une société plus harmonieuse. Je voudrais pour cela m'adresser spécialement à vous, les jeunes, vous qui avez un désir profond de croire dans la vie, de croire en l'autre. Cultivez cet idéal et investissez votre énergie et vos talents dans tout ce qui rassemble. L'harmonie d'une famille, d'un quartier, d'une commune, d'une région, d'un pays dépend en premier lieu de notre façon de créer des liens les uns avec les autres. Là, se trouve le sens de la vie, dans des projets qui reconnaissent une place à l'autre et qui lui permettent de donner le meilleur de lui-même. Ce sont les fanatiques qui refusent à l'autre le droit de penser et de vivre autrement. Tout projet qui donne sens à la vie se construit dans le temps. Pour bâtir l'avenir, cultivez les liens avec les générations qui vous précèdent. C'est dans l'histoire que nous enracinons nos valeurs. Les fanatiques, eux, veulent effacer toute trace de l'histoire.

Finalement, je vous encourage à dialoguer et à débattre sur les questions essentielles. Le dialogue et le débat sont au cœur de la rencontre de l'autre, tout comme de la connaissance de soi. Allez à la découverte de l'autre dans sa culture et ses convictions philosophiques et religieuses. Au contraire du fanatisme qui, lui, refuse tout débat.

Je sais que nous sommes capables de surmonter les épreuves auxquelles nous sommes confrontés aujourd'hui. L'histoire a prouvé que notre modèle est plus fort que tous les fanatismes et tous les totalitarismes. Mais il nous faut continuer à construire ensemble cette société, plus humaine et plus juste".

Année 2016

En février 2016, le Roi reçoit en audience le nouveau et l'ancien directeurs de l'Organe de Coordination pour l'Analyse de la Menace. Il effectue une visite symbolique à Molenbeek-Saint-Jean (où habitaient des terroristes ayant participé aux attentats de Paris) : il se rend au centre de formation de Lidl et à la Maison des Cultures. Une réunion de travail sur le thème de l'intégration est également organisée en mars au palais royal.

Le 16 mars, le Roi se rend à la Cellule Terrorisme de la Police Judiciaire Fédérale suite à l'opération antiterrorisme à Forest. Il y rencontre les agents impliqués dans l'opération et est informé de la poursuite de l'enquête. Deux jours plus tard, suite à l'arrestation de Salah Abdeslam, le Palais réagit sur Twitter et sur Facebook :  "Félicitations aux services de sécurité et aux agents qui ont participé aux opérations à Molenbeek aujourd'hui".

Un double attentat est perpétré le 22 mars dans notre capitale, causant la mort d'une trentaine de personnes. Le Palais diffuse ce communiqué :   "Le Roi et la Reine sont bouleversés par les attentats à l'aéroport de Bruxelles National et dans le métro bruxellois. Ces actes sont odieux et lâches. Les pensées émues du Roi et de la Reine vont en premier lieu aux victimes, à leurs familles et aux services de secours qui mettent tout en oeuvre pour porter assistance aux victimes".

Les rois Willem-Alexander des Pays-Bas, Felipe VI d'Espagne, Mohammed VI du Maroc et Abdallah II de Jordanie téléphonent personnellement au souverain pour lui présenter leurs condoléances. D'autres chefs d'Etat lui adressent un télégramme. Durant les trois jours de deuil national, toutes les activités officielles prévues de Philippe et Mathilde sont annulées et le drapeau belge est mis en berne sur le toit du palais royal.

A 19h,  le Roi prononce une courte allocution télévisée :  "Mesdames et Messieurs, aujourd'hui, notre pays est en deuil. Pour chacun de nous, ce 22 mars ne sera plus jamais une journée comme les autres. Les vies brisées, les blessures profondes, ces souffrances sont celles de tout notre pays. Mathilde et moi partageons votre peine, vous qui avez perdu un proche ou qui avez été blessés par les attentats lâches et odieux d'aujourd'hui. Nous exprimons tout notre soutien à l'égard des membres des services de secours et de sécurité et notre reconnaissance à tous ceux qui spontanément offrent leur aide. Face à la menace, nous continuerons à répondre ensemble avec fermeté, avec calme et dignité. Gardons confiance en nous-mêmes. Cette confiance est notre force".

