lundi 25 juillet 2016

"Lilian et le Roi" d'Olivier Defrance

                                                     12347826_10153111295157161_6943093259695382540_n

Née en 1916, elle est le septième enfant d'un couple d'Ostendais réfugié en Angleterre en raison de la guerre. Son père Henri Baels sera notamment avocat, échevin, administrateur de sociétés de pêcherie, député à la Chambre, ministre de l'Agriculture et des Travaux publics, et gouverneur de la province de Flandre Occidentale à partir de 1933. Elle fréquente l'école primaire des Sœurs de Saint-Joseph à Ostende, puis l'Institut Val Notre-Dame à Antheit et l'Institut des Dames du Sacré-Coeur à Bruxelles. Elle passe ensuite deux années dans une finishing school (une sorte d'"école des bonnes manières") à Londres et y loge parfois chez l'ambassadeur de Belgique. Lilian parle le français, le néerlandais et l'anglais. L'auteur consacre tout un chapitre à ses fréquents séjours en Autriche dans les années 30 et à ses projets de mariage avec Peter Draskovich.

Veuf de la reine Astrid, le roi Léopold III tombe sous le charme de cette jeune femme belle, cultivée et ambitieuse avec qui il joue au golf. Il l'épouse secrètement et religieusement en 1941. Contrairement à ce que prévoit la Constitution belge, leur mariage civil est célébré quelques mois plus tard, ce qui provoque une grande polémique et déçoit beaucoup de Belges Le mythe du roi veuf et prisonnier s'effondre. On reprochera également au souverain d'avoir remercié Hitler pour les félicitations et les fleurs qu'il avait envoyées lors de leur mariage.

En 1941, la princesse Lilian devient donc un personnage public qui ne laisse personne indifférend et qui a suscité la controverse lors de la Question Royale (1945-1950). De nombreuses rumeurs ont circulé à son sujet, et l'historien Olivier Defrance a le grand mérite de nous offrir enfin une biographie sérieuse, objective, bien documentée et très agréable à lire. Son livre propose des documents inédits jamais exploités qui apporte un éclairage nouveau sur la déportation par les Allemands à Hirschtein, la Question Royale, ses problèmes conjugaux (lorsqu'elle découvre que Léopold III a une maîtresse), ses relations difficiles avec d'autres membres de la famille royale (Elisabeth, Baudouin et Fabiola, Albert et Paola, Marie-Christine, Joséphine-Charlotte, Léa).  Sans jamais prendre parti.

Olivier Defrance évoque aussi son travail à la tête de la Fondation Cardiologique Princesse Lilian et la vie au domaine royal d'Argenteuil. Plusieurs tentatives de rapprochement ont lieu, mais c'est Albert II, devenu roi et nouveau chef de famille, qui parviendra le mieux à une réconciliation avec sa belle-mère. Un seul petit regret :  l'auteur n'évoque pas la vente de ses bijoux dans les années 80, et le sort de certains bijoux de la reine Astrid qui suscite de nombreuses interrogations.

Bref, bravo à Olivier Defrance pour cette biographie qui devient désormais l'ouvrage de référence le plus complet et le plus objectif sur la princesse Lilian (par contre, on peut désormais ranger aux oubliettes l'ancien livre d'Evrard Raskin qui était bien trop impartial et moins bien documenté).

lundi 18 juillet 2016

Les 38 anoblis du règne de Philippe Ier

                      20140226_590726534530d9dc401203                      

A l'occasion de la fête nationale 2016,  le Roi a donné le titre de baron à huit personnalités (deux femmes et six hommes) : 

1. Sophie De Schaepdrijver, spécialiste de la première guerre mondiale et professeur à la Pennsylvania State University (USA)
2. Isabelle Salmon, professeur à l'Université Libre de Bruxelles, spécialiste en cancérologie
3. Eddy Bruyninckx, patron du port d'Anvers
4. Jacques Delen, actif dans les milieux bancaires
5. Dominique Lambert, professeur aux Facultés Universitaires Notre-Dame de la Paix à Namur, expert en éthique des sciences et de la technologie
6. Joseph Martial, fondateur de la première spin-off liégeoise Eurogentec et confondateur du projet Giga
7. Pierre Rion, patron de diverses sociétés
8. Hans Vanhoutte, ancien professeur à la KUL, spécialiste en arbitrage international

