lundi 30 octobre 2017

Les origines belges et polonaises de la reine Mathilde

                              Résultat d’images pour reine mathilde noblesse et royautés

1° Du côté maternel :

La vieille famille Komorowski de la noblesse polonaise remonte aux environs de 1440. Elle est issue des comtes de Liptowa et Orowa. Depuis 1793, ils se nomment les comtes Komorowski. 

Née en 1946 à Bielograd, Anne est la fille du comte Léon Michel Komorowski (né en 1907 à Siedliska et décédé à Fauvillers en 1992) et de la princesse Sophie Marie Sapieha-Kodenska (née à Bobrecht en 1919 et décédée à Herstal en 1997). Ils se sont mariés à Varsovie en 1942 et ont quitté la Pologne en 1957. Ils s'établissent d'abord au Kivu (Congo), puis en Belgique.

Les arrières-grands-parents de la reine Mathilde s'installent aussi en Belgique :  le prince Adam Sapieha (né en 1892 et décédé à Bruxelles en 1970) et la princesse Adam Sapieha, née comtesse Sobanska (née en 1891 à Varsovie et décédée à Bruxelles en 1975).

La famille Sapieha est une lignée de boïards lettons dont le fondateur est Sunigal, seigneur de Troki. Il est intégré dans la noblesse polonaise en 1413. Les actuelles familles Sapieha-Siewirski et Sapieha-Kodenski descendent des deux fils de Semen Sapieha. Leur titre princier est reconnu au 19ème siècle. La branche Sapieha-Kodenski descend d'Ivan Sapieha, voïvode de Podlachie, seigneur de Koden. Ils portent le titre de comte du Saint Empire Romain depuis le 16ème siècle.

2° Du côté paternel :

La famille d'Udekem d'Acoz est originaire du Brabant. Le domaine d'Udekem, auquel la famille doit son nom, aurait été une dépendance de la seigneurie de Bierbeek. C'est à partir de Georges d'Udekem, mentionné en 1468, que nous disposons d'une filiation ininterrompue et prouvée. Chevalier, seigneur d'Huizingen, il reçoit le fief de Guertechin qui reste aux mains de ses descendants jusqu'à la révolution française. Il est enterré dans l'église Saint-Quentin de Louvain. C'est là aussi que repose le chevalier Jean VIII d'Udekem (décédé en 1525), seigneur de Guertechin, membre du conseil de Louvain et garde du corps de l'archiduc Maximilien d'Autriche. Dans l'église de Bossut, on trouve un monument funéraire à la mémoire de son petit-fils Jean IX d'Udekem, décédé en 1567.

Au 17ème siècle, Maximilien naît en 1636 au château de Guertechin et est baptisé à Bossut. Il fut gentilhomme à la cour du landgrave de Hesse-Hombourg, capitaine des régiments de Nassau et Saint-Ouen, volontaire de guerre en Hongrie. En 1676, il épouse à Mons Anne Catherine de Marotte avec qui il aura dix enfants. Il est enterré à Louvain dans l'église des Récollets, sous le confessionnal.

Au 18ème siècle, Ferdinand (né à Guertechin en 1720) fut échevin puis bourgmestre de Louvain. Il est enterré dans le caveau familial de l'église de Bossut avec son épouse Marie Barbe Thérèse de la Bawette. Leur fils Jacques (1758-1829) fut le dernier seigneur d'Acoz, Villers-Poterie et autres biens qu'il avait hérités de sa tante Marie Thérèse d'Udekem avant la révolution française. Jacques devient membre de l'état noble de Namur, puis maire d'Acoz de 1809 à 1814. Le roi Guillaume Ier le titre baron d'Udekem d'Acoz en 1816 au moment de sa désignation comme membre du corps équestre du Hainaut.

Petit-fils de Jacques, le baron Jacques Albert naît à Louvain en 1828. En 1860, il épouse à Gand Alice Marie de Kerchove, et s'installe en Flandre Orientale. Le couple aura onze enfants. Le roi Léopold II lui accorde, par un arrêté royal de 1886, le droit d'ajouter à son nom et à celui de ses descendants le nom d'Acoz. Il sera aussi chevalier du Saint-Sépulcre de Jérusalem. Une de ses filles sera centenaire : Louise (1864-1966).

