dimanche 25 juillet 2010

La reine Paola et l'art contemporain belge

                                               
Avec l'aide de la Donation Royale et de la Régie des Bâtiments, la Reine entreprend en 1993 un grand et ambitieux programme de rénovation et de mise en valeur du château et des serres de Laeken, du palais royal de Bruxelles et du château de Ciergnon. Tous les observateurs s'accordent pour dire que le résultat est magnifique.

En accord avec le Roi, notre souveraine décide d'intégrer l'art contemporain belge dans le palais royal de Bruxelles, construit au 19ème siècle. L'idée aurait germé dans sa tête suite à la visite du couple royal à l'exposition "La peinture flamande et néerlandaise du 20ème siècle", organisée à Venise en 1997. Paola aurait été encouragée par sa belle-soeur la grande-duchesse Joséphine-Charlotte de Luxembourg, qui avait entamé depuis longtemps une importante collection privée d'oeuvres d'art contemporaines.

La Reine crée un comité artistique, composé notamment de Jan Hoet (directeur du Stedelijk Museum voor Actuele Kunst de Gand) et de Laurent Busine (directeur du Musée des Arts Contemporains du Grand Hornu). Ils lui ont proposé une liste d'ateliers à visiter ensemble en privé et en respectant le strict équilibre linguistique auquel le Palais tient beaucoup. Paola a aussi reçu des artistes en audience dans le cadre de son projet. Cette démarche unique en Europe déboucha sur l'inauguration en 2002 de trois oeuvres d'artistes belges : une série de photos de Dirk Braeckman, sept toiles de la peintre Marthe Wéry et, plus spectaculaire, le revêtement du plafond de la salle des Glaces par Jan Fabre.

La Reine avait été séduite par le travail de Jan Fabre. Celui-ci lui proposa le revêtement du plafond par 1,4 million de carapaces de scarabés. Réverbérant la lumière, ces petites coques de 27 mm donnent des tons changeants passant de toutes les teintes de vert à certaines formes de bleu. La confrontation avec les miroirs et les ors des murs donne un effet magistral montrant à quel point l'art contemporain et la tradition peuvent se compléter. En vrai mécène, Paola monta un après-midi au sommet de l'échafaudage et colla elle-même les carapaces formant la lettre P au centre du plafond.

En juillet 2004, la reine Paola inaugure une quatrième oeuvre d'art, intitulée "Les Fleurs du Palais Royal" et conçue par Patrick Corillon. Disposée dans la salle Empire, elle présente onze pots dorés et onze histoires évoquant des légendes ou des croyances imaginaires que l'on aurait vis-à-vis des fleurs originaires des dix provinces de Belgique et de Bruxelles. Chaque légende est traduite en plusieurs langues. Né à Knokke en 1959, Patrick Corillon vit et travaille à Liège et à Paris.

Lors des travaux effectués au palais royal en 2010 pour accueillir un sommet organisé dans le cadre de la présidence belge de l'Union Européenne, une cinquième oeuvre d'art contemporaine est installée à l'initiative de la reine Paola. On peut désormais voir six tableaux du peintre Michaël Borremans (né en 1963 à Grammont) représentant le personnage du laquais, toujours présent d'une façon ou d'une autre dans la vie d'une Cour.

Rappelons que ces cinq oeuvres sont visibles lors de l'ouverture annuelle et gratuite du palais royal au public chaque été.

1 commentaire :

  1. Je pense que c'est en effet un beau rôle que peut s'attribuer une reine consort que d'encourager de cette manière les initiatives artistiques des citoyens, ce que n'avait pas vraiment fait en son temps la reine Fabiola; la reine Paola a manifestement beaucoup de goût, même si les œuvres de Jan Fabre sont particulières.

    RépondreSupprimer