Qui sont les premiers anoblis du règne de Philippe Ier?
Ils sont en tout 38, et leur nombre va en diminuant (16 en 2014, 14 en 2015 et 8 en 2016). Les femmes sont clairement sous-représentées :   3 en 2014,  3 en 2015 et 2 en 2016.  Si on regarde par titre de noblesse, Philippe a titré 2 comtes, 32 baron(nes) et 4 chevaliers. Parmi les 38 anoblis, 34 l'ont reçu à titre personnel, et seuls quatre d'entre eux à titre héréditaire pour leurs descendants (le comte Paul Buysse, les barons Marc du Bois, Jean Charlent et Herman Daems).

Le Roi a élevé au titre de comte deux personnalités du nord du pays :  le baron Paul Buysse, patron de Bekaert, administrateur de sociétés, ancien président du Fonds Prince Philippe (ainsi qu'à ses descendants), et Herman Van Rompuy, premier président du Conseil Européen, ancien premier ministre belge.

Le titre de baron(ne) est celui qui est le plus attribué :   14 en 2014,  10 en 2015 et 8 en 2016. Beaucoup de scientifiques et de professeurs l'ont reçu :  Georges de Leval (professeur émérite de l'ULG), Corinne Hubinont (gynécologue), Jean Bourgain (mathématicien), Peter Carmeliet (médecin et professeur à la KUL), Marc Henneaux (physicien), Koenraad Debackere (professeur à la KUL en sciences de gestion), Isabelle Salmon (professeur à l'ULB), François Cornelis (chimiste), Hilde Laga (professeur de droit à la KUL), Sophie De Schaepdrijver (spécialiste de la première guerre mondiale), p.ex.

Le monde des affaires est également bien représenté :  Marc du Bois (patron de Spa Monopole et manager de l'année 2013), Herman Daems (président de BNP Paribas Fortis), Jean De Cloedt (entrepreneur spécialisé dans le dragage), Jean-Pierre Hansen (ex-patron d'Electrabel), Pierre-Alain De Smedt (ancien président de la FEB), Eddy Bruyninckx (patron du port d'Anvers), Jacques Delen (actif dans les milieux bancaires), Pierre Rion (patron de diverses sociétés), Joseph Martial (fondateur de la première spin-off liégeoise Eurogentec), Jean De Cloedt (administrateur-délégué de la firme de construction Burco), entre autres, ont reçu le titre de baron.

Deux anciens responsables politiques néerlandophones à la retraite ont été titrés :  le baron Karel Pinxten (Open VLD) et le comte Herman Van Rompuy (CD&V). Mais ils l'ont été car après la politique belge, ils ont été nommés dans des institutions européennes :  Karel Pinxten à la Cour des Comptes Européenne et Herman Van Rompuy au Conseil Européen.

La diplomatie a également droit à des titres de noblesse :   Ernest de Laminne de Bex (président du Cercle International Diplomatique Consulaire),  Johan Swinnen (ancien ambassadeur belge à Kigali et Kinshasa) et Bénédicte Frankinet (représentante permanente de la Belgique à l'ONU) ont reçu le titre de baron(ne).  Même titre pour le magistrat eupenois Serge Brammertz, procureur au tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie.

Dans le domaine culturel, la célèbre romancière Amélie Nothomb et le directeur du Koninklijke Concertgebouworkest d'Amsterdam Jan Raes ont été titrés baron(ne). Quatre autres personnalités du monde culturel ont reçu le titre de chevalier :  Thierry Bosquet (décorateur de théâtre), François Glorieux (pianiste, compositeur et chef d'orchestre), Albert Vandervelden (galeriste liégeois) et Jean Van Hamme (romancier et scénariste de bande dessinée).