Le baron Maximilien d'Udekem d'Acoz naît en 1861 à Gand, où il épouse Angélique van Eyll. Ils auront trois enfants :  Charles, Marguerite et Elisabeth, tous trois nés à Gand. Ce sont les arrières-grands-parents de la reine Mathilde. Maximilien est mort à Tournai en 1921, et Angélique à Gand en 1935.

Grand-père paternel de la reine Mathilde, le baron Charles d'Udekem d'Acoz (1885-1968) est né à Gand. Il épouse en premières noces Suzanne de Smet, décédée trois ans après leur mariage sans descendance. Il se remarie en 1933 avec Suzanne van Outryve d'Ydewalle (1898-1983). Elle était la nièce et héritière du baron Raoul Mozeman de Couthove et de Tonlieu, bourgmestre de Proven, et de son épouse Mathilde van Outryve d'Ydewalle. C'est d'eux qu'elle hérita le château Couthove à Proven en province de Flandre Occidentale. Charles fut à son tour bourgmestre de Proven, où il décéda en 1968. Ils ont eu trois enfants (Henri, Raoul et Patrick) qui ont été titrés comtes par le roi Albert II suite au mariage de Mathilde d'Udekem d'Acoz avec le prince héritier Philippe en 1999.

Né à Proven en 1933, Henri était docteur en droit et avocat au barreau d'Ypres. Il reçoit le titre de baron à la mort de son père. Il fait de la politique au sein du parti social-chrétien flamand CVP :  il sera bourgmestre de Proven de 1960 jusqu'à la fusion des communes en 1977, puis premier échevin (de 1977 à 1982) et bourgmestre (de 1995 à 2005) de la commune de Poperinge. Il a également été président du conseil provincial de Flandre Occidentale et, à ce titre, a reçu officiellement sa nièce Mathilde lors de la Joyeuse Entrée des fiancés princiers dans cette province fin 1999. Henri habite au château de Couthove à Proven. Longtemps célibataire, il s'est marié avec Marie-Madeleine Kervyn d'Oud Mooreghem.

Raoul est né à Uccle en 1935 et a épousé Françoise de Maere d'Aertrycke, avec qui il a eu quatre enfants. Il a siégé pendant une vingtaine d'années au conseil communal d'Ypres puis, après son déménagement dans la province du Brabant flamand, a été échevin à Herne de 2000 à 2006. Comme son frère aîné, il quitte la politique en 2006. C'est Bernard d'Udekem d'Acoz (fils de Raoul) qui prend la relève et a été conseiller communal CD&V d'Oostkamp de 2001 à 2006. Il habite le château Raepenburg à Ruddevoorde (province de Flandre Occidentale).

Né à Uccle en 1936, Patrick s'installe en 1958 dans les dépendances du château de Losange (province du Luxembourg), très endommagé lors de la Bataille des Ardennes. Il tente diverses carrières :  exploitant forestier, gérant du dancing "Le Los Angeles" près de Bastogne de 1962 à 1970, juge consulaire au tribunal de Neufchâteau, dernier bourgmestre de Villers-la-Bonne-Eau jusqu'à la fusion des communes en 1977, puis conseiller communal de Bastogne et conseiller provincial de la province de Luxembourg.

Entretemps, en 1971 à Forville, Patrick a épousé la comtesse Anna Komorowska, issue d'une famille aristocratique polonaise ayant fui le régime communiste. Le couple a cinq enfants :   Mathilde (née à Uccle en 1973), Alix (née à Uccle et décédée dans un accident de voiture à Herstal en 1997), Elisabeth (née à Uccle en 1977), Hélène (née à Namur en 1979) et Charles-Henri (né à Namur en 1985).