Quatre différences sont à noter par rapport à ses traditionnels discours de Noël et de la fête nationale. Le Roi était assis à son bureau, et non debout. Il a utilisé l'expression  "Mathilde et moi" au lieu de l'habituel "La Reine et moi". Le drapeau belge était mis clairement en évidence derrière lui. Il n'y a pas eu de Brabançonne au début et à la fin du discours.

Dans les jours qui suivent, le couple royal se rend sur les lieux des deux attentats, participe à la cérémonie d'hommage des autorités belges devant le Parlement et à la minute de silence à la Commission Européenne (en présence du président Jean-Claude Juncker et du premier ministre français Manuel Valls), remercie le personnel des centres d'appel d'urgence 112 de Louvain et Bruxelles qui ont joué un rôle crucial dans la réaction rapide et efficace des services de secours.

Nos souverains se rendent au chevet des blessés dans neuf hôpitaux du pays :  Hôpital militaire de Neder-Over-Heembeek, Hôpital Erasme, Hôpital Universitaire de Louvain, Hôpital Universitaire Saint-Pierre à Bruxelles, Hôpital Universitaire de Bruxelles sur le campus de Jette, Hôpital Jan Portaels à Vilvorde, Hôpital de Loverval à Charleroi, Hôpital Stuyvenbergh à Anvers, Hôpital Saint-Michel à Bruxelles. De passage en Europe, le secrétaire d'Etat américain John Kerry s'arrête à Bruxelles pour rencontrer le Roi et lui apporter le soutien des Etats-Unis.

Parmi les autres membres de la famille royale, la princesse Léa met un message de soutien sur son site Internet. Et le prince Laurent confie à VTM :   "Parce que les dirigeants ont mal géré les affaires du monde, ce sont les gens ordinaires qui doivent souffrir. Aucune bombe n'explose au palais royal ou à l'Elysée, mais dans le métro où il y a forcément beaucoup plus de gens, ce que je ne peux pas supporter. C'est horrible et scandaleux. C'est parce que les politiciens au plus haut niveau ne se comprennent pas et ne comprennent pas ce que le peuple endure. Le problème ne se situe pas au niveau de la justice ou à celui de la police, mais bien à celui de la politique européenne et mondiale".

Suite à de nouvelles arrestations le 8 avril à Anderlecht, le Palais réagit sur Twitter :   "Félicitations et merci à tous ceux qui ont permis d'interpeler deux présumés terroristes".

Un sondage paru à la mi-avril montre que 77% des Belges estiment que le couple royal a bien réagi suite aux attentats du 22 mars à Bruxelles.

Fin avril, le Roi se rend en métro de la Gare Centrale à la station Maelbeek qui venait d'être réouverte au public. Il reçoit aussi en audience le ministre de l'Intérieur Jan Jambon et le président de l'Exécutif des Musulmans de Belgique Salah Echallaoui.

Lors de la remise du Prix Reine Mathilde 2016, la souveraine déclare dans son discours :  "Les événements tragiques qui ont récemment secoué notre pays nous ont rappelé d'une manière particulièrement pénible que nous devons accorder davantage d'attention à la place des jeunes dans la société. Nous savons que les jeunes sont souvent vulnérables et incertains quant à leur avenir. Ils sont très réceptifs à des messages à sens unique et à certaines influences négatives émanant de leur entourage et, de ce fait, ne font pas toujours les bons choix. De nombreux jeunes se fixent un but et sont prêts à s'investir afin de l'atteindre. Ils sont en permanence à la recherche d'expériences, de nouveaux défis, de nouvelles chances. Nous pouvons faire en sorte qu'ils mettent cette énergie positive à profit pour devenir des citoyens responsables".

La Reine passe des paroles aux actes en se rendant à l'Athénée Royal Serge Creuz à Molenbeek-Saint-Jean pour y découvrir le projet "Une étoile, un destin", une initiative de l'Organisation pour la Réussite et le Développement afin d'encourager les jeunes à réaliser leurs rêves. Le choix de Molenbeek-Saint-Jean n'est évidemment pas un hasard dans l'agenda de Mathilde.