Le social est un peu oublié... On notera juste le titre de baronne pour Marie-Claire Léonard (pionnière de l'intégration) et Jenny Vanlerberghe (journaliste et écrivain engagée pour les droits des femmes). Et aucun représentant du monde sportif jusqu'à présent.

lundi 4 juillet 2016

Activités royales en juin 2016

                   
                                                             13495296_1697061253890841_4066325387200696178_n

13 audiences pour le Roi :  le premier ministre Charles Michel (reçu 3 fois), le commandant suprême des forces alliées en Europe le général Scaparotti, le procureur général de la Cour d'Appel de Gand Erwin Denicourt, le responsable de la communauté Sant'Egidio Belgique Jan De Volder, le président du Kenya Uhuru Kenyatta, le président d'Israël Reuven Rivlin, le ministre des Affaires étrangères Didier Reynders, Bart Moeyaert et Koen Van Bockstal (audience conjointe de ces responsables culturels), le colonel Vandevelde de l'Ecole Royale Militaire, l'ancien maire de New York Michaël Bloomberg, le ministre flamand de la Santé Jo Vandeurzen.

15 activités officielles pour le Roi :  visite sur les lieux de la catastrophe ferroviaire de Hermalle-sous-Huy, visite du Musée Verhaeren à Sint-Amands, remise du Prix Francqui 2016, concert de clôture du Concours Musical International Reine Elisabeth, inauguration d'une nouvelle écluse dans le port d'Anvers, réception au château de Laeken pour les participants au Brussels-Asia Society Dialogue, travaux du Brussels-Asia Society Dialogue au palais d'Egmont, déjeuner avec le secrétaire général des Nations Unies et son épouse, visite du Conseil d'Etat, match de football Belgique-Irlande, déjeuner avec le vice-président de la Commission Européenne Maros Sefcovic,  réunion de travail avec le réseau Entreprendre, Belgian Air Force Days à Florennes, déjeuner avec les gouverneurs de province, remise du Prix de la Francophonie Economique 2016.

14 activités officielles pour la Reine :  concert des lauréats du Concours Musical Reine Elisabeth, visite du Musée Verhaeren à Sint-Amands, conférence "Valoriser le consensus européen : un levier pour vaincre le sans-abrisme", concert de clôture du Concours Musical Reine Elisabeth, réception pour les participants au Brussels Asia Society Dialogue, rencontre avec le président de la Banque Mondiale, déjeuner avec le secrétaire général des Nations Unies et son épouse, déjeuner de travail sur le développement durable au sein de l'Union Européenne, 10ème édition des Journées Européennes de Développement, rencontre avec l'ancien maire de New York Michaël Bloomberg, visite du Centrum Menselijke Erfelijkheid de la KUL, 50ème édition des concerts de printemps de l'abbaye du Val-Dieu, déjeuner avec les gouverneurs de province, remise du Prix Fédéral de Lutte contre la Pauvreté 2016.

0 activité officielle pour le roi Albert II

1 activité officielle pour la reine Paola :  remise des Prix pour l'Enseignement 2015-2016 de la Fondation Reine Paola.

2 activités officielles pour la princesse Astrid :  dîner en l'honneur du prince Radu de Roumanie et du président du parlement moldave Andrian Candu, remise du Prix Cancer OECI 2016.

1 activité officielle pour le prince Lorenz : dîner en l'honneur du prince Radu de Roumanie et du président du parlement moldave Andrian Candu.

7 activités officielles pour le prince Laurent :  lancement de la fête d'été de Greenovate Europe, cocktaïl de clôture de l'exposition de Julian Lennon, remise du Prix Belge de l'Energie et de l'Environnement, gala de clôture du 14ème Festival International de la Langue et de la Culture, finale de la 10ème édition du concours de piano de Liège, visite des Logis de Louvranges (Caritas International) à Wavre, visite du projet RELIOS de Caroline Lepot à Wodecq.

2 activités officielles pour la princesse Claire :  gala de clôture du 14ème Festival International de la Langue et de la Culture, visite des Logis de Louvranges (Caritas International) à Wavre.

Récapitulatif des activités officielles de janvier à juin 2016 (source : www.monarchie.be) :

Roi :  110 activités officielles + 89 audiences

Reine :   128 activités officielles

Princesse Astrid :  58 activités officielles

Prince Laurent :   35 activités officielles

Princesse Claire :  13 activités officielles

Prince Lorenz :   12 activités officielles

Reine Paola :  7 activités officielles

Roi Albert II :  5 activités officielles