Bibliographie :  "Philippe et Mathilde : deux familles chargées d'histoire" de Jean Bastiaensen, éditions La Longue Vue, 1999

lundi 23 octobre 2017

Le Salon du Vase du palais royal de Bruxelles

                          12032798_1657526501177650_6974780963145042861_o

Ce salon date du règne du roi Guillaume Ier d'Orange lorsque nous faisions partie du royaume des Pays-Bas (de 1815 à 1830), et se trouve au premier étage de l'aile droite du palais royal de Bruxelles. Il était destiné à être un salon d'audience pour la Reine, et ses fenêtres donnent sur le parc intérieur privé. Sa décoration actuelle date des années 1930, et il doit son nom à un vase réalisé par la manufacture de porcelaine de Berlin.

Durant leurs 20 ans de règne, le Salon du Vase n'était pas utilisé par le roi Albert II et la reine Paola pour leurs activités officielles. Les Belges ont pu le visiter durant un été lorsqu'un nouveau circuit de visite avait été testé.

Par contre, depuis 2013, le roi Philippe et la reine Mathilde y organisent régulièrement des réunions de travail.
                                 L’image contient peut-être : 7 personnes, personnes assises, table et intérieur

Au-dessus de la console, on peut voir un tableau représentant la princesse Marie, comtesse de Flandre et mère du roi Albert Ier.
                               Résultat d’images pour reine mathilde noblesse et royautés

Et c'est dans ce très joli Salon du Vase que nos souverains ont reçu en audience le président américain Donald Trump et son épouse.

                                 Résultat d’images pour donald trump et roi philippe

Copyright photos :  page Facebook officielle du Palais et site Internet de "Paris Match"

lundi 16 octobre 2017

Le prince Emmanuel de Belgique

                       
                                                  
175 ans jour pour jour après l'indépendance officielle de la Belgique, la princesse Mathilde donne naissance, le 4 octobre 2005, à son troisième enfant, prénommé Emmanuel, Léopold, Guillaume, François, Marie. A sa naissance, il pesait 3,9 kg et mesurait 50 cm. L'accouchement a lieu à l'Hôpital Erasme à Anderlecht. Son parrain est le grand-duc héritier Guillaume de Luxembourg et sa marraine est la comtesse Elisabeth d'Udekem d'Acoz. Le baptême a lieu en décembre dans la chapelle du château de Ciergnon.

Comme ses soeurs et son frère, Emmanuel effectue ses maternelles et sa première année primaire en néerlandais au collège Sint-Jan Berchmans à Bruxelles. Mais depuis septembre 2012, il fréquente l'école spécialisée Eureka à Kessel-Lo près de Louvain. C'est un établissement privé dont le coût d'inscription annuel est de 10.200 euros. Il accueille des enfants de 7 à 14 ans (ayant un quotient intellectuel d'au moins 100) qui présentent des difficultés d'apprentissage et des problèmes dits structurels (dyslexie, dyscalculie, dyspraxie, p.ex.).  Fin 2013, la presse avait également révélé que le prince se rendait régulièrement en consultation chez un psychologue du quartier Merode à Etterbeek. Pour quelle raison a-t-il été changé d'école et a-t-il été suivi par un psychologue?   Le Palais n'a jamais fait aucun commentaire à ce sujet, considérant que cela fait partie de la vie privée.

Durant ses temps libres, le prince Emmanuel aime la nature et le sport. Il pratique le vélo, la natation, le ski et la voile. Il joue de la flûte.

lundi 9 octobre 2017

Le roi Philippe, proche des jeunes

                                       
                              À Molengeek, le Roi s’est vu présenter l’application CitizenMap, qui cartographie les défibrillateurs en région bruxelloise. Il s’est ensuite entretenu avec les jeunes développeurs.

(Article actualisé en décembre 2017)

Si c'est surtout la reine Mathilde qui s'occupe du domaine social, le Roi a clairement indiqué sa priorité personnelle dès son discours télévisé de Noël 2013 :