Les 12 et 13 mai, le couple royal reçoit des membres des familles des victimes des attentats de Bruxelles au château de Laeken, à l'abri des caméras. Quelques jours plus tard, ils ont rencontré le personnel de l'aéroport d'Ostende qui avait dû gérer la déviation du trafic aérien vers cet aéroport régional suite à l'attentat de Bruxelles-National.

Lors du dîner de gala offert au couple royal jordanien lors de son voyage d'Etat en Belgique en mai, le roi Philippe déclare dans son discours :

"Votre visite vient à un moment où la Belgique ressent avec douleur les conséquences de l'instabilité au Moyen Orient. Les attentats du 22 mars dernier, revendiqués par le soi-disant Etat islamique, ont, après ceux de Paris, rendu très concrète et très proche la barbarie et l'ignominie. Des hommes et des femmes, citoyens innocents et pacifiques, en porteront à vie les lourdes séquelles. Le pays tout entier en est encore marqué.

Mais cette émotion collective ne nourrit ni peur, ni haine. Elle ne nous divisera pas. Au contraire, elle renforcera simplement notre détermination à combattre ces terroristes où qu'ils se trouvent. En Belgique, nos services de sécurité, qui ont déjà fait un travail merveilleux, poursuivront sans relâche leurs efforts pour détecter et démanteler les cellules terroristes. Au Moyen Orient, l'armée belge s'est engagée aux côtés de la Jordanie au sein de la coalition internationale contre Daesh. Dès le mois prochain, nos F16 devraient à nouveau être en action dans votre région. Votre visite aujourd'hui nous permet de réaffirmer avec force que nos deux pays sont partenaires dans cette lutte contre le terrorisme et la barbarie.

Dans votre message à l'occasion de l'anniversaire de la naissance du prophète Mahomet et de Noël en décembre dernier, vous avez souligné l'harmonie qui règne en Jordanie entre les religions chrétiennes et musulmanes et les valeurs communes qui sont les leurs. Cette cohabitation dans la région d'origine des trois grandes religions du Livre est d'autant plus précieuse aujourd'hui qu'elle est directement menacée par les discours de haine des extrémistes et des idéologues de la violence. Que ce soit au Moyen Orient ou en Europe, le radicalisme nihiliste se nourrit abusivement de références religieuses.

Les extrémistes sont en réalité en rupture avec les sociétés dans lesquelles ils vivent. Notre principal défi - et il est de taille - est de faire triompher les valeurs d'ouverture, de dialogue et de respect entre hommes et femmes d'origines diverses, d'appartenances ethniques ou culturelles différentes. Ces valeurs sont ancrées dans nos sociétés à travers des convictions religieuses et philosophiques séculaires. C'est cette richesse que nous avons en commun qui est aujourd'hui menacée. Pour la préserver, nous devons construire et reconstruire les ponts entre tous ceux que nos pays hébergent. Plus que jamais, nos deux pays doivent unir leurs forces pour soutenir les dynamiques positives qui ont animé leurs populations par le passé et qui peuvent façonner un avenir fait de compréhension, d'harmonie et de paix".

Le 22 mai, deux mois jour pour jour après les attentats de Bruxelles, un hommage aux victimes est organisé dans la salle du Trône du palais royal, en présence de la famille royale, du gouvernement fédéral, des représentants des services de secours, des familles de victimes, etc. La cérémonie a débuté par la chanson "Imagine" de John Lennon reprise par le chanteur belge Getch Gaëtano.

Le Roi a prononcé le discours suivant lors de cet hommage :

"Il y a deux mois, 32 personnes, belges et étrangers, vivant ou travaillant ici, ont perdu la vie parce qu'elles se trouvaient tragiquement au mauvais moment au mauvais endroit. Leurs noms, leurs visages, leurs témoignages de vie nous ont tous profondément touchés. Ils resteront à jamais des parents, des frères et des sœurs, des amis, unis à nous, proches de nous.