"Dans notre pays, un jeune sur quatre ne trouve pas de travail et une personne sur sept vit dans la pauvreté. Des fermetures et restructurations d'entreprises nous ont très durement touchés. Trop de gens vivent dans l'isolement. Dans un contexte socio-économique difficile, le gouvernement fédéral et les gouvernements régionaux ont pris des mesures encourageantes visant à consolider nos finances publiques, protéger notre pouvoir d'achat et notre compétitivité, soutenir nos entreprises et préserver notre modèle social. Je suis confiant que cet effort sera poursuivi. Ces derniers mois et ces dernières années, mon épouse et moi avons rencontré quantité de jeunes Belges débordant de créativité et d'énergie. Nous avons aussi rencontré des personnes dont les talents n'ont pas pu se manifester ou être reconnus. Faire s'épanouir les qualités de chacun est notre responsabilité à tous. L'enseignement et la formation sont pour cela des leviers essentiels. Ils transmettent le savoir, préparent à l'emploi, à l'insertion dans la société et à l'exercice de la citoyenneté. En développant l'esprit critique et le travail en équipe, ils donnent aux jeunes la possibilité de devenir des hommes et des femmes engagés et responsables. En tant que parents, mon épouse et moi saluons avec vous le travail admirable des enseignants et des éducateurs. Nous savons que leur tâche est difficile. Il est tout aussi important de tisser des liens entre toutes les composantes de notre société. Les liens entre l'école et le monde du travail parce que chaque fois que l'enseignement et les entreprises s'ouvrent l'une à l'autre, de nouvelles opportunités d'emploi voient le jour".


Passant du discours aux actes, le Roi organise au palais quatre réunions de travail sur l'emploi et la formation des jeunes :  la première avec des responsables du Forem et du VDAB, la deuxième avec des représentants de la FEB, Unizo, Union des Classes Moyennes et Boerenbond, la troisième avec les trois ministres communautaires de l'Enseignement, et la quatrième avec des responsables de la FGTB, ABVV, ACV et ACLVB.  Suite à ces réunions de travail, Philippe se rend sur le terrain (une visite par région, équilibre linguistique oblige!) :  au centre de compétence maritime du VDAB à Zeebrugge, au centre de compétence Technifutur du Forem à Seraing, et au centre de construction de Bruxelles-Formation à Neder-Over-Heembeek.

Notre souverain participe aux dix ans du programme Erasmus Belgica du Fonds Prince Philippe. Ce programme facilite les échanges entre des établissements d'enseignement supérieur des trois communautés de notre pays. L'échange peut durer de trois mois à une année académique. Les étudiants reçoivent une bourse unique de 100 euros pour y participer. S'ils louent un kot, ils peuvent obtenir un bonus supplémentaire de maximum 100 euros par mois, après avoir présenté une copie du contrat de location.

Année 2015

En mars 2015, le Roi effectue un voyage de travail de deux jours en Allemagne (à Berlin et Düsseldorf précisément) sur le thème de l'emploi et la formation des jeunes. Il est accompagné du ministre fédéral de l'Economie Kris Peeters et, suite à la fédéralisation de notre pays, de sept autres ministres des gouvernements régionaux et communautaires compétents en matière d'emploi, de formation et d'enseignement (Philippe Muyters, Joëlle Milquet, Eliane Tillieux, Didier Gossuin, Hilde Crevits, Harold Mollers, Isabelle Weykmans). La délégation belge rencontre des responsables politiques, chefs d'entreprises et enseignants allemands.

Au début d'une table ronde, notre souverain déclare :  "Le chômage des jeunes est un des problèmes les plus graves qui se posent à notre Union Européenne. Dans certaines sous-régions en Belgique, un jeune de moins de 25 ans sur trois est demandeur d'emploi. Dans le sud de l'Europe, des pourcentages encore bien pires sont atteints. Cette situation est intolérable d'un point de vue moral. Intolérable d'un point de vue politique, puisque ces jeunes sont souvent repoussés aux marges de nos sociétés sans pouvoir jouer pleinement leur rôle de citoyen. Et intolérable d'un point de vue économique, puisque tant de jeunes travailleurs sont ainsi empêchés de contribuer à la prospérité de leurs communautés".

Pour lui, la formation en alternance est une des solutions. Et il explique la raison de ce voyage de travail en Allemagne :    "Il est clair que les pays germaniques (Allemagne, Autriche, Suisse, Luxembourg mais aussi la communauté germanophone de Belgique) ont des taux de chômage chez les jeunes relativement moins élevés que le reste de l'Europe. Une des raisons de ce succès est certainement la formation duale".

Au cours de l'année 2015, le Roi multiplie les activités officielles liées aux jeunes :   visite du projet OpBoksen pour les jeunes à Genk, du campus Don Bosco à Haacht, du centre de jeunes Loco-Motive à Bruxelles, du centre sportif et culturel Pôle Nord à Bruxelles, du Centre National de Football de Tubize, de Corda in Campus à Hasselt, et du campus d'Eupen, rencontre avec les jeunes participant au Train des 1000 avant leur départ pour les camps d'Auschwitz et de Birkenau en Pologne, déjeuner de travail au palais royal sur l'emploi et la formation des jeunes, journée nationale de Chirojeugd Vlaanderen, dîner au château de Laeken avec des jeunes professionnels de talent, forum Young Talent in Action, visite de l'Institut Technique Libre d'Ath, remise des prix Belgodyssée 2015 pour jeunes journalistes.

En novembre, Philippe est l'invité d'honneur du sommet "Entreprise 2020" organisé à Bruxelles par la Commission Européenne. Il y lance le Pacte Européen pour la Jeunesse :  c'est un engagement mutuel de l'Union Européenne et des leaders du monde des affaires pour encourager les partenariats entre le monde de l'entreprise et le monde de l'éducation, afin d'accroître l'emploi des jeunes.

Année 2016

Le Roi continue de se montrer intéressé par les jeunes en 2016 :  visite du projet "Jeunes artistes sans frontières" au Botanique, du centre régional pour la jeunesse à Malines, d'un camp pour enfants défavorisés à Grammont, du centre de formation Lidl à Molenbeek-Saint-Jean, 25ème anniversaire de l'échange linguistique entre des écoles de Minderhout et Neufchâteau, rencontre avec des élèves de Visé et Poelkapelle ayant participé à un Relais Sacré en vélo, rencontre avec des jeunes entrepreneurs belges, remise des prix du concours Belgodyssée pour jeunes journalistes.

En mai 2016, un symposium est organisé au palais d'Egmont sur les synergies entre l'enseignement et les entreprises. Le Roi participe à l'ouverture, et afin de montrer tout l'intérêt qu'il porte à ce sujet, la clôture de ce symposium a lieu au palais royal de Bruxelles.

Dans son discours, il déclare :  "J'ouvre ce symposium avec le double plaisir de vous y voir réunis et d'aborder un sujet qui m'est particulièrement cher :  celui de l'avenir de notre jeune génération. Et plus spécifiquement la question qui se pose à nous : comment améliorer le parcours vers l'emploi de nos jeunes? A travers nos diverses activités, nous partageons cette même préoccupation et ce même objectif. L'enseignement et la formation des jeunes générations est une tâche que nous considérons comme prioritaire. Mais cette tâche est si complexe, elle nous oblige à des réflexions si profondes que nous en venons parfois à en oublier l'urgence.

Le chômage des jeunes est pourtant un des problèmes majeurs auxquels l'Europe est confrontée. Les pays de l'Europe du sud souffrent de manière criante de ce phénomène. La Belgique est affectée en moindre mesure mais le diagnostic n'en demeure pas moins inquiétant, notamment dans certaines zones géographiques du pays. Malgré les ressources importantes consacrées à l'enseignement et à la formation professionnelle, le taux moyen de chômage des jeunes en Belgique est de 23%, ce qui dépasse largement la moyenne de 15% des pays de l'OCDE. Pire encore :  160.000 jeunes se trouvent dans une situation qualifiée de "NEET" : ni enseignement, ni emploi, ni formation.

Au cours de mes entretiens avec de nombreux acteurs de terrain, j'ai pu constater que le lien entre le monde de l'enseignement et de la formation d'une part, et celui de l'entreprise d'autre part, méritait d'être renforcé. Ces deux mondes, celui du savoir et celui du faire, doivent se rapprocher pour s'incarner dans un savoir-faire, et même un savoir-être innovants. Cette recette de l'enseignement et de la formation en alternance est appliquée avec succès dans certains pays germanophones ainsi que dans notre propre communauté germanophone. C'est pourquoi nous avons effectué l'an dernier une visite de travail en Allemagne en présence de plusieurs ministres et acteurs-clés.