Certains d'entre vous ont été blessés, marqués dans votre corps et dans votre esprit, par les crimes perpétrés ce 22 mars. Et vous, membres des services d'intervention, de sécurité et de santé, vous les bénévoles, vous qui avez donné sans compter pour sauver et aider. Vous aussi êtes marqués par ce que vous avez vécu. La Reine et moi avons déjà pu rencontrer beaucoup d'entre vous tous ici présents. Nous avons été émus par vos témoignages et par les récits de vos actions. Si nous sommes ici au palais, c'est pour vous exprimer le soutien et la reconnaissance de tout le peuple belge.

Guidés par le mal, les terroristes qui nous ont frappés ont voulu tuer, mutiler et faire souffrir. Par la souffrance directe qu'ils infligent, les terroristes cherchent en outre à faire peur et à diviser. Ils cherchent à détruire notre société, en la touchant en plein cœur, dans ce qui nous relie les uns aux autres.

En me rendant à la station de Maelbeek le mois passé, j'ai été impressionné par les messages laissés par des voyageurs et des passants sur les tableaux commémoratifs. On peut notamment y lire ceci :  "Je n'ai plus de mots mais il me reste des pensées : je crois en nous pour un monde meilleur".  Ou encore :  "Ce matin, j'ai vécu l'horreur, l'innommable. J'ai aussi vécu et vu la solidarité, la vie dans les regards des personnes les plus touchées. J'ai été témoin de fraternité".  Et puis ces trois phrases toutes simples mais tellement fortes :  "Le cœur de l'humanité bat ici", "Tous ensemble pour que la vie continue" et  "L'amour est plus fort que tout".

Ce que démontrent ces messages, tout comme ceux exprimés avec un infini courage par nombre d'entre vous, c'est une grande dignité dans l'épreuve. Ils ne s'arrêtent pas à la haine et à la vengeance. Ni à un appel à vivre de façon effrénée et égoïste sans penser au lendemain. Au contraire, ces messages sont l'expression du désir d'un monde meilleur, d'une foi en l'homme malgré l'horreur, d'une unité possible, et parfois même d'une promesse : nous construirons un monde meilleur. Pour eux (les victimes et leurs familles). Pour nous tous.

Nous avons montré que notre société était forte. Forte de votre courage, de vos valeurs, de votre dignité. Forte de ses liens qui se sont raffermis autour de vous en ces jours noirs. Vous n'avez pas cédé, pas plus que l'ensemble de notre société. Au contraire, la réponse de vos cœurs meurtris est pleine d'amour et de générosité. Et la réponse de notre société indignée a été responsable et solidaire. Elle est fondée sur un socle solide. Plutôt que de se laisser désarçonner, nous avons répondu par un appel à l'unité :  "Tous ensemble", proclame le tableau de Maelbeek. Votre réaction et votre attitude, et celles de toute la population, montrent que notre pays peut compter sur des ressources inestimables. C'est sur elles que nous pouvons construire l'avenir.

Les événements nous demandent de prendre du recul. Dans des moments dramatiques comme ceux que nous avons vécus, le côté humain de la gestion de crise est cruciale. Ayons à cet égard une attention toute particulière pour l'accompagnement des familles touchées. Par ailleurs, même si la sécurité absolue n'existe pas, poursuivons nos efforts pour diminuer au maximum les risques. Continuons aussi à jeter de nouveaux ponts entre nous et à construire une société solidaire et ouverte. Il y a évidemment bien d'autres chantiers. Abordons-les lucidement et sereinement sans céder à l'autocritique stérile ni à la morosité.

Mais une autre façon de répondre à ce qui s'est passé, n'est-ce pas, pour nous tous, de se tourner vers notre cœur profond, chacun d'entre nous, et de nous demander :  en quoi cela me concerne-t-il? Que puis-je faire, moi, pour rendre notre monde plus sûr, plus ouvert, plus humain? La réponse est claire :  oui, j'ai une responsabilité dans notre vivre ensemble ; oui, je peux adopter un regard et une attitude valorisante ; oui, je peux agir pour raffermir les liens dans mon entourage. L'héroïsme discret et authentique que beaucoup d'entre vous ont démontré en ces circonstances exceptionnelles, en est un exemple. L'épreuve qui nous a touchée doit nous faire réagir. Prenons conscience de nos forces, corrigeons nos faiblesses et engageons-nous, chacun selon ses responsabilités, et tous ensemble, pour un monde meilleur".