Je me réjouis de voir que, chacun dans le cadre de leurs compétences, les différents ministres, responsables de l'enseignement, de la formation et de l'emploi, prennent des mesures en vue de valoriser l'enseignement qualifiant et en particulier de promouvoir l'enseignement et la formation en alternance dans une perspective d'excellence. J'ai l'impression qu'une nouvelle dynamique a été lancée :  le constat que l'enseignement ou la formation en alternance constitue un levier promoteur est aujourd'hui partagé par tous. J'ai le sentiment que la volonté existe réellement de faire de cet enseignement ou de cette formation un pivot d'excellence dans notre pays.

En guise d'introduction à ce symposium, je voudrais vous faire part de trois réflexions qui, je l'espère, pourront vous aider à relever ce défi.

Premièrement, il me paraît essentiel de continuer à construire activement des ponts entre tous les acteurs. Le monde de l'enseignement et de la formation d'une part, et le monde de l'entreprise d'autre part, ont chacun leur identité, leur culture, leur rationalité. L'enseignement et la formation en alternance se situent à la croisée de ces chemins. Plusieurs organisations et institutions, plusieurs compétences s'entrecroisent. Encore faut-il qu'elles se rencontrent. Nous devons continuer à faciliter leurs interactions et surtout éviter que de nouvelles cloisons se créent. Si nous voulons, à l'image de nos voisins allemands, élever l'enseignement et la formation en alternance à un niveau d'excellence, nous ne réussirons qu'en unissant nos forces.

Deuxièmement, je crois fermement que le succès de la formule dépendra de sa simplicité et de son accessibilité. Si nous voulons motiver les jeunes, les entreprises, les institutions d'enseignement et de formation à s'inscrire dans le système, celui-ci doit être lisible, compréhensible et attractif.

Enfin, et c'est un troisième aspect que je voudrais mettre en évidence : le rôle des autorités publiques est de stimuler l'initiative et la créativité, en responsabilisant les acteurs de terrain. Là où la formation en alternance fonctionne bien, l'initiative vient aussi du terrain. Mettre les professeurs en contact direct avec les entreprises de leur région. Inciter les entreprises et les écoles à coopérer de façon concrète au niveau local. Inviter les communes et les instituts de formation à faciliter cet échange et à s'inscrire dans le système. Voilà quelques pistes déjà mises en pratique ça et là et qui méritent, me semble-t-il, d'être approfondies.

En commençant, j'ai rappelé le niveau élevé des ressources publiques mobilisées pour l'enseignement en Belgique. Chacune de nos communautés travaille activement à améliorer la qualité et l'équité de nos systèmes d'enseignement avec une vision d'excellence. L'instauration et la valorisation d'un système de formation en alternance exige une coopération avec les régions et avec les partenaires économiques et sociaux. Améliorer la qualité de notre enseignement et aider les jeunes dans leur parcours vers l'emploi sont des priorités absolues. Nous en mesurons le degré d'urgence. L'enseignement et la formation sont des piliers de notre société. C'est là que les jeunes deviennent des citoyens. C'est là qu'ils découvrent et consolident leurs talents. C'est là que l'avenir de notre société et de notre pays se construit".

Année 2017

Au cours du premier semestre de 2017, le Roi visite le centre de formation en alternance aux métiers de construction Construform à Verviers, le campus de la VUB à Etterbeek, l'Institut Cardinal Mercier à Schaerbeek, la station de radio MNM à Louvain qui encourage les jeunes en examen, et le festival musical Tomorowland à Boom. Il rencontre aussi les lauréats du projet IDCity destiné aux jeunes entrepreneurs sociaux, les finalistes du 28ème Ja Europe Company of the Year Competition pour les jeunes de 15 à 21 ans, et participe à une réunion de travail avec les jeunes du magazine interreligieux "Lueurs". Après l'Allemagne en 2015, Philippe effectue un deuxième voyage de travail de deux jours sur le thème de la formation en alternance en Suisse. Il est accompagné du ministre fédéral Kris Peeters et des trois ministres régionaux de l'Emploi.

Dans son discours télévisé de la fête nationale 2017, le Roi déclare :    "Aujourd'hui, un vent d'optimisme souffle sur notre économie et sur le marché de l'emploi. Une nouvelle dynamique européenne semble prendre forme. Alors, comment saisir ce moment?  Comment en faire une opportunité pour l'ensemble de la société? En continuant à façonner une société inclusive, dans laquelle personne ne se sent abandonné. Apprendre, au sens large, est une des clés pour y parvenir. Apprendre des autres et avec les autres.

A l'âge du savoir immédiat et omniprésent, apprendre à interpréter les faits et à émettre un jugement de valeur, permet de prendre ses responsabilités en connaissance de cause. "C'est vrai", "C'est juste", "C'est bien" :  les jeunes apprennent cela en premier lieu de leurs parents. Et aussi de ces enseignants passionnés qui éveillent chez leurs élèves le désir de comprendre. Dans un monde qui évolue à un rythme accéléré, ils apprennent de leurs aînés comment prendre du recul. Les aînés peuvent aussi apprendre des plus jeunes. Encourageons la rencontre de l'enthousiasme et de la créativité avec la sagesse et l'expérience de vie.

Le travail est également un lieu qui permet cette rencontre. De plus en plus d'écoles en Belgique intègrent le travail en entreprise dans leur programme. Lors d'un récent voyage en Suisse, j'ai pu apprécier les succès engrangés par ce modèle de formation en alternance. Continuons à favoriser les synergies entre le monde de l'enseignement et celui des entreprises. Nous insufflerons un plus grand dynamisme sur le marché du travail. Et nous créerons plus d'égalité des chances".

De retour de vacances, le Roi continue de s'intéresser aux jeunes durant le deuxième semestre de 2017 :   petit-déjeuner avec des jeunes entrepreneurs du marché matinal de Bruxelles, visite de l'école Asty-Moulin à Saint-Servais, déjeuner au château de Laeken avec des jeunes entrepreneurs, réception pour les officiers-élèves de l'Ecole Royale Militaire, forum "Young Talent in Action" organisé par la FEB, rencontre avec la directrice RH International de Facebook Fiona Mullan ayant participé la veille au forum, table ronde avec des jeunes actifs à BeCentral à la gare Centrale à Bruxelles, visite de l'entreprise de consultance Deloitte avec comme thème sa politique d'engagement des jeunes, rencontre avec le groupe de jeunes "Les Corses" suite à leur trek en Corse ayant fait l'objet d'un livre, dîner au château de Laeken avec des jeunes entrepreneurs sociaux, participation à la Semaine de la lecture à voix haute dans une école de Kampenhout, rencontre avec deux classes de 6ème secondaire d'Oostmalle et Libramont participant à un échange linguistique du Fonds Prince Philippe, accueil au palais royal d'une classe de 5ème primaire de Saint-Josse-ten-Noode dans le cadre de l'opération "Toekomst Atelier de l'Avenir".

Le traditionnel concert d'automne au palais royal est dédié en 2017 aux jeunes talents de l'entreprenariat, la culture, l'enseignement et le monde scientifique. En novembre, le Roi reçoit aussi une trentaine de CEO pour une évaluation du Pacte Européen pour la Jeunesse, dont il avait assisté au lancement deux ans plus tôt. D'après le Palais, lors de cette rencontre, "les développements en matière de partenariats entre les entreprises et le monde éducatif sur la formation en alternance ont été abordés".

Source :  www.monarchie.be
                         13055059_1673540039576296_272359161314240942_o

lundi 2 octobre 2017

Activités royales en septembre 2017

22 audiences pour le Roi :  le premier ministre Charles Michel (reçu 3 fois), le ministre flamand de la Culture et de la Jeunesse Sven Gatz, le président du SPA John Crombez, le patriarche d'Antioche, le premier président du Conseil d'Etat Roger Stevens, l'auditeur général du Conseil d'Etat Luc Vermeire, le premier président de la Cour d'Appel de Mons Philippe Morandini, la présidente du VLD Gwendolyn Rutten, la directrice de Crosstalks Marleen Wynants, la classe OKAN de l'Institut Marie-Madeleine de Kortemark, le secrétaire d'Etat à la mer du Nord Philippe De Backer, le président du parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles Philippe Courard, le secrétaire d'Etat à l'Asile Théo Francken, le gouverneur-général d'Australie John Cosgrove et son épouse, le président d'Ouganda Yoweri Kaguta Museveni, ainsi que les ambassadeurs de République Dominicaine, Paraguay, Inde, Ouzbékistan et Nigéria.