Trois jours plus tard, la princesse Léa visite l'Amicale des Corps de Sauvetage de La Hulpe en compagnie de la marraine de cette asbl, la baronne Jacques Solvay de La Hulpe. L'ACS de La Hulpe a été rappelée en renfort lors des attentats de Bruxelles.

En juin, le Roi téléphone au roi Abdallah de Jordanie lorsque cinq agents de renseignement jordaniens sont tués dans une attaque. Le Palais réagit via Twitter aux attentats d'Istanbul en juin ("Force et courage au peuple turc, aux victimes et à leurs proches suite aux cruels attentats d'Istanbul") et de Nice en juillet ("Profondément choqués par le cruel attentat de Nice, les Belges sont solidaires de la France. Toutes nos pensées vont vers les victimes et leurs proches"). Début juillet, le Roi préside une réunion de travail sur la sécurité avec le procureur fédéral et des responsables de la Défense, de la Sûreté de l'Etat, de l'Organe de Coordination pour l'Analyse de la Menace, de la Police Fédérale et du centre de crise.

Pour la traditionnelle photo de famille estivale avec leurs enfants, le couple royal choisit le Musée de la Bande Dessinée et le Musée des Instruments de Musique à Bruxelles comme lieux des prises de vue. Une manière de soutenir le secteur touristique de la capitale qui connaît une forte baisse de fréquentation depuis les attentats.

Dans son discours de la fête nationale 2016, Philippe déclare :   "Le courage auquel je pense est bien plus que de la témérité. Il surmonte les épreuves en s'appuyant sur ce qui est beau et grand. Il exprime une force intérieure qui rejette le confort du défaitisme. La Reine et moi avons, récemment encore, été témoins de ce courage, après les attentats terroristes du 22 mars. Vous, les blessés et les membres des familles touchées, avez réagi à cette épreuve avec une infinie dignité. Vous les membres des services de sécurité et d'intervention, vous avez agi avec un dévouement extraordinaire. Ce courage nous est donné en exemple. Il permet de garder confiance - en nous-mêmes, dans les autres et dans nos institutions - quand les crises se succèdent et ébranlent nos certitudes".

Le 15 novembre, le Roi se rend en Jordanie pour rencontrer les militaires belges des six chasseurs-bombardiers F16 engagés dans la campagne aérienne menée par une coalition internationale dirigée par les Etats-Unis contre le groupe djihadiste terroriste Etat Islamique en Irak et en Syrie. Lors de sa visite, il était accompagné du roi Abdallah de Jordanie.

Suite à l'attentat de Berlin en décembre, le Palais diffuse ce communiqué :  "La Reine et moi sommes profondément choqués par la tragédie du marché de Noël de Berlin. Nos pensées vont aux victimes, à leurs proches et à la population allemande". Comme les autres bâtiments publics, le drapeau du palais royal de Bruxelles est mis en berne le 21 décembre 2016.

Année 2017

En mars, le Roi participe à une table ronde sur la sécurité et l'antiterrorisme, et téléphone à la reine Elisabeth II de Grande-Bretagne pour lui présenter personnellement les condoléances de la Belgique suite à l'attentat de Londres. Un an après les attentats de Bruxelles, nos souverains rencontrent les personnes blessées le 22 mars 2016, et sont présents aux commémorations organisées à Brussels Airport, à la station de métro Maelbeek et à la Petite Rue de la Loi.

Philippe téléphone au roi Felipe d'Espagne suite à l'attentat de Barcelone d'août 2017 afin de lui présenter les condoléances et le soutien de notre pays. En octobre, il envoie une lettre de condoléances au président américain suite à l'attentat de Las Vegas, et organise une nouvelle table ronde au palais royal  avec les principaux acteurs impliqués dans les opérations d'antiterrorisme depuis les attentats de Bruxelles.