15 activités officielles pour le Roi :   première belge de l'opéra "Pinocchio", déjeuner au château de Laeken avec des jeunes entrepreneurs, 50ème anniversaire de l'Ordre des pêcheurs de crevettes à cheval d'Ostduinkerke, hommage à la dépouille mortelle du bourgmestre de Mouscron Alfred Gadenne, visite du marché matinal de Bruxelles, Coupe Davis Belgique-Australie à Bruxelles Expo, journées bruxelloises du patrimoine, visite de la halte-accueil Bébé Bus à Sombreffe, visite de TRAKK à Namur, visite de l'école Asty-Moulin à Saint-Servais, réception au palais royal de Bruxelles pour les officiers-élèves de l'Ecole Royale Militaire  + 4 activités officielles lors de leur visite à Luxembourg (14ème réunion informelle des chefs d'Etat de pays germanophones à l'abbaye de Neumünster, visite du MUDAM, visite de la Philharmonie Luxembourg, réception au palais grand-ducal).

18 activités officielles pour la Reine :  première belge de l'opéra "Pinocchio", déjeuner au château de Laeken avec des jeunes entrepreneurs, visite du pavillon belge de la Biennale de Venise, visite de la 57ème exposition d'art contemporain "Viva Arte Viva" de la Biennale de Venise, visite de pavillons étrangers de la Biennale de Venise, journées bruxelloises du patrimoine, 50ème anniversaire de l'Ordre des pêcheurs de crevettes à cheval d'Ostduinkerke, concours européen Eurofleurs à Saint-Trond, visite de la halte-accueil Bébé Bus à Sombreffe, visite de TRAKK à Namur, visite de l'école Asty-Moulin à Saint-Servais, rencontre avec le gouverneur-général d'Australie John Cosgrove et son épouse, rencontre avec la Première Dame du Bénin    + 5 activités officielles lors de leur visite à Luxembourg (rencontre avec des auteurs luxembourgeois, présentation des itinéraires culturels du Conseil de l'Europe, visite du MUDAM, visite de la Philharmonie Luxembourg, réception au palais grand-ducal).

1 activité officielle pour le roi Albert II et la reine Paola :  80ème anniversaire de la reine Paola à Santa Marina Salina (dont ils ont été faits citoyens d'honneur)

1 activité officielle pour la princesse héritière Elisabeth :  journées bruxelloises du patrimoine

7 activités officielles pour la princesse Astrid :  inauguration des nouvelles infrastructures du groupe INOVYN à Jemeppe-sur-Sambre, messe à Laeken à la mémoire du roi Baudouin, 80ème anniversaire de la reine Paola à Santa Marina Salina, 20ème anniversaire de l'asbl Pinocchio pour enfants brûlés, commémoration du centenaire de la Bataille du Bois de Polygone à Zonnebeke, inauguration de l'exposition de photos "Pour un monde sans mines", défilé de la Lux Fashion Week à Arlon.

2 activités officielles pour le prince Lorenz :  messe à Laeken à la mémoire du roi Baudouin, défilé de la Lux Fashion Week à Arlon.

0 activité officielle pour le prince Laurent

2 activités officielles pour la princesse Claire :  soirée à La Hulpe pour les 20 ans de la Fondation Prince Laurent, inauguration d'un bâtiment rénové par Renovassistance à Etterbeek.

Récapitulatif des activités officielles de janvier à septembre (source :  www.monarchie.be) :

Roi :   134 activités officielles   +  135 audiences

Reine :   159 activités officielles

Princesse Astrid :   68 activités officielles

Prince Laurent :   53 activités officielles

Princesse Claire :   19 activités officielles

Prince Lorenz :   17 activités officielles

Princesse Elisabeth :   9 activités officielles

Roi Albert II :   6 activités officielles

Reine Paola :   4 activités officielles